Publicité

Les services secrets russes pourraient recueillir toutes les conversations du pays

  • Russia_Lock_Trees.jpg

    une femme au profil slave se tient près d'un arbre recouvert de cadenas à Moscou
    Les messageries utilisées en Russie risquent de ne plus être confidentielles du tout (Moscou en 2012, illustration Wikimedia commons)
  • La loi anti-terroriste étudiée par le parlement russe a été complétée d'un amendement sur la confidentialité des échanges sur internet.

    Le parlement russe étudie la possibilité de contraindre les éditeurs de logiciels et les usagers de messageries instantanées. L'objectif assumé est d'offrir l'accès, aux services secrets, à la totalité des contenus.

    Un amendement en ce sens, approuvé par une commission parlementaire, a été déposé à la Douma d'État le 20 juin. Il complète la loi anti-terroriste actuellement à l'étude à l'assemblée.

    Un flux en clair pour le FSB

    Le texte proposé prévoit une amende de près de 14000 euros pour les éditeurs et de 40 euros pour les particuliers (70 pour les fonctionnaires), soit plus d'un dixième du salaire mensuel moyen. Elle s'appliquerait en cas de refus de livrer au FSB russe le moyen de déchiffrer ses conversations.

    Les fournisseurs de messageries comme WhatsApp ou Viber auraient l'obligation de fournir aux services secrets un flux continu complet, « en clair », des conversations échangées dans le pays.

    Les détracteurs de la proposition estiment qu'une telle mesure renforcerait paradoxalement les organisations criminelles et terroristes ainsi que les services de renseignement d'autres puissances.

    Prévenir et censurer

    Il y a une semaine, des officiels russes comme le procureur général du pays réclamaient que les messages instantanés soient filtrés avant publication.

    L'un des motifs avancés par la presse locale était d'éviter la diffusion de guides pratiques sur le suicide, qui pullulent notamment sur Telegram, l'équivalent russe de Facebook messenger.

    Le ministre des communications prévenait cependant qu'une telle mesure ne serait pas possible tant que le trafic resterait chiffré.

    Ce sujet vous intéresse? Retrouvez-en davantage dans le magazine Archimag !

    Au sommaire

    - Les RSE : besoins collectifs pour usages (très) personnels
    - Sharepoint et ses applications métier
    - Le B.A.-BA du HTML
    - Des logiciels de veille à tous les prix​​​

    DOSSIER Big data : j'y vais ?

    Si, dans les entreprises, les données s'accumulent, des stratégies big data ne s'y sont pas pour autant généralisées. Les interrogations que le big data suscite sont nouvelles, comme les modèles de développement économiques, les outils ou les compétences.

    Et aussi :
    - Des logiciels de veille à tous les prix
    - Sourcer les images d’enregistrement
    - Invalidation du Safe Harbor : et après ?
    - Favoris : les réseaux sociaux de lecture​
    - Camille Causse : freelance et blogueuse au pays des archives​
    - Catherine Thomas-Anterion : « Nous perdons notre mémoire depuis l’invention de l’écriture et des bibliothèques ! »​
    - L’accueil des migrants en bibliothèque : de l’urgence à l’intégration
    + Archimag store et Archi...kitsch

    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous

    Ce sujet vous intéresse? Retrouvez-en davantage dans les Guides Pratiques Archimag !

    Dans la nouvelle économie numérique, ne ratez pas le train de la révolution data ! Le big data est une logique d’approche avant d’être une question technologique. Il s’agit de réinterroger son activité sous l’angle des data internes et externes et de se redéployer. Encore faut-il percevoir le potentiel des data en matière de veille, d’analyse, de prédictif, imaginer des cas d’usage et démarrer avec les bons outils et le bon accompagnement. Ce guide met en évidence l’univers concret des data, big data et open data. Il donne les clés pour se lancer dans une démarche "data driven".
    Acheter ce guide  ou  Abonnez-vous

    À lire sur Archimag

    Le Mag

    Tout Archimag, à partir de 9,50 €
    tous les mois.

    Le chiffre du jour

    76
    des répondants à notre grande enquête sur les professionnels de l'information et l'entrepreneuriat affirment être attirés par le statut d’entrepreneur (créateur d’entre-prise, indépendant, freelance, etc.).

    Recevez l'essentiel de l'actu !