Article réservé aux abonnés Archimag.com

Les réseaux sociaux d’entreprise dans le monde : une affaire de cultures

  • RSE_monde.jpg

    reseau-social-monde
    Permettre la collaboration entre des personnes, des métiers, par-delà les frontières, les langues : un challenge pour les RSE.
  • S’équiper d’un réseau social pour faciliter la collaboration et la diffusion des connaissances en leur sein : nombre d’entreprises de par le monde franchissent le pas. Mais les réseaux sociaux d'entreprise sont-ils utilisés partout de la même façon, quels que soient le pays ou la culture ? Trois éditeurs de RSE répondent.

    En France, on a besoin d’une formation au réseau social d’entreprise (RSE), alors que les Polonais “bricolent” tout de suite avec sans se poser de question ; les Russes quant à eux attendent des directives ; au Brésil, les échange passent naturellement par les RSE… En Allemagne ou en Suisse, la collaboration est évidente car le collectif est plus prégnant… Les Américains ont une assez bonne attitude pour partager l’information ; plus il y a d’Anglo-Saxons dans un projet de RSE, plus c’est facile ; ils ont une tendance naturelle à communiquer, n’ont pas peur d’être jugés, veulent montrer qu’ils participent…

    D’un pays à l’autre, on peut noter des différences de prise en main d’un RSE fondées sur des caractéristiques culturelles, mais il ne faut pas en tirer de généralité. En tout cas, aucun des éditeurs interrogés ne le fait, que ce soit Yoolink, le plus modeste (dernier chiffre d’affaires connu, près de 350 000 euros en 2012), Jalios (6 millions d’euros) ou Jive (environ 200 millions de dollars).

    différences entre secteurs

    De plus, remarque Vincent Bouthors, président de Jalios, s’il peut y avoir des éléments culturels très importants qui influent sur l’adoption d’un RSE, les différences sont peut-être plus prononcées encore d’un secteur d’activité à l’autre. Chez l’avionneur Airbus par exemple, la collaboration par-delà les frontières coule de source.

    Inversement, est-il facile pour un éditeur de se vendre en dehors de son pays d’origine ? Le français Yoolink tente les Etats-Unis, via une commercialisation en ligne qui s’appuie sur des partenaires. Mais percer sur ce marché est difficile, avoue Sunny Paris, son président ; “pour les Américains, la préférence va au made in USA”.

    Pour son compatriote Jalios, qui réalise déjà 10 % de son chiffre d’affaires à l’international, c’est outre-Rhin que sont nourries de solides ambitions. Avec une stratégie bien réfléchie. Le coeur de cible de Jalios est constitué des entreprises de taille intermédiaire, nombreuses en Allem....

    Cet article vous intéresse? Retrouvez-le en intégralité dans le magazine Archimag !

    Au sommaire

    - Les bibliothécaires engagés en faveur de la démocratisation du numérique​
    - Du renouveau pour les bibliothèques scientifiques suisses
    - Réseau social d’entreprise : affaire de cultures​
    - L’e-réputation vue par un praticien

    DOSSIER Les belles lettres de la gestion électronique du courrier

    Votre service courrier s’est-il mis à la gestion électronique ? Son processus prend-il en compte les courriers entrants et sortants ? Les courriers internes... ? Aujourd’hui, elle est largement dépendante d’une gestion électronique du courrier (Gec) bien maîtrisée.

    Et aussi :
    - Open data : des professionnels agiles​​
    - Shadow IT : la menace fantôme ou le cauchemar pour les DSI
    - Comprendre les supports et services pour l’archivage​​
    - Gestion d’archives : des logiciels de mieux en mieux adaptés
    - Vers une charte éthique entre la LegalTech et les professions du droit
    - Favoris : applis d’aide à l’organisation
    - Portrait de Sébastien Dobrowolski, itinéraires d’un archiviste gâté
    - Attentats du 13 novembre : « Ces témoignages sont d’une force exceptionnelle... »
    + Archimag store et Archi...kitsch

    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous

    À lire sur Archimag

    Le chiffre du jour

    C'est le nombre de documents relatifs aux attentats du 13 novembre 2015 et mis en ligne sur le site des Archives municipales de Paris.

    Recevez l'essentiel de l'actu !

    Le Mag

    Tout Archimag, à partir de 9,50 €
    tous les mois.