Publicité

Les tweets de Donald Trump iront aux Archives nationales américaines

  • trump_phone.jpg

    trump-phone
    Depuis la création de son compte personnel en 2009, @realdonaldTrump, Donald Trump a publié plus de 34 000 tweets. Suivi par plus de 20 millions de followers, il n'est de son côté, abonné qu'à 41 comptes. (Darron Birgenheier via VisualHunt / CC BY-SA)
  • Lors de la campagne présidentielle, Donald Trump avait promis qu'il ferait preuve de plus de retenue sur Twitter une fois élu. L'avenir nous le dira. Pour le moment, seul celui des messages postés par celui qui jure ne pas aimer tweeter est cellé. 

    400 tweets. C'est, à peu de choses près, le nombre de messages postés sur Twitter par Donald Trump depuis sa victoire à l'élection du 8 novembre dernier. A raison de cinq tweets par jour en moyenne, miroirs en 140 signes de son humeur du moment et envoyés, sans filtre, de jour comme de nuit, le compte du nouveau président des Etats-Unis est devenu un véritable et incontournable média.

    Justement, la National Archives and Records Administration (les archives nationales) a annoncé que l'ensemble de ces messages constituaient des archives présidentielles. Celles-ci seront donc conservées à des fins historiques, à l'image de toutes les communications électroniques "créées ou reçues" par le président ou son équipe.  

    Tweets imprévisibles

    Selon Donald Trump, son compte Twitter lui permet de "réfléchir à haute voix" et d'entendre ce que ses 20 millions de followers pensent. C'est d'ailleurs sur le réseau social que le nouveau président américain à véritablement pris le pouvoir, à coup de tweets imprévisibles attaquant successivement des citoyens, des journalistes, des entreprises ou encore des acteurs. Par exemple, en balayant d'un revers de main la polémique sur le nombre de voix et la légitimité du système du collège électoral, en se présentant en sauveur de l'industrie américaine, en attaquant les médias ou en provoquant de multiples incidents diplomatiques (avec le Royaume-Uni, l'Inde ou encore la Chine).

    The President of Taiwan CALLED ME today to wish me congratulations on winning the Presidency. Thank you!

    — Donald J. Trump (@realDonaldTrump) 3 décembre 2016

    Incertitude

    Un seul doute persiste quant à l'avenir des tweets ayant été modifiés ou supprimés. A ce sujet, les Archives nationales américaines n'ont pas encore tranché. Rappelons par exemple le message tweeté au lendemain de son investiture (prestation de serment) et dans lequel Donald Trump se disait "honered" de servir le peuple américain. D'abord corrigé avec la bonne orthographe (honored), le tweet a finalement été entièrement retiré.

    @potus est mort, vive @potus

    Et souvenez-vous du compte Twitter @potus (acronyme de president of the United States), créé en 2015 par Barak Obama, depuis lequel des millions de followers suivaient son activité de président. Suite à l'investiture de son successeur, tous les tweets de ce compte ont été effacés et transférés, pour l'archivage, vers le compte @potus44 (le premier transfert d'une "telle échelle", selon Jack Dorsey, le patron de Twitter, qui a d'ailleurs généré quelques couacs). @potus n'étant pas un compte personnel - Barack Obama en avait d'ailleurs un autre à son nom, également très suivi -, et dépendait bien de la fonction présidentielle. Depuis le 20 janvier dernier, Donald Trump a donc changé d'identité virtuelle en héritant des clés du compte Twitter officiel du président américain. Notons toutefois que son premier tweet en tant que président a été publié sur son compte personnel, @realDonaldTrump, et non pas sur @potus

    Today we are not merely transferring power from one Administration to another, or from one party to another – but we are transferring...

    — Donald J. Trump (@realDonaldTrump) 20 janvier 2017

    À lire sur Archimag

    Le chiffre du jour

    21
    C'est le taux de lecteurs français qui lisent un ouvrage sur liseuse, sur tablette ou sur téléphone.

    Recevez l'essentiel de l'actu !

    Le Mag

    Tout Archimag, à partir de 9,50 €
    tous les mois.

    Indispensable

    Bannière BDD.gif