Article réservé aux abonnés Archimag.com

Révolution numérique : quels impacts sur les organisations ?

  • pexels-photo-515166.jpeg

    Étude ad hoc réalisée par l’Ifop pour Julhiet Sterwen. Enquête réalisée en ligne du 17 au 28 juillet, et du 21 au 25 août 2017, via la sollicitation du panel Bilendi. Deux échantillons ont été interrogés : un échantillon principal de 500 collaborateurs da
  • Le baromètre digital workplace de Julhiet Sterwen en partenariat avec l’Ifop étudie la perception de la révolution numérique par les collaborateurs de grandes entreprises, ses impacts et les enjeux pour les années à venir. L’édition 2017 en est la seconde : quelles sont les évolutions ?

    Comment est vécue aujourd’hui la transformation par les collaborateurs et les managers ? Pour bénéficier d’une vision complète, le baromètre digital workplace décline différents angles d’analyse : du point de vue de l’organisation, du management, des nouveaux outils et de leurs usages. Nous nous sommes également posé la question de la variabilité de ces impacts selon la taille de l’entreprise. Quelles sont les différences de perception des collaborateurs ?

    Ressenti et impacts

    Certaines tendances détectées en 2016 se confirment cette année, comme le sentiment de vivre une révolution avec la transformation digitale (62 % vs 53 % en 2016), ce qui est encore plus marqué auprès des managers. À l'inverse, d'autres s'infirment...    

    • la transformation numérique bouleverse davantage les collaborateurs des grandes entreprises

    De façon générale, les changements sont perçus de façon plutôt positive, tant pour soi, que pour l’entreprise.

     

    309 3_1 Axelle de la Tousche Julhiet Sterwen Fig1 (1).png

    Toutefois, de façon surprenante, le sentiment de gagner en autonomie, en efficacité et en temps grâce au digital est en légère baisse parmi les collaborateurs par rapport à 2016. 65 % des salariés se trouvent plus autonomes, contre 72 % en 2016 ; 64 % peuvent être plus efficaces, contre 72 % en 2016.

    Le sentiment de révolution avec la transformation digitale est nettement moins marqué dans les petites structures :

    • de 100 à 249 salariés : 49 % ;
    • de 250 à 499 salariés : 60 % ;
    • 500 salariés et plus : 62 %.

    Dans les grandes entreprises, la transformation numérique semble impliquer un peu plus de changements en interne que dans les plus petites structures : réorganisation de l’environnement de travail et mise en place d’une nouvelle organisation au sein de l’entreprise, par exemple.

    • équipements des collaborateurs et lieux de travail : le niveau hiérarchique plus clivant que la taille de l’entreprise

    Le premier marqueur de la transformation digitale reste, aux yeux de la majorité des collaborateurs, lié aux solutions et outils digitaux.

    Les collaborateurs sont plutôt satisfaits de leur lieu de travail, mais sans engouement (78 % satisfaits, mais seulement 9 % très satisfaits).

    309 3_1 Axelle de la Tousche Julhiet Sterwen Fig4 (1).png

    Un tiers des collaborateurs a déménagé récemment ou vu ses espaces de travail profondément réaménagés. Pour cette population, le sentiment de révolution avec la transformation digitale est particulièrement marqué.

    Le travail en dehors du bureau ou du site (à domicile, chez des clients, dans des tiers- lieux, des espaces de coworking) est assez répandu, notamment chez les managers (54 %).

    Quelle que soit la taille de l’entreprise, ce sont toujours les managers les mieux équipés en appareils, outils et solutions professionnels. Mais les collaborateurs ne ressentent pas de manque en termes d’outils et appareils mis à disposition par l’entreprise. En revanche, la moitié des collaborateurs converge vers le constat d'un manque d'accompagnement.

    • un impact de la transformation numérique ressenti de façon hétérogène en fonction de la taille de la structure

    Si pour une petite majorité de collaborateurs (quelle que soit la taille de l’entreprise), le digital n’a pas eu d’effets sur les liens au sein de l’équipe, un quart des collaborateurs fait néanmoins le constat d’une dégradation des relations internes.

    Moins bousculés par la transformation digitale, les collaborateurs dans les plus petites structures portent un regard plus positif sur son impact dans leur quotidien :

    • ils sont un peu plus nombreux à reconnaître que les nouvelles technologies leur permettent d'interagir plus facilement et de gagner du temps, les rendant plus efficaces et plus autonomes ;
    • ils voient les décisions se prendre plus rapidement (57 % vs 46 %) et ont davantage la possibilité de prendre des décisions eux-mêmes grâce au digital (46 % vs 34 %).

     

    • la transformation numérique : un élément à considérer dans l’engagement des collaborateurs vis-à-vis de leur entreprise

    L’impact du digital sur le niveau d’engagement vis-à-vis de l’entreprise est encore modéré : 38 % des collaborateurs d’entreprises de 500 salariés et plus ont le sentiment que le digital a permis de renforcer leur niveau d’engagement.

