Publicité

Documation 2018 : un troisième jour sous le signe de l'innovation

  • Pour sa 24ème édition, le Salon Documation 2018 se tient au Parc des Expositions, porte de Versailles, à Paris depuis le mardi 20 mars et ferme ces portes ce jeudi. Partie à la rencontre des exposants et de leurs nouveautés, la rédaction d'Archimag vous présente ce qu'il faut retenir de la dernière journée de l'événement annuel dédié au management de l'information et aux processus documentaires.

    Einden

    Stand A82 - Grand habitué du salon Documation, ce ne sont pas ses nouveautés mais son expertise qu’Einden est venu mettre en avant cette année. L’éditeur de la solution ePhoto DAM se veut concret : “Nous sommes sur un marché quasi mature en matière de DAM, explique Vincent Goubeau, le directeur du développement d’Einden ; ce sont nos bonnes pratiques et les pièges à éviter que nos client veulent connaître. Car un logiciel ne résoudra pas à lui seul toutes les problématiques d’une entreprise. C’est l’accompagnement de nos différents clients qui constitue notre valeur ajoutée”.

    Forte d’un chiffre d’affaires de 826 000 euros en 2017 (contre 780 000 en 2016), Einden est en croissance continue depuis son lancement il y a dix ans. “Nous sommes une petite société de huit personnes seulement, mais qui a de gros clients”, s’amuse Vincent Goubeau. Il faut dire qu’ePhoto a été la première solution de DAM à avoir intégré de l’intelligence artificielle, dès 2011, notamment pour la reconnaissance faciale (avec apprentissage) et la géolocalisation.

    Elqano

    Stand C76 - C’est la première fois que l’équipe d’Elqano se rend à Documation, fière de pouvoir enfin présenter sa solution homonyme de knowledge management qui entre tout juste en phase de commercialisation. “Notre outil est enfin prêt à rencontrer le public, explique Yann Echeverria, le CEO d’Elqano ; nous avons déjà quelques clients parmi des sociétés de conseil et commençons à nous tourner vers les administrations publiques”.

    Cette solution de KM Elqano s’intègre avec les systèmes de Ged existants et facilite le transfert de connaissances dans l’entreprise grâce à différents algorithmes d’intelligence artificielle. “Afin de contourner l’adoption parfois réticente de certains utilisateurs, notre outil va leur pousser automatiquement les bonnes connaissances à l’aide de notifications ou de mails, poursuit Yann Echeverria ; le tout sans migration ni remplacement de solution”. Elqano se veut par ailleurs ergonomique, utile au premier usage et personnalisable.

    Ostendi

    Stand F81 - Ostendi est un exposant fidèle du salon Documation. L’éditeur du logiciel d’automatisation de rédaction de documents Osidoc vient cette année présenter la version mobile de sa solution, sortie récemment. “Cette nouvelle application permet de générer des documents directement sur son smartphone ou sa tablette”, explique David Calvo, le directeur des études d’Ostendi. Intuitive, Osidoc permet à n’importe quel utilisateur métier de créer et de mettre à jour en temps réel, lui-même, des modèles documentaires, et ce quel que soit le département auquel il appartient (RH, service juridique, etc). Plateforme ouverte s’intégrant rapidement aux différents systèmes d’information et bases de données existantes, Osidoc dispose de références solides telles que BNP Paribas, Allianz ou encore Natixis.

    Iscope

    Stand B66 - Iscope est un habitué de salon Documation. L’éditeur français de logiciels dédiés à la veille présente cette année une valeur sûre : Keywatch, une solution qui met la datavisualisation à l’honneur. Histogrammes, diagrammes alluviaux, listes… “Ce logiciel propose une datavisualisation dynamique qui évolue en temps réel en fonction des résultats de veille” explique Thierry Régnier directeur technique d’Iscope.

    Disponible en mode SaaS ou en local, Keywatch permet également de générer des newsletters dans différents formats (HTML, PDF, ODT…)

    Iscope commercialise également des prestations de veille auprès d’organisations qui font le choix d’externaliser cette activité (Ile de France Mobilité (ex STIF), des filiales de Thalès…)

     

     

    KB Crawl

    Stand A64 - Les affaires tournent bien pour KB Crawl qui a doublé ses effectifs en l’espace d’un an et gagné de nouveaux clients en Chine, au Canada et en République tchèque. L’édition 2018 de Documation est l’occasion pour l’éditeur de présenter ses plateformes de veille et ses applications dédiées à la veille. Au programme : analyse sémantique, repérage d’entités nommées, détection de relations de proximité (elastic search)...

    “Nos clients sont de plus en plus préoccupés par la cybersécurité notamment les ransonwares qui ont déferlé sur les entreprises ces derniers mois” constate Bruno Etienne fondateur et PDG de KB Crawl ; “nous leur proposons de déployer nos solutions en mode SaaS ainsi qu’en mode local ou bien encore en mode hybride”.

    KB Crawl est également partie prenante du projet FactoryLab qui réunit le Commissariat à l’énergie atomique, des acteurs industriels (PSA, Technip…) et des représentants de l’économie numérique. Objectif : créer des modules finalisés destinés à paramétrer des ontologies dans des domaines aussi divers que la finance, le nucléaire ou l’industrie.

    “Nous espérons l’Acrobat de la sémantique !” se réjouit Bruno Etienne.

     

     

    Ce sujet vous intéresse? Retrouvez-en davantage dans le magazine Archimag !

    Archimag-312
    RPA : voilà un sigle à retenir. La robotic process automation représente un marché promis à une percée spectaculaire. Il y a de l’intelligence artificielle dans cette technologie, certes. Surtout, elle s’applique à des cas d’usage dont on attend d’appréciables retours sur investissement.
    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous

    Ce sujet vous intéresse? Retrouvez-en davantage dans les Guides Pratiques Archimag !

    data-intelligence-artificielle-objets-connectes
    L’intelligence artificielle et le machine learning donnent un coup d’accélérateur aux technologies de l’information. Parallèlement, l’internet des objets suppose un pilotage intelligent et génère quantités de nouvelles données qu’il faut traiter. Les algorithmes sont au coeur des systèmes. Emergent des questions d’aide à la décision, de responsabilité, d’éthique, de valorisation des données, de risques de piratage. Des régulations s’imposent ; services et solutions ont besoin de repères.
    Acheter ce guide  ou  Abonnez-vous

    À lire sur Archimag

    Le Mag

    Tout Archimag, à partir de 9,50 €
    tous les mois.

    Le chiffre du jour

    c’est la somme que permettrait d’économiser les chatbots aux entreprises, chaque année, d’ici 2023, contre 6 milliards en 2018.

    Recevez l'essentiel de l'actu !