Article réservé aux abonnés Archimag.com

Au Luxembourg, les métiers de l'info sont en mal de formation locale

  • bibnat_luxembourg.jpg

    bibliotheque-nationale-luxembourg
    La Bibliothèque nationale du Luxembourg (Wikipedia/PlayMistyForMe)
  • Sommaire :

    Francophonie : des archivistes, des bibliothécaires et des documentalistes du bout du monde racontent leur métier
    Francophonie : des outils et des réseaux pour les pros de l'info​
    Travailler dans le Sahara est le quotidien de ce document controller algérien
    Archiviste au Cameroun, il raconte son métier à haut risque
    Au Luxembourg, les métiers de l'info sont en mal de formation locale
    Expatriée à Montréal, une bibliothécaire française partage son expérience​
    Archimag vous présente ses correspondants francophones !

    Entretien avec Estelle Beck, bibliothécaire-documentaliste à la Chambre des députés du Luxembourg. Elle est également présidente de l’Association luxembourgeoise des bibliothécaires, archivistes et documentalistes (Albad).

    estelle-beckComment se portent les métiers de l'information-documentation au Luxembourg ?

    La majorité des professionnels travaillent dans le secteur public, répartis entre le ministère de la Culture, le ministère de l’Éducation et les administrations communales. L’accès à ces postes se fait sur concours, sauf dans le secteur privé. La demande est principalement tournée vers des profils hautement qualifiés (licences et même masters), surtout depuis la fondation de l’Université du Luxembourg et de sa bibliothèque.

    Le plurilinguisme est généralement une condition sine qua non pour l’exercice de la profession (minimum français-anglais, allemand et luxembourgeois également requis dans la plupart des cas).

    Mais nombre de postes restent encore occupés par des non-professionnels ou par des professionnels d’un autre domaine (juristes, statisticiens, économistes, etc.) qui se forment alors « sur le tas » en bibliothéconomie.

    Comment ces métiers évoluent-ils ?

    Comme partout, ces métiers évoluent vers une dématérialisation grandissante de leur activité. Les documentalistes se détournent de plus en plus du papier pour effectuer leur veille sur les réseaux sociaux, par exemple, tandis que la bibliothèque nationale et d’autres institutions publiques comme le&....

    Cet article vous intéresse? Retrouvez-le en intégralité dans le magazine Archimag !

    archimag-francophonie-emploi

    Au sommaire

    - Rentrée 2016 : les formations se mettent à jour
    - Ifla 2016 : rendez-vous actif des bibliothécaires du monde
    - La dématérialisation, est-ce déjà la fin ?​
    - Logiciels de gestion de projet collaborative : le grand bond en avant !

    DOSSIER Métiers de l’information : visages de la francophonie

    Et si l’on élargissait notre horizon ? En France, archivistes, bibliothécaires, documentalistes, veilleurs ont des identités souvent bien arrêtées, parfois des racines historiques profondes, mais qu’en est-il au-delà des frontières ?

    Et aussi :
    - Face à la fraude documentaire, des outils pour réagir
    - La gratuité, c’est le vol
    - Open access, une voie royale pour le partage de la connaissance​​
    - Gestion documentaire : quatre solutions au banc d’essai
    - Accueillir des publics dans les services d’archives
    - Les nouvelles obligations pour la cession de droits d’auteur
    - Applications de sécurité pour smartphone
    - Portrait de Gaëlle Béquet, Madame les Présidentes
    - Déconnexion numérique pour (presque) tous !
    + Archimag store et Archi...kitsch

    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous

    À lire sur Archimag

    Le chiffre du jour

    C'est le nombre de documents relatifs aux attentats du 13 novembre 2015 et mis en ligne sur le site des Archives municipales de Paris.

    Recevez l'essentiel de l'actu !

    Le Mag

    Tout Archimag, à partir de 9,50 €
    tous les mois.