Publicité

7 nouveaux documents français inscrits au programme « Mémoire du monde » de l’Unesco

  • unesco.png

    7-nouveaux-documents-francais-inscrits-Registre-international-patrimoine-mondial-Unesco
    Le siège de l'Unesco à Paris (Unesco)
  • Le  Registre international du patrimoine mondial de l’Unesco a pour objectif de protéger et permettre la diffusion du patrimoine documentaire mondial. Il compte désormais près de 500 documents dont une vingtaine produits en France.

    Le Registre international du patrimoine mondial de l’Unesco « Mémoire du monde » compte désormais près de 500 inscriptions de documents et collections documentaires.
    Créé par l’UNESCO en 1992 pour protéger le patrimoine documentaire mondial, ce registre compte notamment sept nouveaux documents français : les « Essais » de Montaigne, la tenture de l’Apocalypse d’Angers, les archives du Mouvement international ATD-Quart Monde, le film Shoah de Claude Lanzmann, le corpus des registres identifiant les personnes en esclavage dans les anciennes colonies, les archives des Conseils internationaux de physique et de chimie Solvay, et les manuscrits enluminés de l’École de la Cour de Charlemagne.

    Ces nouveaux corpus viennent enrichir la « Mémoire du monde »  qui compte un patrimoine documentaire déjà bien fourni : les archives de la Société des Nations, le journal d’Anne Frank, les archives royales de Madagascar, les archives de la bibliothèque de l’académie hongroise des sciences… Côté français, on trouve les archives scientifiques de Louis Pasteur, la bibliothèque de l’abbaye cistercienne de Clairvaux à l’époque de Pierre de Virey (1472), la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, le mandement de François 1er instituant un dépôt légal obligatoire pour les imprimés produits en France, les films des frères Lumière, et l’appel du 18 juin 1940 lancé par le général de Gaulle.

    Des collections documentaires originaires des cinq continents en formats divers

    Au total, la France "contribue" à hauteur de 21 documents au programme Mémoire du monde qui couvre des collections documentaires originaires des cinq continents et produits dans différents formats : imprimés, graphiques, audiovisuels, numériques.

    Tout pays, y compris un État non membre de l’Unesco, peut déposer une demande d'inscription au Registre international du patrimoine mondial de l’Unesco. Celle-ci est alors examinée par des experts – archivistes, historiens, bibliothécaires, ethnologues… – qui remettent une recommandation préliminaire. Celle-ci est à son tour étudiée par un comité international avant d’être proposée au Secrétariat général de l’Unesco. Qui prend la décision d’inscrire, ou non, un document au registre de la mémoire
    du monde.

    À lire sur Archimag
    Les podcasts d'Archimag
    Saison 2, Ép. 9 - Sommes-nous devenus accros aux algorithmes ? Aux recommandations de nos réseaux sociaux ou encore aux IA génératives qui se démocratisent depuis plus d'un an ? Pour répondre à cette question, nous avons rencontré Luc de Brabandère. Il se définit comme un philosophe d’entreprise, un mathématicien, un professeur, mais aussi un heureux grand-père et un Européen convaincu. Ses multiples casquettes nourrissent ses divers travaux. Luc de Brabandère est notamment l'auteur de "Petite Philosophie des algorithmes sournois", publié aux éditions Eyrolles en octobre 2023. Pour le podcast d'Archimag, il nous livre ses réflexions sur les algorithmes et revient sur son parcours atypique.
    Publicité

    Serda Formations Archives 2023

    Indispensable

    Bannière BDD.gif