Alain Lebras : "L'ECM est mort, vive l'ECM !"

Le 25/09/2017 (Mis à jour le 11/10/2017) - Par Bruno Texier
"L'ECM est devenu une facilité", Alain Lebras (Pixabay)

Sommaire du dossier :

 

Archimag s'est entretenu avec Alain Lebras, président-fondateur de la société Arondor, entreprise de services du numérique spécialisée en gestion documentaire. 

Quelles sont les tendances actuelles de l'ECM ?

Aujourd'hui, il y a peu de différences entre les offres du marché et il n'y a pas eu de choses réellement novatrices sur le sujet depuis plusieurs années. L'ECM est devenu une facilité. La différence se fait plutôt au niveau des concepts périphériques : gestion du multicanal entrant et sortant (captation des flux papier, email, fax...). On fait pour cela appel à des technologies de capture et surtout de référencement.

Si l'on observe l'offre du marché et si l'on exclut SharePoint qui ne fait pas de l'ECM, il y a très peu d'éléments discriminants entre les principaux produits : IBM, Documentum, OpenText, Alfresco... 

Si l'on se projette dans un avenir proche, plusieurs enjeux apparaissent : dématérialisation, conformité, homogénéisation de tous les process métier et de l'organisation du front documentaire...

Et si l'on regarde un peu plus loin, on voit d'autres choses en train de bouger notamment l'intégration de l'intelligence artificielle, de nouveaux moteurs de recherche et de nouveaux moyens de stockage. Ces innovations aideront à... 

Discrète la gestion de contenu ? Il est vrai que depuis quelque temps, on entend plus facilement parler de dématérialisation ou de transition digitale que d’ECM. Pourtant, les éditeurs du domaine sont loin d’avoir mis la clé sous la porte et semblent même bien se porter. D’autant que les métiers eux-mêmes en sont devenus adeptes. Signe que, face aux nouveaux besoins des entreprises et à la concurrence des technologies du cloud, la gestion de contenu a su évoluer pour rester indispensable.
  ou  Abonnez-vous

À lire sur Archimag