Article réservé aux abonnés Archimag.com

Open data : "les archivistes doivent tirer parti de leurs compétences"

  • tire_bouchon.jpg

    tire-bouchon
    Catherine Bernard : "Nous devons cultiver nos aptitudes au dialogue afin de comprendre les besoins des autres acteurs ou des bénéficiaires de l’open data" (Visualhunt)
  • Sommaire :

    Catherine Bernard est adjointe du directeur des archives municipales de Toulouse et chef du service des publics, fonds clos et audiovisuels. Elle explique l'implication de son service dans l'open data toulousain.

    Catherine-BernardQuel est l'objectif du projet open data des archives municipales de Toulouse ?

    Les archives municipales de Toulouse se sont inscrites dans la démarche open data de la collectivité en 2013 pour être en cohérence avec la politique de l'institution et pour faciliter la transmission et le partage d'un patrimoine commun. La simplification des démarches administratives était également un objectif attendu.

    Le principe retenu permet aux utilisateurs de partager, modifier et utiliser librement les informations publiques, les œuvres dont la ville détient les droits à titre exclusif, et les bases de données, tout en maintenant ces mêmes libertés pour les tiers.

    Quels types de documents sont-ils mis en ligne ?

    La mise en ligne de nos ressources s'effectue principalement par l'accès à notre base de données documentaire qui constitue l'offre d'accès la plus large, que les données soient réutilisables ou non. Les utilisateurs sont invités à vérifier les droits de réutilisation pour chaque document librement téléchargeable en ligne, en sachant que les notices de description sont sous licence ODBL. Afin de simplifier l'accès ou d'inciter à la réutilisation de nos données, nous avons entamé une stratégie de diffusion de sélections par :

    archives-toulouseLes types de documents offerts spécifiquement en open data sont divers : informations publiques (registres nominatifs) ou œuvres (photographies ou plans), toujours accompagnées de leurs métadonnées ; exports de notre base de données documentaire (liste de délibérations) ou fichiers structurés créés spécifiquement pour l'open data (liste des morts pour la France) ; exports des outils Urban-Hist, le patrimoine à la carte...

    Quel a été le rôle des archivistes dans ce projet ?

    Notre rôle a été à la fois actif en impulsant des actions de partage, en sélectionnant des jeux de données et en veillant à les structurer pour simplifier leur réutilisation. Mais nous avons également cherché à répondre aux attentes qui nous étaient exprimées, à la fois par la collectivité pour l'alimentation de ....

    Cet article vous intéresse? Retrouvez-le en intégralité dans le magazine Archimag !

    archimag-303
    Les données ouvertes sont un fait. Des données à qualifier, conserver, communiquer : typiquement du travail pour les archivistes ! Pourtant l’implication de ces professionnels dans les projets open data n’a encore rien d’évident.
    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous

    À lire sur Archimag

    Le chiffre du jour

    C'est le nombre de documents relatifs aux attentats du 13 novembre 2015 et mis en ligne sur le site des Archives municipales de Paris.

    Recevez l'essentiel de l'actu !

    Le Mag

    Tout Archimag, à partir de 9,50 €
    tous les mois.