Publicité

Camille Duvin, la veilleuse qui ne perd pas le Nord

  • Camille duvin BTE.jpg

    Selon Camille Duvin, "une des spécificités du métier de documentaliste est de se plaindre souvent !" (DR)
  • Portrait de Camille Duvin, documentaliste au sein du campus lillois des Arts et Métiers ParisTech et veilleuse "confidentielle".

    Son parcours ressemble à celui de beaucoup de jeunes femmes de son âge : des stages, encore des stages, toujours des stages ! "C'est vrai que ma génération fait beaucoup de stages, mais, au bout du compte, ces expériences m'ont permis d'affiner mon parcours et mes compétences. Et ils ont fini par déboucher sur un emploi", constate Camille Duvin.

    Aujourd'hui en poste de documentaliste au sein du campus lillois de Arts et Métiers ParisTech, elle mesure le chemin parcouru depuis son baccalauréat littéraire décroché dans sa ville natale de Dunkerque.

    Une fois le sésame en poche, elle entame en 2007 un DEUST "bibliothèque et documentation" à l'université Charles de Gaulle de Lille : "Comme 90 % des gens qui suivent cette formation, je me suis inscrite parce que j'aimais les livres... Mais je me suis rendu compte que le milieu des bibliothèques ne me convenait pas et, à l'occasion d'une rencontre avec une documentaliste de M6, je me suis intéressée à l'image animée".

    "Fouiller partout"

    Un choix judicieux qui l'amènera à effectuer des stages au sein de la délégation du Nord de l'Institut national de l'audiovisuel puis à Télé Nord-Pas-de-Calais en tant que documentaliste audiovisuelle. Ces deux postes la mettent en contact avec les multiples facettes du métier : création de notices, indexation et segmentation vidéo, recherche d'informations...

    Parallèlement, Camille Duvin enchaîne les licence, master 1 et master 2 qui lui donnent l'occasion de se spécialiser dans les sciences de l'information et du document. "Je me suis d'abord inscrite à un master 2 orienté vers la recherche, mais je n'ai pas accroché au monde de la recherche. J'ai finalement choisi un master orienté veille en septembre 2012". 

    De son propre aveu, elle aime la veille car cela correspond à son tempérament réactif et à son désir de "fouiller partout". Cela tombe bien car, dans le cadre de sa fonction à Arts et Métiers ParisTech, elle mène des actions de veille sur des sujets un brin austères : les matériaux composites, la mécanique des fluides, la robotique... "Ce sont des thèmes très spécialisés, mais j'aime bien atterrir dans un endroit que je ne connais pas. Aujourd'hui, je veille sur les sujets scientifiques, mais j'ai également veillé sur des thèmes liés au logement et de l'audiovisuel".

    Les résultats de cette veille sont diffusés de façon "confidentielle" via un intranet, mais une partie est également propulsée auprès des quelque 4 500 abonnés Twitter du campus lillois.

    Marketing documentaire

    Sa carrière professionnelle vient donc tout juste de commencer, mais Camille Duvin sait que les offres d'emploi dans le domaine de l'information-documentation ne courent pas les rues... surtout dans en région Nord-Pas-de-Calais.

    Membre du bureau régional de l'ADBS depuis 2010, elle fait suivre via Facebook et Twitter les (rares) propositions d'emploi auprès de ses confrères. Et se souvient que le poste qu'elle occupe aujourd'hui était convoité par soixante personnes dont beaucoup avaient le niveau Bbac + 5 ! Elle regrette aussi la mauvaise réputation dont souffrent parfois les documentalistes : "Une des spécificités du métier de documentaliste est de se plaindre souvent !". A ses yeux, il est indispensable de changer cette image et de faire du "marketing documentaire" pour valoriser les compétences et le travail réalisé par les professionnels de l'infodoc.

    A ce jour, elle ne se voit pas quitter le Nord : "J'y suis née, j'y ai mes amis et j'y suis très attachée... Je viens régulièrement à Paris que j'apprécie pour son offre culturelle, mais c'est une ville bien plus stressante que Lille". A défaut de déménager, Camille Duvin se verrait bien prendre l'avion pour visiter deux pays qui excitent sa curiosité : l'Islande et le Japon. Lectrice assidue de "romans graphiques", Camille Duvin s'échappe grâce aux mangas. 


    elle like

    Son livre préféré : les romans graphiques de l'éditeur indépendant Nobrow (Loin des yeux, La carte des jours, Hilda, Le jeune fantôme, etc.)
    Son lieu de vacances préféré : j'aime beaucoup la ville de Bruxelles où je passe plusieurs week-ends dans l'année
    Son plat préféré : les moules marinières

     

    À lire sur Archimag

    Le Mag

    Tout Archimag, à partir de 9,50 €
    tous les mois.

    Le chiffre du jour

    C'est le nombre de durées légales de conservation des principales catégories de documents des organisations publiques renseignées dans la Base de Données des durées de conservation des documents d'Archimag. Jusqu'à aujourd'hui, cette Base de Données était uniquement dédiée au secteur privé.

    Recevez l'essentiel de l'actu !

    Innov week 2018.png