le congrès du centenaire

 

L’Association des Bibliothécaires Français organise son congrès annuel du 9 au 12 juin 2006 à la Porte de Versailles (Paris). Ce congrès marquera le centenaire de la création de l’ABF et organisera ses débats autour d’un thème particulièrement prospectif : Demain, la bibliothèque…

 Le monde des bibliothèques connaît une mutation qui tient autant aux technologies qu'aux acteurs de la profession. La numérisation et la Gedi semblent amorcer une tendance inéluctable vers la bibliothèque hybride dont il faudra définir l'équilibre entre ressources matérielles et ressources immatérielles. La question des relations entre les métiers des bibliothèques et les publics doit être posée à la lumière des nouvelles pratiques culturelles. Cette mutation sera au cœur du colloque Demain, la bibliothèque…
La première session de ce congrès de l'ABF sera consacrée aux bibliothèques numériques en chantier et en action alors que d'autres ateliers plancheront sur le thème de la documentationi électronique. La bibliothèque hybride fera l'objet d'un débat suivi d'une réflexion sur la chaîne du livre numérisé. La journée du 12 juin sera consacrée à des visites professionnelles et à des parcours culturels dans des bibliothèques d'Ile-de-France.
Plusieurs ateliers proposeront des axes de réflexion originaux :
réfléchir aux questions d'ordre scientifique, technique et administratif concernant les bibliothèques et leurs personnels ;
proposer aux autorités concernées un projet de promotion et de développement des bibliothèques de toute nature ;
affirmer la nécessité de doter les bibliothèques des moyens techniques, humains et financiers indispensables à leurs missions ;
représenter les bibliothèques françaises auprès des institutions et organismes français, européens et internationaux et favoriser les échanges avec l'international ;
établir un code de déontologiei compatible avec les principes énoncés par l'Unesco et l'Iflawww.ifla.org">i (International Federation of Library Association and Institutions).
événements
Ce congrès ne se limite pas à l'organisation de conférences mais offre également une série d'évènements : un café littéraire proposera des signatures d'écrivain, des lectures et des rencontres avec des éditeurs et des libraires. Un salon professionnel réunira une centaine d'exposants fournisseurs de produits et services, des collectivités territoriales présentant leurs réalisations, des éditeurs, des réseaux associatifs. Un forum de l'innovation permettra de découvrir les nouvelles offres des exposants dans les domaines juridiques, techniques et les services. Une campagne de promotion des bibliothèques sera engagée sur le thème " @ your library " pour rappeler l'utilité sociale des bibliothèques et mettre en valeur les réalisations exemplaires.
Un numéro spécial consacré au centenaire de l'ABF retracera l'histoire et les actions menées par l'association. Un ouvrage intitulé Bibliothèques, mode d'emploi présentera le réseau des bibliothèques, leurs missions et leur fonctionnement. Un agenda 2006-2007, illustré de photographies, sera disponible ainsi qu'un cédérom de présentation de l'ABF. Par ailleurs, un numéro de la revue BIBLIOthèque(s) présentera les établissements phares de la région Ile-de-France et plus largement les animations culturelles mises en œuvre dans le domaine du livre et de la lecture.
 
précarité

Lors du vingtième anniversaire de l'ABF, une ambition fut affichée : " Nous unissons nos efforts, les uns et les autres, depuis vingt ans, pour que la France soit dotée d'un corps de bibliothécaires qualifiés par leurs connaissances techniques et considérés comme les autres fonctionnaires d'un corps correspondant. " Il convient de rappeler quelles étaient les conditions d'exercice du métier. Dans les grandes bibliothèques parisiennes, un stage non rémunéré pouvait durer jusqu'à dix ans, les concours au poste de sous-bibliothécaire étaient organisés sans périodicité régulière ni programme défini, les bibliothécaires municipaux étaient parfois moins rémunérés que les balayeurs de rue… L'Association dénonça cette précarité dès les premières années de son existence et présenta au ministre de l'Instruction Publique des doléances portant sur l'accès à la carrière, le traitement et les avancements, le personnel intermédiaire entre bibliothécaires et gardiens ainsi que sur la création d'un Comité consultatif des bibliothécaires.
 
