Article réservé aux abonnés Archimag.com

A Caen et à Lille : deux nouveaux équipements, de nouveaux publics

  • LILLIAD Niveau 2 © Auer Weber VIZE.jpg

    Le deuxième niveau du Lilliad Learning Center Innovation de Lille (Auer Weber/VIZE)
  • Sommaire du dossier :

    A Caen et à Lille, deux nouveaux équipements vont prochainement ouvrir leurs portes au public. L'occasion de mettre en place de nouveaux outils et s'adresser à un public renouvelé.

    Dans quelques mois, les habitants de Caen auront la chance de profiter d'un nouvel équipement culturel d'envergure. La bibliothèque Alexis de Tocqueville, conçue par le cabinet OMA et l'architecte Clément Blanchet, révélera ses lignes élégantes aux abords du bassin Saint-Pierre. Le public devra cependant patienter jusqu'à la fin octobre pour accéder au nouveau bâtiment. Il pourra alors découvrir de nouveaux outils mis à sa disposition.

    "Nous avons souhaité multiplier les clés d'accès aux oeuvres avec des outils facilitateurs", souligne Noella du Plessis directrice de la bibliothèque de Caen et chef de projet contenus de la future bibliothèque municipale à vocation régionale (BVMR) ; les besoins de tous les publics ont été pris en compte et le nomadisme a été totalement intégré dans le projet".

    Dès l'entrée de la médiathèque, une table d'orientation tactile permettra de visualiser l'ensemble du bâtiment dont les quatre pôles documentaires de la BMVR : arts, littérature, sciences et techniques, et sciences humaines. Un calcul d'itinéraires sera proposé aux usagers afin de leur indiquer le meilleur chemin pour accéder le plus rapidement possible aux collections.

    Bonne nouvelle pour les déficients visuels : une table multisensorielle leur sera plus particulièrement destinée et des bornes informatives en braille seront également installées dans chacun des quatre pôles. Le public malentendant, quant à lui, pourra profiter d'une boucle auditive dédiée.

    Un feuilletoir numérique pour donner de la visibilité aux documents absents

    Dans les rayons, un feuilletoir numérique (développé par la société Archimed) présentera aux usagers les documents qui ne sont pas physiquement présents sur les étagères.

    "Nous rendons visibles les documents qui ne le sont pas car stockés en magasin. Nous sommes le premier établissement à proposer ce type de service", explique Noella du Plessis. 

    Sur ce feuilletoir numérique qui se présente sous la forme d'un écran tactile, apparaîtront la couverture de l'ouvrage, une notice abrégée ainsi qu'un formulaire de commande. Et, pour venir en aide aux usagers qui seraient perdus dans les collections, un système de QR code permettra de trouver un document grâce à un itinéraire.

    L'accès aux collections vidéo a été, lui aussi, revisité. A côté des postes de consultation individuelle, des "boites vidéo" équipées d'un grand écran pourront accueillir jusqu'à cinq personnes pour visionner collectivement un film ou un documentaire. Ces petites pièces seront bien entendu isolées du reste de la médiathèque afin de pas déranger les autres usagers. 

    Bornes et robots de tri

    Chacun des quatre pôle documentaires a fait l'objet d'une scénographie particulière. Dans le pôle sciences et technique, un mur courbe revêtu d'un métal perforé servira d'écran sur lequel des films pourront être projetés. Le pôle sciences humaines quant à lui est orné d'un "mur des curiosités" dans lequel des documents patrimoniaux seront exposés.

    A l'extérieur du bâtiment, des bornes de restitution seront mises à disposition des usagers qui pourront y rendre leurs documents 24 heures sur 24. Ces bornes sont couplées à un robot de tri (développé par la société 3M récemment rachetée par Bibliotheca). Ce système permet de voir la circulation des documents depuis la restitution jusqu'à leur arrivée dans les magasins en sous-sol. 

