Publicité

Innovation : la lettre recommandée électronique qualifiée d'AR24 utilise l'identification par webcam

  • LRE-smartphoneok.jpg

    lre_smartphoneok
    AR24 propose un dispositif en conformité avec les critères imposés par les règlementations eIDAS et RGPD
  • Premier service a avoir obtenu la qualification eIDAS dès 2018, AR24 continue d’innover pour répondre aux nouveaux enjeux de ce marché. Ce service 100% français dispose de nombreux atouts pour nourrir ses ambitions européennes.

    Première et unique qualification universelle

    Suite à 2 ans de travaux d’étude avec l’ANSSI et à des audits indépendants poussés, AR24 a obtenu le 1er Avril 2018 la 1ère qualification eIDAS sur la LRE en France. “Périmétrée”, cette qualification permettait déjà à AR24 de faire remettre en main propre aux futurs destinataires de LRE un système de codes dynamiques leur permettant de s’identifier.

    Le 1er Janvier 2019, AR24 a obtenu une seconde qualification eIDAS, permettant enfin aux destinataires de s’identifier par la webcam, à la volée, n’importe où, n’importe quand, sans dispositif physique, coût ou préparation préalable.

    C’est ainsi devenu le premier service de LRE reconnu par un Etat membre de l’UE permettant l’identification à distance avec un degré substantiel, très attendu et apprécié du grand public, qui contribuera notamment à la fourniture d’identités dans des dispositifs communs tels que France Connect.

    Premier dispositif d’identification à distance reconnu

    Avec le déploiement repoussé d’au moins un an de France Connect et les limitations que le dispositif connaîtra à ses débuts, AR24 propose donc un dispositif alternatif en conformité avec les critères imposés par les règlementations eIDAS et RGPD ainsi que par la CNIL.

    Il combine un niveau de fiabilité répondant aux exigences de l’ANSSI à une expérience d’utilisation simple et accessible à tous.

    Utilisable depuis un ordinateur ou un smartphone, l’identification ne nécessite que quelques secondes et se fait en 2 étapes : téléchargement d’une photo ou d’un scan de la pièce d’identité et prise d’une courte vidéo “selfie”. AR24 vérifie ensuite :

    • La correspondance entre le prénom et le nom du destinataire renseignées par l’envoyeur et celui écrit sur la pièce d’identité.
    • La conformité de la pièce d’identité (date de péremption, numéro de carte et vérification des points de sécurités...).
    • La correspondance entre les points biométrique de la photo de la pièce d’identité et le visage enregistré depuis la webcam.

    Les utilisateurs sont ravis : en Mars 2019, plus de 92% des destinataires de LRE AR24 ont accusé réception grâce à ce procédé en moins de 2 minutes! 

    Un service 100% français

    AR24 est une entreprise française créée en 2015 à Paris. Ses deux fondateurs, Guillaume de Malzac (Président) et Clément Schneider (DG) ont recruté plus de 20 collaborateurs travaillant depuis Strasbourg et Paris. Les serveurs sont en France et administrés par les employés de la société. Le service client est lui aussi à Strasbourg et composé 6 personnes à temps plein. “Il est très important d’avoir un service client disponible rapidement lorsque l’on traite des flux aussi sensibles que les LRE”.

    Pure player 100% français de la LRE

    Grâce à son avance technologique et règlementaire, AR24 concentre ses efforts de développement technique sur les enjeux rencontrés par ses clients et prospects. Mail de pré-notification pour augmenter le taux d’ouverture des notifications (97%), réalisation de modules spécifiques adaptés aux enjeux des syndics de copropriété, procédé de recueil de consentement… AR24 innove pour s’adapter à chacun des cas d’usage de ce marché naissant… “Nous avons mis en ligne une API permettant de connecter notre service et ses différentes fonctionnalités en seulement quelques jours de développement. L’idée est simplifier les envois de recommandés sans pour autant changer les habitudes” se réjouit Clément. Cette stratégie est aujourd’hui gagnante car plus des ⅔ du chiffres d’affaires est généré grâce des partenariats avec des logiciels métiers ou des imprimeurs souhaitant proposer compléter leur portefeuille d’offres de dématérialisation.

    Un recueil de consentement automatisé et sauvegardé

    L’obtention du consentement d’un particulier est toujours obligatoire avant de le notifier par LRE. Il permet à l'envoyeur de prouver que la boîte mail appartient bien au destinataire et qu'il la consulte régulièrement. “Le recueil du consentement était un frein à l’utilisation de notre service. Nos utilisateurs ne savaient pas comment le récupérer, le stocker, et différencier ensuite les flux en LRE et ceux en LRAR” constate Guillaume de Malzac.

    AR24 a donc développé une fonctionnalité permettant de recueillir le consentement des destinataires particuliers, de manière 100% automatisée, à chaque envoi ou groupement d’envoi. “Grâce à ce procédé, l’envoyeur peut aujourd’hui notifier tous ses destinataires, sans se soucier de répartir les envois papiers et LRE”.

    Initialement très demandés dans l’immobilier et notamment pour les convocations d’AG de copropriétés, les services d’AR24, désormais universels, sont de plus en plus utilisés en direct par les TPE, PME, grands comptes et commencent aussi à être déployés dans les secteurs bancaires, d’assurance et marchés publics.

    Guillaume de Malzac
    CEO


    Diplômé Maîtrise des Sciences Techniques  Comptables et Financières de Paris Dauphine, Guillaume de Malzac a travaillé pendant 3 ans dans la finance d'Entreprise et de Marchés à Paris puis à Londres. Il est ensuite revenu à Paris pour se former à l'entrepreneuriat et créer les opportunités qui l'ont mené jusqu'à la création d'AR24 en Février 2015 avec son associé et Directeur Technique, Clément Schneider.

    AR24
    www.ar24.fr
    71 rue de Saussure
    75017 Paris
    Tél. 01 85 08 88 64
    Email: contact@ar24.fr

    logo-AR24.png

     

     

    À lire sur Archimag

    Le Mag

    Tout Archimag, à partir de 9,50 €
    tous les mois.

    Le chiffre du jour

    estiment que les recrutements dans le numérique seront importants à l'avenir, mais seul un tiers s'est déjà reconverti professionnellement dans ce secteur ou envisage de le faire, selon une enquête OpinionWay réalisée pour l'Ecole Informatique (ENI).

    Recevez l'essentiel de l'actu !