Article réservé aux abonnés Archimag.com

Projet de dématérialisation : quelle société de conseil pour vous accompagner ?

  • aide_escalade.jpg

    aide-lego-escalade
    Bonne nouvelle pour les entreprises privées et le secteur public : quasiment tous les acteurs recensés sont en mesure de répondre à leurs problématiques spécifiques. (Michael Wacker via Visual hunt / CC BY-NC-ND)
  • Un projet de dématérialisation ne s'improvise pas et il vaut mieux le préparer en amont grâce au soutien d'un cabinet de conseil spécialisé. Le marché français est dynamique, comme en témoignent les vingt-cinq sociétés présentes ici. Capables d'intervenir sur tout le territoire national, parfois en outre-mer et à l'international, elles s'adressent aussi bien aux entreprises privées qu'au secteur public. 

    Les entreprises confrontées à un projet de dématérialisation doivent y réfléchir à deux fois avant de se lancer. Elles peuvent directement s'adresser à un prestataire pour procéder à la numérisation de leur production documentaire. Mais il est plus judicieux pour elles de contacter une société de conseil en dématérialisation. Le marché français du conseil est particulièrement dynamique et de nombreux cabinets sont en mesure de répondre aux projets quelle que soit leur ampleur. Leurs missions couvrent l'ensemble du processus de dématérialisation : audit, diagnostic, étude de faisabilité, scénarios d'organisation, cahier des charges, pilotage de phases de test, assistance technique...

    Le tableau ci-dessous présente vingt-cinq sociétés spécialisées (liste non exhaustive classée par ordre alphabétique). Premier enseignement : ces cabinets ont l'avantage de couvrir l'intégralité du territoire national. Leur siège social est souvent domicilié en région parisienne, quelquefois en régions (Isère, Nord, Calvados...). Mais quasiment tous sont en capacité d'intervenir n'importe où en France y compris en outre-mer pour certains d'entre eux. Moins nombreux sont ceux qui peuvent se déployer à l'international.

    Bonne nouvelle pour les entreprises privées et le secteur public : quasiment tous les acteurs recensés sont en mesure de répondre à leurs problématiques spécifiques. Le spectre des domaines est large et couvre la banque, les assurances, l'industrie, l'énergie, la santé, les transports... La nature des prestations doit bien entendu être précisée pendant la négociation entre l'organisation et le cabinet de conseil. Certains d'entre eux mettent en avant un important volet dédié à la sécurité : gestion d'identités, certificats, confidentialité, traçabilité, archivage électronique. D'autres soulignent l'importance de l'organisation documentaire et de l'accompagnement au changement.

    Combien de consultants ?

    Le nombre de consultants mis à disposition varie grandement : d’un à une centaine ! Cette variation s'explique aisément. Certains cabinets sont animés par une seule personne ; il s'agit souvent d'un professionnel passé par une grande société et qui a fait le choix de poursuivre sa carrière en mode indépendant. D'autres se situent dans un registre qui peut atteindre une centaine de salariés, tous métiers confondus. Ici apparaissent de nombreuses sociétés composées de moins de dix consultants. Sans préjuger de la valeur de la future prestation, un client peut demander à connaître l'expérience professionnelle des consultants qui lui seront affectés. 

    Autres critères à prendre en considération, les partenariats passés entre un cabinet et un éditeur ou une association professionnelle. Certaines prestations peuvent être adossées à un éditeur et, du côté des associations professionnelles partenaires, on trouve des acteurs bien connus du domaine comme la FNTC (Fédération des tiers de confiance du numérique) ou l'AAF (Association des archivistes français). 

    Plus, si affinités

    Sans surprise, tous les cabinets proposent des prestations de conseil et d'audit. Celles-ci couvrent les missions évoquées plus haut et permettent de cadrer très formellement le projet de dématérialisation. En revanche, ces cabinets sont moins nombreux à se prévaloir de capacités d'intégration et de développement. 

    Il peut être intéressant de jeter un oeil sur les autres domaines de compétence de ces sociétés spécialisées. En effet, nombre d'entre elles commercialisent des prestations en lien avec la dématérialisation. Il peut s'agir de formation, de partenariat avec des cabinets d'avocats spécialisés dans le droit du numérique ou d'homologation RGS (Référentiel général de sécurité). 

    Quant aux prix indiqués, ils le sont en coût par jour (hors-taxes) et partent d'une base minimale de 400 euros pour atteindre 1 400 euros. Des valeurs intermédiaires existent autour de 600 à 700 euros. 

    Enfin, les références font apparaître des organisations publiques, telles que des conseils départementaux, et des grands comptes (Bouygues Immobilier, Carrefour...), sans oublier des acteurs privés intermédiaires.

    <<< Télécharger le tableau comparatif des sociétés de conseil en dématérialisation >>>

    Cet article vous intéresse? Retrouvez-le en intégralité dans le magazine Archimag !

    archimag-303
    Les données ouvertes sont un fait. Des données à qualifier, conserver, communiquer : typiquement du travail pour les archivistes ! Pourtant l’implication de ces professionnels dans les projets open data n’a encore rien d’évident.
    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous

    À lire sur Archimag

    Le Mag

    Tout Archimag, à partir de 9,50 €
    tous les mois.

    Le chiffre du jour

    4,5
    C'est le nombre de fichiers sources uniques proposés par l'archive Software Heritage.

    Recevez l'essentiel de l'actu !