renouvellement

Comme le rappelle Jacqueline Gascuel, présidente de l'ABF entre 1985 et 1989, l'association n'a pu rester sourde aux tourments du XXe siècle. Aucun Bulletin de l'ABF n'a été publié entre 1941 et 1946, et l'on trouve dans les archivesi de la correspondance et des comptes rendus qui témoignent du climat politique de l'époque. La dissolution de l'Association pour le Développement de la Lecture Publique (ADLP) provoqua la recomposition de l'ABF grâce à l'arrivée de personnalités issues de milieux extérieurs : éditeurs, syndicats, professeurs, mécènes, érudits… Dès après la Libération, une Section des bibliothèques publiques voit le jour et concerne, dans un premier temps, surtout la littérature enfantine.
 
montée en puissance

Dans les années 60, alors que se développent les bibliothèques de l'enseignement secondaire, et avant la création d'un Capes de documentation, de nombreux bibliothécaires affluent au sein de la Section des bibliothèques publiques. Les années 70 ont confirmé la montée en puissance de cette section et vu la consolidation des bibliothèques du tiers-réseau (comités d'entreprise, hôpitaux…).
L'accès d'une part croissante de la jeunesse française aux études supérieures à partir de 1975 a engendré des nouveaux besoins en termes de ressources bibliothécaires. Jacqueline Gascuel souligne que l'ABF fut souvent à l'origine de revendications portant sur " le retard criant des BU françaises ". Toutes les initiatives de l'association n'ont pas été couronnées de succès : à la fin des années 80, ses demandes visant à faciliter la formation professionnelle et à améliorer le statut des personnels sont restées lettre morte. En 1989, la France célébrait le bicentenaire de sa révolution et l'ABF choisissait le Palais des Congrès de Paris et la Pyramide du Louvre pour accueillir des centaines de bibliothécaires étrangers et réaffirmer son ouverture à l'international.
 
communauté professionnelle

Aujourd'hui, dans un univers hautement numérisé, l'ABF se fixe comme objectif de " faire vivre et animer la communauté professionnelle des bibliothécaires, quels que soient le type d'établissement ou les fonctions occupées ". Elle a mis en place une action de promotion visant à élargir sa visibilité par le biais d'une offre internet">i améliorée, d'affiches et d'actions à travers la presse. Au-delà de sa propre image, l'ABF est engagée dans une réflexion portant sur les bouleversements technologiques qui affectent son cœur de métier et le rôle des bibliothécaires.
 
cent ans de bibliothèques
 
L'ABF, cette " vieille dame pleine de jeunesse ", a récemment adopté une nouvelle ligne graphique et procédé à un changement de logo. Ce changement d'image permet de mesurer la longue route tracée par l'association depuis sa fondation. Une lettre circulaire du 1er février 1906 diffusée auprès des bibliothécaires constatait alors " le peu de relations qui existent entre les bibliothécaires " et invitait ces derniers à " faire cesser cet isolement ". L'ABF était née. L'Assemblée constitutive du 22 avril 1906 discuta des statuts qui donnaient déjà lieu à d'âpres débats : qui admettre au sein de l'association ? Seulement des diplômés professionnels ? Les personnes s'intéressant aux bibliothèques ? Au fil du temps, le statut des adhérents évoluera entre membres adhérents et membres titulaires, ces derniers pouvant participer aux organes dirigeants de l'Association.

 
pour savoir +
 
Congrès 2006 de l'Association des bibliothécaires françaisDu 9 au 12 juin 2006Paris Expo, Porte de Versailles, Hall 5.1
www.abf.asso.fr
www.ortech.fr/abf/
 
 
 
   

Le chiffre du jour
C'est le nombre de dossiers médicaux partagés ouverts par les assurés.