faire la part belle aux nouvelles sources d'information

 

Au Conseil général du Valde- Marne, les blogs font partie du paysage informationnel. Quelle que soit l’origine, la valeur vient du croisement des sources et de leur sélection.

 
Pour Sylvie Roussel-Gaucherand, directrice de l’innovation territoriale et administration électronique (Ditae) au sein du Conseil général du Val de-Marne, la question de la pertinence de la blogosphère ne se pose plus : « Les blogs sont non seulement intéressants mais ils nous ont permis de faire face à un problème juridique soulevé par les agrégateurs de presse. En effet, ceux-ci ne nous avaient pas renouvelé le droit de diffusion des contenus issus de la presse institutionnelle. Cela nous a conduit, en 2004, à mettre en place un systèmed’informationi que nous alimentons avec les blogs ».
Le carnet de veille Intelligence économique.  ">i de la Ditae compte à ce jour un millier de flux RSSi répondant tous, à un titre ou à un autre, aux champs de compétence du Conseil général. Sylvie Roussel-Gaucherand ajoute que le choix des sources s’effectue également sur la notoriété de certains blogs : « Nous utilisons aussi bien les sites institutionnels comme le Commissariat général au Plan que des blogs locaux de proximité ou des blogs de représentants régionaux des partis politiques. Nous suivons également des blogs liés à l’éducation et aux nouvelles technologies pour nous tenir informés de l’évolution de l’internet">i : Abondance, Tech Crunch ou Web 2.0i constituent des sources très pertinentes. Sans oublier Agoravox, dont les articles mais aussi les commentaires peuvent être lus avec profit ».
La direction de l’innovation territoriale et de l’administration électronique du Conseil général du Val-de-Marne projette de lancer prochainement un site destiné au grand public sur le thème des collectivités territoriales. Le site sera alimenté par la Ditae. Celle-ci remplace l’ancien service d’information et de documentationi et regroupe aujourd’hui une trentaine de personnes. Ses documentalistes remonteront l’information sous forme d’articles, de vidéos et de contenus multimédia.
Sylvie Roussel-Gaucherand souligne quelques résistances lors de cette mutation : « Face aux changements, certains documentalistes ont montré des réticences. Mais ils se sont rendu compte que leur métier consistait désormais à proposer une valeur ajoutée grâce au croisement des sources d’information et à leur sélection».
La future chaîne documentaire fera la part belle aux nouvelles sources d’information : blogs, podcasts, photos feront l’objet d’un traitement d’indexationi et d’enrichissement, puis seront diffusés auprès du grand public.
 

Le chiffre du jour
C'est le nombre de dossiers médicaux partagés ouverts par les assurés.