Publicité

Documation 2016 - Les scanners Opex simplifient la dématérialisation des flux complexes

  • opex1.JPG

    Rémy Vannier, Directeur des ventes Europe, Moyen-Orient et Afrique sur le stand B37 d'Opex Corporation, à Documation. (Archimag/CJO)
  • Présente sur le salon Documation qui se tient du 6 au 7 avril Porte de Versailles, la société américaine Opex (stand B37) présente Drop-Scan, son plateau d'alimentation permettant la préparation et la classification des documents dès la phase de numérisation.

    Combiner la préparation des documents et leur dématérialisation en une seule opération, c'est la promesse du plateau d'alimentation Drop-Scan qui équipe les scanners de la société américaine Opex. Ce dispositif unique et breuveté permettant le dépôt de documents à la volée se charge également de leur classification dès l'étape de la numérisation. Rémy Vannier, directeur des ventes en Europe, au Moyen-Orient et en Afrique d'Opex, profite du salon Documation pour en présenter les atouts.

    Numérisation automatique ou interactive

    "La classification des documents peut être entièrement automatisée, explique-t-il, ou bien réalisée par l'opérateur de façon interactive sur écran tactile". Les documents pris en charge, numérisés à une vitesse de 120 pages par minute, sont de tout types : depuis le format carte de visite jusqu'au tryptique (3x A4) tout en proposant la numérisation multistream (N&B, niveau de gris et couleur en un seul passage). 

    Capteurs additionnels

    Historiquement dédié au domaine du courrier depuis sa création dans les années 70, les scanners Opex sont les seuls du marché à permettre l'ouverture automatique et la reconnaissance des enveloppes par la machine. Des capteurs additionnels permettent de catégoriser le document instantanément (correspondance, RIB, etc). On ne sera donc pas étonnés que les principaux clients d'Opex soient des professionnels de la dématérialisation devant répondre à des flux complexes (démat' courrier, dossiers médicaux, notes de frais, etc) ou des administrations (Urssaf, caisses de retraite, etc).

    Intégrité, traçabilité, confidentialité

    Les trois grandes garanties du système développé par Opex est l'intégrité des documents (plus besoin de les séparer ni de réaliser des actions ponctuelles ou particulières sur eux), leur traçabilité (l'ensemble des opérations est directement réalisé par la machine avec horodatage systématique) et leur confidentialité (une seule personne manipule les documents). "La valeur du système Opex réside dans la dématérialisation des flux complexes, confirme Rémy Vannier ; car de tels flux nécessitent une préparation lourde et risquée que la machine prend totalement en charge". 

    Ce sujet vous intéresse? Retrouvez-en davantage dans le magazine Archimag !

    Au sommaire

    - Quand le document devient intelligent​
    - Digital workplace et RSE : c’est du pareil au même ?
    - La Cinematek de Bruxelles en version numérique​
    - Marché du management de l’information

    DOSSIER Visa pour la signature électronique​

    Il n’y a plus de frein légal pour mettre en oeuvre la signature électronique dans les secteurs privé ou public, avec des technologies et des pratiques déjà bien rodées.

    Et aussi :
    - Soyez raccord avec la synchronisation​​
    - Bien choisir son fournisseur d’ebooks
    - Réseauter sur Facebook pour sa bibliothèque​​
    - Nantes archive en toute immunité
    - Droit d’auteur : qu’est-ce qu’une oeuvre ?
    - Transfert de fichiers en ligne
    - Portrait Guy Deslaut : le Wikipédien passé par la case documentations
    - Rencontre avec Louise Merzeau : « Il n’y a pas de mémoire sans une pensée de l’oubli »
    - La possibilité d’une ville intelligente
    + Archimag store et Archi...kitsch

    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous

    À lire sur Archimag

    Le chiffre du jour

    44
    C'est le pourcentage d'hommes français qui se sont rendus sur un réseau social au cours des trois derniers mois. Il s'agit du plus bas taux en Europe !

    Recevez l'essentiel de l'actu !

    Le Mag

    Tout Archimag, à partir de 9,50 €
    tous les mois.