Article réservé aux abonnés Archimag.com

Réinventer la veille : diversifier ses compétences pour survivre

  • reinventer_veille.jpg

    oeil-art
    Les veilleurs savent désormais que leur salut passe par la diversification de leurs compétences (Fotolia)
  • Sommaire du dossier :

    La veille est une discipline bien installée, mais parfois ronronnante, quand elle n’est pas prise de doute sur son efficacité ou sa place dans l’organisation. Dès lors il est temps de faire un peu d’introspection et de se réinterroger sur son métier et ses pratiques. Peut-on faire mieux ? Plus ? Et si l’on commençait par donner une bonne claque aux mauvaises pratiques ?! Se pose aussi la question des outils, à commencer par le moteur de recherche. Il y a Google, mais pourquoi pas aussi Qwant ? Trois experts interviennent dans ce dossier clos par un retour d’expérience.

    "La veille devient un hyper-métier", constatait l'ADBS dans un livre blanc paru en 2014. L'Association des professionnels de l'information et de la documentation avait alors interrogé 249 veilleurs sur leurs pratiques quotidiennes : "Le veilleur a de plus en plus de casquettes dans l'entreprise et son métier tend à devenir un hyper-métier. Tous les professionnels interrogés ont déclaré jouer jusqu'à cinq rôles différents, dans une proportion quasi identique". Dans l'ordre : analyste-expert (34 % des professionnels citent ce rôle comme étant très important), contributeur (33 %), sponsor (33 %), administrateur technique (26 %) et animateur (16 %). 

    Plus récemment, l'édition du baromètre 2016 emploi et compétences des métiers de l'infodoc (réalisé par le cabinet Serda Formation et Archimag) confirmait le profil multitâche du métier de veilleur et le souhait des employeurs de dénicher des veilleurs capables d'analyser et de synthétiser des corpus de données (voir encadré).

    Il est donc loin le temps où la veille était considérée comme une simple collecte d'informations qu'il s'agissait ensuite de transmettre aux décideurs. Aujourd'hui, le directeur de l'Ecole de guerre économique Christian Harbulot parle volontiers de "veille-analyse". Résultat : la veille n'est pas l'apanage des seuls veilleurs professionnels. Elle est, peu ou prou, exercée à tous les échelons de l'entreprise : "Certains types de veille sont étroitement liés à la compétence métier. Ainsi, la veille juridique, la veille réglementaire ou la veille technologique sont principalement assurées par des personnels qualifiés ayant la capacité à comprendre le fond d'une information et à en évaluer la portée", explique le consultant Frédéric Martinet (voir entretien page suivante). C'est aussi ce que montre notre reportage réalisé auprès de la cellule veille et information du Crédit Agricole (voir en fin de dossier).

    Veille cible et veille radar

    Alors sommes-nous tous devenus veilleurs ? La question se pose depuis plusieurs années déjà dans les colloques et les ateliers prospectifs. Y compris dans les domaines des archives ou des bibliothécaires où les métiers requièrent des notions opérationnelles de trouver de l'information. Dans ces circonstances, les pr....

    Cet article vous intéresse? Retrouvez-le en intégralité dans le magazine Archimag !

    Archimag
    La veille est une discipline bien installée, mais parfois ronronnante, quand elle n’est pas prise de doute sur son efficacité ou sa place dans l’organisation. Dès lors, il est temps de faire un peu d’introspection et de se réinterroger sur son métier et ses pratiques.
    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous

    À lire sur Archimag

    Formulaire de recherche

    Le chiffre du jour

    C'est le nombre de documents relatifs aux attentats du 13 novembre 2015 et mis en ligne sur le site des Archives municipales de Paris.

    Nous suivre

    Publicité

    Recevez l'essentiel de l'actu !

    Le Mag

    Tout Archimag, à partir de 9,50 €
    tous les mois.