coffres-forts électroniques, différents choix de blindage

xavn

 

Établir la fiabilité du document numérique, l’archiver de façon sécurisée, pouvoir le consulter et le restituer simplement… Autant de fonctionnalités demandées au coffre-fort électronique. Pourtant, les organisations ne présentent pas toutes les mêmes besoins. Nous dressons un comparatif des offres du marché afin de vous permettre de choisir la solution la plus appropriée.

Nous observons une augmentation des demandes d’information sur le coffre-fort électronique de la part des entreprises du CAC 40. Les collectivités territoriales et l’État sont également à l’écoute, de façon contrainte [modernisation de l’État] ou volontaire. Ils sont principalement dans une phase d’étude et de recherche d’informations avec quelques mises en applications », Les propos qu’Alain Borghesi, PDG de Cecurity.com, éditeur de la solution de Coffre-fort électronique communicant et vice-président de la FNTC, confiait à SerdaLab en 2009 dans le cadre de son étude Dématérialisation et échanges sécurisés n’en font pas mystère : les solutions de coffre-fort électronique répondent à un besoin croissant. Après l’amorce de ce phénomène par les réglementations financières, telle Bâle 2, de nouvelles perspectives de développement ne cessent de s’ouvrir. Dernière en date, l’ouverture du marché français aux opérateurs de jeux en ligne.

un marché plurisegmenté

Comment s’organise ce marché complexe ? Les autorités et les opérateurs techniques de certification – Chambersign pour les premières, par exemple, et Keynectis ou Certeurope pour les seconds – ne commercialisent pas de solution de coffre-fort électronique mais participent à leurs fonctionnalités. En revanche, outre les éditeurs dont c’est le coeur de métier bien sûr – Dictao, Cecurity.com... –, plusieurs autres acteurs du marché de l’archivage électronique présentent une offre. On peut ainsi citer des tiers-archiveurs tels CDC Arkhinéo et Everial ainsi que des éditeurs d’infrastructures de Ged, à l’image de Docubase. Au-delà de cette première segmentation du marché, on peut distinguer trois grandes familles parmi les éditeurs de solutions :

  • Il y a d’abord les solutions de coffrefort électronique stand alone – évoquées ci-dessus.
  • Se développent également un nombre croissant d’offres en ligne – E-coffrefort, Myarchivebox, Jedepose.com, Mysafedocument… – offrant ainsi l’accès pour les PME, voire pour les particuliers, aux fonctionnalités de base d’un coffre-fort électronique, c’est-à-dire essentiellement sécurisation et traçabilité des données dans le respect des contraintes réglementaires.
  • Enfin, de plus en plus de suites logicielles de Ged et d’ECM proposent un module – d’aucuns diraient une brique – de coffre-fort électronique, la plupart du temps conçue par un éditeur d’offres stand alone. On peut par exemple citer Recall utilisant les solutions de Certeurope ou encore Klee Group qui embarque sur sa suite Spark Archives des solutions externes développées par Dictao ou Cecurity.com.

 

fonctionnalités communes et fonctionnalités qui font la différence

Les différents coffres-forts électroniques du marché présentent un important socle commun de fonctionnalités. La connexion avec des outils de Ged et de messageries figure au premier rang de celles-ci, et celle à une application de numérisation se fait de plus en plus courante. Une gestion fine des droits utilisateur est elle aussi généralisée, accompagnée pour quelques éditeurs du branchement sur un annuaire Ldap. Sur quoi se joue alors la différence ? Essentiellement sur la présence ou non de signature numérique, ainsi que sur la proposition de prestations d’assistance, de formation, voire de support que certains acteurs proposent 24 heures/24 et 7 jours/7.

 

Téléchargez le panorama de l'offre de coffres-forts électroniques

Le Mag

Tout Archimag, à partir de 9,50 €
tous les mois.

Le chiffre du jour

76
des échanges se font par mail au sein des organisations. L'usage d'une plageforme digitale permet de désengorger la boîte mail.

Recevez l'essentiel de l'actu !