Publicité

L’Albanie déclassifie les archives de l’ex-police secrète communiste

  • church-15193_1280.jpg

    Toute personne ayant été poursuivie par le régime communiste entre 1943 et 1991 pourra accéder aux dossiers la concernant. Crédit : PublicDomainPictures (PixaBay)
  • Jeudi 30 avril, le Parlement albanais a voté la déclassification des archives de l’ancienne police secrète communiste. Cette dernière a opéré pendant presque 50 ans dans le pays alors dirigé par Enver Hodja.

    Sigurimi : c’est le nom de l’ex-police secrète de la République populaire socialiste d’Albanie. Ce service de renseignement a opéré de 1943 à 1991 dans ce pays des Balkans. Le jeudi 30 avril 2015, le Parlement albanais a voté une loi décidant de la déclassification des archives de la police secrète.

    Dorénavant, toute personne ayant été poursuivie par le régime communiste entre 1943 et 1991 pourra accéder aux dossiers la concernant. Toutes les institutions auront la possibilité de consulter les dossiers créés durant cette période, une aubaine pour les historiens et les chercheurs qui tentent d’éclaircir les faits qui se sont déroulés en Albanie durant la dictature d’Enver Hodja. Pourtant, selon des experts, une grande partie des dossiers a été détruite au début des années 1990.

    Pour saisir l’importance des actions de l’ex-police secrète communiste albanaise, on peut se référer à ce chiffre avancé sur la page Wikipédia de la République populaire socialiste d’Albanie. « On estime qu’un Albanais sur trois […] a été confronté » à Sigurimi.

    À lire sur Archimag

    Le chiffre du jour

    C'est le nombre de documents relatifs aux attentats du 13 novembre 2015 et mis en ligne sur le site des Archives municipales de Paris.

    Recevez l'essentiel de l'actu !

    Le Mag

    Tout Archimag, à partir de 9,50 €
    tous les mois.