Article réservé aux abonnés Archimag.com

Altera Cogedim pose de nouvelles fondations

  • tablet-600649_1920.jpg

    Altera Cogedim veut déployer une nouvelle infrastructure applicative en mesure de gérer électroniquement l’ensemble des documents brassés quotidiennement par ses quelque 1 400 collaborateurs (PIX1861 / Pixabay)
  • Sommaire du dossier :

    Le groupe immobilier a choisi d’appuyer progressivement toute sa gestion documentaire sur un socle technologique Everteam, enrichie de plusieurs solutions d’éditique ou encore de signature électronique...

    Rompu à la gestion de grands programmes immobiliers (commerces, logements et bureaux), le groupe Alterea Cogedim – qui est à la fois une foncière de commerce et un promoteur immobilier –  vient de se lancer dans... 

    ...un projet informatique particulièrement ambitieux. Il s’agit du déploiement d’une nouvelle infrastructure applicative en mesure de gérer électroniquement l’ensemble des documents brassés quotidiennement par ses quelque 1 400 collaborateurs.

    A l’issue d’un appel d’offres lancé en juillet 2016, Flatirons Jouve (anciennement Jouve) s’est vue confier la responsabilité de l’accompagner dans la mise en œuvre de cette nouvelle infrastructure documentaire, qui doit progressivement se substituer aux autres systèmes de gestion documentaire existants et permettre au groupe de sécuriser la sauvegarde et l’archivage de tous les documents « engageants » pour in fine fluidifier les échanges de données avec les utilisateurs finaux, au travers de portails dédiés.

    Socle Everteam

    La société de services précise qu’elle compte dans un premier temps concentrer ses efforts sur la mise en œuvre d’un workflow et d’un socle de Ged et d’archivage basé sur les solutions d’Everteam. Le déploiement débutera sur la partie commerciale (plus de 400 types de documents différents sont gérés par l’entreprise), avant d’être progressivement étendu aux autres entités.

    Au-delà de l’intégration, Flatirons Jouve se chargera aussi de l’hébergement des données et du déploiement d’outils complémentaires, interfacés avec le socle de gestion documentaire. L’installation d’un logiciel d’intégration de données (EDI, pour « échange de données informatisé ») et de solutions d’éditique et de signature électronique est déjà envisagée. Et ce, afin d’automatiser et de dématérialiser un nombre toujours plus important de processus et d’opérations.

    Cet article vous intéresse? Retrouvez-le en intégralité dans le magazine Archimag !

    Discrète la gestion de contenu ? Il est vrai que depuis quelque temps, on entend plus facilement parler de dématérialisation ou de transition digitale que d’ECM. Pourtant, les éditeurs du domaine sont loin d’avoir mis la clé sous la porte et semblent même bien se porter. D’autant que les métiers eux-mêmes en sont devenus adeptes. Signe que, face aux nouveaux besoins des entreprises et à la concurrence des technologies du cloud, la gestion de contenu a su évoluer pour rester indispensable.
    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous

    À lire sur Archimag

    Le Mag

    Tout Archimag, à partir de 9,50 €
    tous les mois.

    Le chiffre du jour

    15
    C'est le nombre de pages numérisées issues des archives de la Société des Nations.

    Recevez l'essentiel de l'actu !