Publicité

Comment assurer une veille efficace à l'heure des réseaux sociaux ?

  • 5624746132_efb92f670a_b.jpg

    Comment intégrer les réseaux sociaux au sein d'une stratégie de veille ? Qui suivre ? Quelles informations collecter ? Comment les réutiliser ? ( Eiti Kimura via Visualhunt.com / CC BY-SA)
  • Le mardi 22 mars au matin, une quarantaine de personnes a pris place dans l'un des salons cossus du Cercle des Armées à Paris pour la 7ème édition des « Focus de la Rédaction » d'Archimag dédiée à la veille multicanale (presse, web, audiovisuel, réseaux sociaux).

    Après l'accueil des participants, réunissant des acteurs de la finance, de l'énergie, de l'industrie et de la grande distribution, Michel Remize, le rédacteur en chef d'Archimag, a planté le décor, puis cédé la parole aux intervenants, en laissant une question en suspens : « Les réseaux sociaux sont-ils devenus plus puissants que la presse ? » .

    Faire un usage raisonné des réseaux sociaux

    Car ce sont bien les réseaux sociaux qui semblaient être au coeur des interrogations de la majeure partie des personnes présentes. Comment intégrer les réseaux sociaux au sein d'une stratégie de veille ? Qui suivre ? Quelles informations collecter ? Comment les réutiliser ? A quelle fréquence ? Peut-on traiter LinkedIn, YouTube, Flickr, Twitter et Facebook de la même manière ? Comment filtrer l'information ? Comment l'agréger et la faire circuler correctement ? Et ce, sans générer cette fameuse « fatigue informationnelle » dont parle Byung-Chul Han dans son livre « Dans la nuée – Réflexions sur le numérique » (Editions Actes Sud) et qu'évoquait Corinne Dupin, consultante chez CDRamis, dans son laïus.

    Pour ne pas se laisser griser par l'ivresse du numérique et éviter d'être submergé par le flot d'informations « sans filtre » des réseaux sociaux, Corinne Dupin a livré quelques clés. Pour elle, il est important de faire un usage raisonné des réseaux sociaux, devenus des spécialistes dans l'art du comptage (nombre de tweets, de like, de followers, etc.) et de respecter trois règles : privilégier la diversité et la représentativité des sources plutôt que leur volume ; se familiariser avec les sources consultées par le biais de certains interlocuteurs (clients, agents, etc.) ; préférer des lignes éditoriales différenciées par canal de diffusion.

    De l'information pertinente et récente

    Gilles Bonabeau, responsable information et veille au sein du Crédit Agricole, a ensuite pris le relais afin d'expliquer le fonctionnement de son unité, constituée de 20 spécialistes en information et en veille. Sa mission : décrypter l’environnement économique et bancaire et fournir de l’information fiable, pertinente et récente (articles, études, données financières, etc.) aux opérationnels du groupe afin qu'ils ne perdent pas de temps à la chercher et puissent s'appuyer dessus lorsqu'ils en ont besoin.

    « La presse et les médias traditionnels restent nos principales sources de veille, a-t-il expliqué. Cela dit, nous ne pouvons pas faire l’impasse sur les réseaux sociaux, mais à dose homéopathique ».


    Pour sa veille, le Crédit Agricole mise notamment sur Europresse

    Pour mettre en place cette veille thématique sur mesure, le Crédit Agricole s'appuie sur Europresse.com. Ainsi, deux fois par jour, des panoramas constitués de 20 articles pré-sélectionnés sur l'actualité bancaire et économique sont diffusés auprès de 1 200 collaborateurs du groupe. Une veille médias radio/TV est aussi opérée. « Nous surveillons les interviews accordées par les patrons des grands comptes, clients de notre banque d’investissement, ajoute Gilles Bonabeau. Elles peuvent même nous être restituées au format texte. C’est toujours un plus pour la relation client ». L’idée étant de tenir les conseillers bancaires le mieux informés possible.

    Et les réseaux sociaux ? « Ils sont utilisés de manière limitée pour l’instant, renchérit-il. Nous identifions les experts dans un domaine et nous les suivons soit via Europresse.com, soit en direct ». Le Crédit Agricole utilise également la plateforme de crawling pour la curation d’informations web. « L’idéal étant de croiser nos différents outils » conclut Gilles Bonabeau.

    Europresse.com, pour une veille sur mesure à 360°

    Enfin, Ludovic Vaz, Directeur commercial d'Europresse.com a montré comment l'outil Europresse.com permet d'effectuer une surveillance à 360° des médias, de la presse papier aux réseaux sociaux en passant par les flux RSS et les communiqués de presse, la radio et la télévision, les études et rapports, les sites web et les blogs. Une veille « sur mesure » incluant les droits d’auteur, puisque Europresse.com noue des accords avec tous ses fournisseurs, y compris Twitter. « Europresse.com permet même de découper des vidéos (lors de reportages ou d'interviews TV par exemple) en fonction des mots-clés recherchés pour n'accéder qu'à la partie concernée » a précisé Ludovic Vaz, avant de s'étendre sur les nombreuses autres possibilités offertes par l'outil, qui permet à la fois de maîtriser l'information, de la valoriser et de la diffuser au sein de l'organisation. L’accent a été mis également sur la possibilité, d'assurer un monitoring de sa présence médiatique, de mesurer les incidences de ses actions de communication et, si besoin, de créer des rapports d'analyse personnalisés.

    La séance s'est conclue avec le traditionnel jeu du questions/réponses, certains participants s'interrogeant notamment sur l'avenir de Twitter, son modèle économique, sa pertinence et la meilleure façon de le maîtriser, vu le flot d'informations qu'il génère.

    Ce sujet vous intéresse? Retrouvez-en davantage dans le magazine Archimag !

    Archimag
    La veille est une discipline bien installée, mais parfois ronronnante, quand elle n’est pas prise de doute sur son efficacité ou sa place dans l’organisation. Dès lors, il est temps de faire un peu d’introspection et de se réinterroger sur son métier et ses pratiques.
    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous

    Ce sujet vous intéresse? Retrouvez-en davantage dans les Guides Pratiques Archimag !

    De plus en plus, les professionnels du management de l’information - fonction support souvent mise à mal - viennent directement prêter main forte aux opérationnels des entreprises, administrations et collectivités. Ils interviennent dans la gouvernance de l’information, la recherche d’information et l’intelligence stratégique, la gestion des connaissances, le collaboratif et le community management... Soit dans des missions très diverses, effectuées souvent hors de tout centre ou service de documentation, ce qui provoque leur dispersion et nuit à leur visibilité. Ils s’appuient pourtant sur un socle de compétences communes, à la fois classiques et renouvelées, tirant profit des technologies de l’information. Et s'imposent comme des acteurs clés de la transformation digitale des organisations.
    Acheter ce guide  ou  Abonnez-vous

    À lire sur Archimag

    Le chiffre du jour

    C'est le nombre de documents relatifs aux attentats du 13 novembre 2015 et mis en ligne sur le site des Archives municipales de Paris.

    Recevez l'essentiel de l'actu !

    Le Mag

    Tout Archimag, à partir de 9,50 €
    tous les mois.