Déjà 450 To de données confiées au SNDS

Le 17/10/2017 (Mis à jour le 19/10/2017) - Par Jamila Chafii
en attente d'image validée

Sommaire du dossier :

Instauré le 1er avril 2017, le Système national des données de santé regroupe les principales bases de données de santé publique existant en France. Tandis qu'il monte en puissance, les demandes d'accès se multiplient.

Le Système national des données de santé (SNDS) est né de la loi du 26 janvier 2016 sur la modernisation de notre système de santé. Il réunit en une seule plateforme plusieurs bases de données jusque-là dispersées.

Ce sont donc les données de l’Assurance maladie (base Sniiram), des hôpitaux (base PMSI), les données relatives au handicap (MDPH, données de la CNSA), mais aussi toutes les causes médicales de décès qui y sont ou y seront très prochainement disponibles. Soit en tout près de 450 téraoctets de données localisées dans un serveur en France.

Ces informations sur la santé des Français sont mises à la disposition de « toute personne ou structure, publique ou privée, à but lucratif ou non lucratif ». L'objectif principal du SNDS est ainsi de « favoriser les études, recherches ou évaluations présentant un caractère d'intérêt public ». In fine, la plateforme entend contribuer à la... 

Jusqu’où la fièvre des données de santé va-t-elle monter ? Les géants du net et de l’intelligence artificielle manifestent une véritable boulimie à leur égard, tandis que de plus en plus de particuliers en recueillent et en diffusent quotidiennement. Mais avec quelle protection ? Il convient de s’interroger sur le statut des données de santé. En France, le Système national des données de santé offre un cadre et l’hébergement des données de santé est régulé. Du côté des établissements, les Groupements hospitaliers de territoire sont en mouvement. La mutualisation de leurs systèmes d’information touche bien sûr les données des patients. Pas question qu’il y ait une hémorragie.
  ou  Abonnez-vous

À lire sur Archimag