Article réservé aux abonnés Archimag.com

Agences d'abonnement : choisir son prestataire presse en 2020 (+ comparatif)

  • agence_abonnement_periodiques_presse_comparatif.jpg

    agences-abonnement-presse-periodique
    Les prestations des agences d'abonnement couvrent un large périmètre de périodiques. On y trouve à la fois des titres de la presse spécialisée et des titres destinés au grand public. (Freepik/vectorpocket)
  • Faire appel à une agence d'abonnement pour ses périodiques (presse) a de nombreux avantages : interlocuteur unique, facturation simplifiée, élimination des doublons, accès unifié aux statistiques de consultation… Mais les bibliothèques et les centres de documentation ont intérêt à bien négocier avant de choisir leur partenaire. Voici nos conseils et un grand tableau comparatif des prestataires.

    Temps de lecture : 4 minutes

    mail Découvrez la newsletter gratuite d'Archimag : Le Bibliothécaire innovant !

    Définition : qu'est-ce qu'une agence d'abonnement ?

    Rappel de définition : une agence d’abonnement est un prestataire qui fait office d’intermédiaire entre les éditeurs de périodiques et leurs clients. Elle s’adresse donc essentiellement à la filière documentaire : bibliothèques, centres de documentation…

    Mais les agences d’abonnement peuvent également viser des clients plus inattendus comme les chaînes hôtelières par exemple. Le tableau en pages suivantes recense uniquement les agences qui proposent une prestation à destination des professionnels.

    Il exclut donc les offres destinées directement au grand public.

    enlightenedLire aussi : Agrégateurs de presse et agences d'abonnement : les attentes des clients ont changé

    Pourquoi faire appel à une agence d'abonnement ?

    Le recours aux agences d’abonnement présente plusieurs avantages : interlocuteur unique, facturation simplifiée, élimination des doublons, accès unifié aux statistiques de consultation…

    Mais qu’en pensent vraiment les professionnels de la documentation ? Du bien… et du moins bien ! Le forum des professionnels des bibliothèques et de la documentation Agora Bib livre des témoignages pour le moins contrastés : "correct, sans plus…", "très mauvaise expérience…", "tout fonctionne très bien !"…

    Une bibliothécaire constate avec justesse que "le marché est très limité". De fait, suite à la liquidation judiciaire d’un important acteur en 2014 (Swets France) et au rachat de l’activité abonnements de Lavoisier par Prenax, le marché français est aujourd’hui resserré autour d’une demi-douzaine d’agences seulement.

    enlightenedLire aussi : Information professionnelle : je t'aime, moi non plus

    Conseils pour choisir son partenaire presse

    Premier constat, les prestations des agences couvrent un large périmètre de périodiques. On y trouve à la fois des titres de la presse spécialisée et des titres destinés au grand public. Les organisations auront donc intérêt à bien étudier le corpus commercialisé par les agences pour répondre aux besoins exacts de leurs usagers.

    Tous genres confondus, le nombre de références peut atteindre plusieurs milliers de titres. En revanche, les offres hybrides (disponibles aux formats papier et numérique) ne sont pas commercialisées par tous les éditeurs.

    Fonctionnalités indispensables, la gestion et le suivi des abonnements sont proposés par toutes les agences qui ont répondu à notre questionnaire. Cela permet par exemple aux clients de relancer des numéros manquants ou d’adresser des réclamations. Celles-ci sont ensuite transmises aux éditeurs dans des délais qu’il convient de déterminer lors de la négociation avec l’agence d’abonnement.

    enlightenedLire aussi : Information professionnelle : les éditeurs face au défi du numérique

    Réactivité et disponibilité du chargé de clientèle

    Parmi les critiques que les centres de documentation adressent aux agences d’abonnement, le manque de réactivité revient assez souvent :

    "Le service client répond rarement, et quand il répond, ce sont des phrases bateau qui éludent totalement nos questions", se plaint une documentaliste.

    Du côté des agences, on est conscient du problème : "La réactivité de l’agence est essentielle", nous déclarait un acteur du marché en 2016 ; "celle-ci passe par la disponibilité et l’expérience du chargé de clientèle, ainsi que par la gestion en local de ses activités afin que le traitement des commandes et des réclamations soit le plus rapide possible".

    Là aussi, il est conseillé de se renseigner sur les moyens dont dispose l’agence pour répondre aux réclamations de ses clients.

    enlightenedLire aussi : Entre BU et fournisseurs d'information "les relations s'améliorent", selon Emmanuelle Sordet

    Limites de consultation par utilisateurs

    À prendre en considération également, la limitation de consultation par nombre d’utilisateurs. Les réponses varient selon les agences, certaines d’entre elles s’alignant sur la politique des éditeurs.

    Quant au coût d’un projet, difficile de se faire une idée tant les prix diffèrent en fonction de la prestation retenue.

    mail Découvrez la newsletter gratuite d'Archimag : Le Push du Veilleur !

    À savoir tout de même : lorsqu’une bibliothèque souhaite contracter un nouvel abonnement, l’agence doit lui fournir un devis : tarif éditeur dans sa devise d’origine, frais de port, taux de change et taux de TVA (Gérer les périodiques. Géraldine Barron. Presses de l’Enssib).

    >>>Téléchargez le tableau comparatif 2020 des agences d'abonnement<<<

    Cet article vous intéresse? Retrouvez-le en intégralité dans le magazine Archimag !
    magazine-Archimag-numerisation
    Dans le privé comme dans le public, les besoins en numérisation sont encore nombreux. La tentation de vouloir tout numériser ne tient pas longtemps lorsque l’on se pose la question du coût, ou d’abord celle de l’utilité. Records managers et archivistes le savent, mais ne sont pas forcément aux manettes.
    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous
    À lire sur Archimag
    Le chiffre du jour
    1
    est en moyenne signalée toutes les semaines dans les établissements de santé depuis janvier 2021. Les hôpitaux ont subi 27 cyberattaques majeures - qui ont effectué tout ou partie de leurs systèmes d'information - en 2020.
    Publicité

    documentation-couv-serda-formation.png