    "Un moyen original pour montrer aux usagers qu'il existe aussi des collections dans nos magasins qu'on ne voit jamais en temps normal", explique Noella du Plessis.

    Une "bibliothèque augmentée"

    A Lille, c'est un équipement sensiblement différent qui ouvrira ses portes dans quelques mois : le Lilliad Learning Center Innovation s'adressera en effet aux entreprises, aux étudiants, mais aussi au grand public. Sur le modèle des learning centers qui commencent à se répandre en France, celui-ci sera organisé autour de trois pôles : un espace événementiel dédié aux conférences, un service baptisé Xperium qui sera une vitrine pour la science en train de se faire et une "bibliothèque augmentée". 

    Pour Jacques Sauteron, responsable du service médiations, "le pôle bibliothèque s'inscrit dans une logique de bibliothèque augmentée offrant tout à la fois des collections, des espaces de travail et de convivialité, des espaces de détente, et un internet café".

    Les usagers accéderont librement à une collection de 100 000 ouvrages dont un important fonds consacré à l'innovation. A leur disposition également, une centaine d'ordinateurs équipés et un mobilier adapté aux différentes postures de travail : assise traditionnelle, assise haute ou travail en position debout. 

    Learning center oblige, les équipements s'adaptent aux nouveaux services : 

    "La dimension pédagogique est également présente par l'intermédiaire d'une salle d'innovation pédagogique de 80 m² ayant vocation à diffuser les nouvelles pratiques pédagogiques sur le campus", précise Jacques Sauteron. 

    Et les bibliothécaires prendront toute leur part à cette nouvelle offre de service. Ils travailleront "en tension" avec les enseignants-chercheurs afin de favoriser les croisements entre différents types de publics : lycéens, étudiants, chercheurs et entreprises.


    +repères

    La Bibliothèque Alexis de Tocqueville de Caen en chiffres

    La Bibliothèque Alexis de Tocqueville à Caen proposera à terme plus d'un million d'ouvrages dont 120 000 seront mis à disposition du public en libre accès. La surface totale des espaces ouverts au public sera de 4 867 m² soit plus du double par rapport à l'actuelle bibliothèque centrale de la ville. Les quatre pôles du nouvel équipement seront dotés de 186 postes informatiques et de 39 accès au catalogue informatisé. Lancé en 2007, le projet représente un budget de 33 millions d'euros dont plus de la moitié (52 %) pris en charge par la communauté d'agglomération de Caen la Mer. La conception architecturale du bâtiment a été assurée par Clément Blanchet associé de la célèbre agence OMA fondée par l'architecte néerlandais Rem Koolhaas (prix Pritzker 2000).


    +repères​

    Le Lilliad Learning Center Innovation de Lille en chiffres

    Lancé en 2010, le projet de learning center de Lille est un équipement déployé sur une surface totale de 10 000 m². Les usagers disposeront  de 50 salles de travail, de deux salles de conférence et de 1 420 places assises. Le pôle bibliothèque disposera d'un espace de stockage de 13 km linéaires et d'un café internet de 90 places. Le Lilliad Learning Center Innovation de Lille a été conçu par l'agence d'architecture Auer Weber associée à Atelier Olivier Parent. Son budget de construction est évalué à 30 millions d'euros. 

    Cet article vous intéresse? Retrouvez-le en intégralité dans le magazine Archimag !

    Tiraillées entre les demandes d’extension de leurs horaires et la question du prêt numérique, les bibliothèques se bougent pour faire évoluer autant leurs murs que la manière de les aménager et de les outiller.
    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous

    À lire sur Archimag

    Le chiffre du jour

    44
    C'est le pourcentage d'hommes français qui se sont rendus sur un réseau social au cours des trois derniers mois. Il s'agit du plus bas taux en Europe !

    Recevez l'essentiel de l'actu !

    banniere GP52 web.png

    Le Mag

    Tout Archimag, à partir de 9,50 €
    tous les mois.