    Les collaborateurs des entreprises de 100 à 499 salariés se sentent plus impliqués grâce au digital (à 49 %) que les collaborateurs des grandes entreprises.

    Pour les managers en revanche, le digital joue un rôle clé dans l’engagement : pour 53 % des managers d’entreprises de 500 salariés et plus, et pour 61 % des managers de structures plus petites.

    • pour les managers, un impact plutôt positif du digital sur le management des équipes

    Les managers considèrent que leur rôle et les comportements des collaborateurs ont légèrement évolué avec la transformation numérique.

    Le bilan tiré par les managers est plutôt positif (en particulier dans les entreprises de 100 à 499 salariés) : le digital a permis de renforcer la transversalité, l’efficacité des équipes (62 % d’accord, et 71 % dans les petites entreprises), et d’améliorer leur performance individuelle (66 % d’accord, 75 % dans les petites entreprises).

    Grâce au digital, les managers identifient aussi une évolution de la relation avec leurs propres managers (pour 57 % des managers d’entreprises de 500 salariés et plus). Ces évolutions sont à 58 % positives, en termes de communication, d’information, de relationnel, de réactivité, d’organisation, de conditions de travail et enfin d’autonomie.

    Ils s’accordent à dire que le numérique favorise une posture de chef d’orchestre ou coach d’équipe, tendance qui se renforce par rapport à 2016. Cette posture, pour eux, s'inscrit dans une mouvance de prise de décision et de direction d'équipe.

    309 3_1 Axelle de la Tousche Julhiet Sterwen Fig2 (1).png

     

    Vers plus de flexibilité et d’agilité ?

    L’agilité en entreprise s’avère être un concept méconnu, mais une réalité tangible dans tous les types de structures. Quelle que soit la taille de l’entreprise, les collaborateurs sont très peu nombreux à connaître le concept : 16 % perçoivent exactement ce qu’est une entreprise qui adapte en permanence son organisation et ses outils afin de correspondre au mieux aux attentes évolutives du marché, des clients et des collaborateurs en interne.

    Une petite majorité des collaborateurs (60 %) voient néanmoins des signes d’agilité dans leur entreprise.

    Pour eux, le digital a clairement permis d’orienter davantage les actions vers le client (grâce notamment à une meilleure réactivité aux demandes, au développement de services en ligne et à la multiplication des moyens de contact).

    309 3_1 Axelle de la Tousche Julhiet Sterwen Fig3 (1).png

     

    La quasi-totalité des collaborateurs perçoit des changements dans les outils mis à disposition et dans les façons de travailler (les deux tiers ayant le sentiment d’une accélération de ces mutations).

    Le souhait de plus d’accompagnement

    La transformation digitale est ressentie, a priori, de manière plutôt positive, mais, dans les faits, de façon plus nuancée. Quelle que soit la taille de l’entreprise, elle demande aux collaborateurs de s’adapter tous les jours à de multiples changements – en termes d’organisation, d’agilité, d’outillage, d’usages… Dans ce contexte, les collaborateurs expriment un vrai besoin d’accompagnement.

    Les collaborateurs attendent également une meilleure circulation de l’information dans l’entreprise, pour l’instant jugée peu fluide. L’ensemble des équipes souhaiterait plus d’accompagnement, tant en termes de sens (comprendre la « big picture » et l’organisation) que d’usages.

    De belles pistes d’amélioration pour les mois à venir, à mesurer lors de la prochaine édition de notre baromètre !


    Axelle de la Tousche

    Manager Julhiet Sterwen


    Pour en savoir plus

    Guide pratique Archimag n ° 60 « digital workplace et mode collaboratif » :

    Cet article vous intéresse? Retrouvez-le en intégralité dans le magazine Archimag !

    Exposer est un temps fort dans la vie d’un service d’archives. Où différents éléments du fonds vont être sortis, peut-être en dehors même des murs, à moins qu’il s’agisse d’une exposition virtuelle. Les motivations pour monter une exposition sont multiples, internes ou externes, répondant en particulier à une demande culturelle ou éducative. Il faut des mois, voire davantage, pour mener à bien une exposition. Des budgets parfois importants sont engagés, sans compter la mobilisation des agents. Alors, autant bien se préparer - une norme Afnor apporte un cadre -, en veillant à bien choisir son matériel d’exposition.
    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous

    À lire sur Archimag

    Le Mag

    Tout Archimag, à partir de 9,50 €
    tous les mois.

    Le chiffre du jour

    76
    des répondants à notre grande enquête sur les professionnels de l'information et l'entrepreneuriat affirment être attirés par le statut d’entrepreneur (créateur d’entre-prise, indépendant, freelance, etc.).

    Recevez l'essentiel de l'actu !