Les liaisons cachées du pouvoir avant Closer : les lettres d’amour de Marie-Antoinette à son amant bientôt aux Archives Nationales

Marie-Antoinette entretenait une liaison secrète avec un comte suédois. Kaho Mitsuki

 

Préservée des ravages modernes de la presse people, la correspondance amoureuse secrète de Marie-Antoinette à son amant sera prochainement publiée sur le site des Archives nationales.

Point de Closer à l’époque pour révéler une liaison secrète ou publier une correspondance amoureuse confidentielle. Si la tendance actuelle est à la révélation des amours cachées de nos dirigeants, l’Histoire de France semble encore receler bien des secrets d’alcôves, à l’image des lettres d’amour échangées entre la reine Marie-Antoinette et le comte Axel de Fersen.

Lettres codées

Le magazine Sciences et Avenir rapporte que l’intégralité de leur correspondance amoureuse, échangée entre juin 1791 et août 1792 serait intégralement publiée le site internet des Archives nationales d’ici la fin janvier.

Si certaines des lettres ont été rédigées à l’encre sympathique, la plupart d’entre elles ont été codées afin de préserver le secret de la liaison. La reine de France et le jeune officier suédois utilisaient le code dit "poly-alphabétique", nécessitant, pour être décrypté, l’utilisation d’une table de déchiffrement et d’un mot-clé changeant à chaque message.

Ces tables associées aux lettres numérisées seront conjointement mises en ligne sur le site des Archives nationales, qui les a acquises entre 1982 et 1992 auprès des descendants de Fersen.

Sciences et Avenir rapporte ainsi quelques extraits tirés de cette correspondance, tel un explicite "… rien au monde ne pourra m’empêcher de vous adorer jusqu’à la mort", daté du 29 juin 1791.

Le site du magazine rapporte également le passage suivant, daté du 9 juillet (l’année est inconnue) : "Voici un grand mémoire que j'ai rédigé sur les idées du roi. Il est certain que la force ne fera que du mal. Il faut céder à l'orage. Nous n'aurions pas le temps d'être secourus]… [Aimez-moi]… [Je désire que vous n’alliez pas à Vienne, que vous restiez auprès du roi et qu’en tout, vous paraissiez le moins possible]…. [Adieu. Plaignez-moi. Aimez-moi. Surtout en me jugez dans tout ce que vous me verrez faire qu’après m’avoir entendu. Je mourrai si j’étais un moment désapprouvée par l’être que j’adore et que je ne cesserai jamais d’adorer] …"

Censure

Bien qu'analysés dans leur intégralité, certains passages de ces lettres restent malgré tout illisibles : probablement censurés par les amants ou leur descendance, certaines phrases ou paragraphes ont en effet été raturés et donc rendus indéchiffrables.

Les cryptologues Valérie Nachef, maître de conférences en mathématiques à l’université de Cergy-Pontoise et Jacques Patarin, professeur à l’université de Versailles, tous deux en charge du décryptage des lettres, vont prochainement s’associer aux laboratoires du Musée du Louvre et de Grenoble. Spécialisés dans l’étude des documents et d'œuvres historiques, ils tenteront à leur tour de percer les mystères des amours cachées de Marie-Antoinette.

Le chiffre du jour
C'est le nombre de dossiers médicaux partagés ouverts par les assurés.