Publicité

3 applications gratuites pour enregistrer des pages web

  • enregistrer_page_web.jpg

    enregistrer-sauvegarder-page-web-internet
    Evernote, Pocket et Instapaper sont trois applications gratuites qui permettent d'enregistrer des pages web via une extension puis de les sauvegarder et de les trier pour le retrouver facilement. (Freepik/katemangosta)
  • Enregistrer une page web dans le cadre d'une recherche documentaire, d'une veille ou simplement pour la relire plus tard est possible depuis la plupart des navigateurs. Mais des outils gratuits permettent de sauvegarder des pages internet via des extensions, de les organiser par sujet via un système de tags ou de mots-clés, de les partager ou même d'y ajouter des notes. Voici les trois meilleures applications gratuites de capture des page web : Evernote, Pocket et Instapaper.

    >Lire aussi : Quel agrégateur de flux RSS choisir pour automatiser sa veille en 2020 ?

    evernote_application.jpgEvernote : place à l'ergonomie

    Créé en 2008, Evernote a rapidement trouvé son public. Disponible en version gratuite, mais aussi en version payante, ce service de sauvegarde est aujourd’hui utilisé par plus de 220 millions d’utilisateurs à travers le monde.

    L’inscription se fait de façon très classique : identifiant et mot de passe. Evernote est alors paré pour la capture de pages web. Afin de faciliter son utilisation, il est conseillé de télécharger une extension qui vient se greffer dans le navigateur (sous forme de bouton vert orné d’une gueule d’éléphant).

    Une page web vous plaît ? Il suffit de cliquer sur cette extension pour procéder à l’enregistrement de la page. Celle-ci est désormais stockée intégralement (texte et image) dans Evernote. Il est possible d’apposer des “étiquettes” (tags) pour décrire la page et faciliter sa recherche. 

    L’interface d’Evernote a récemment été refondue et ressemble aujourd’hui à un navigateur web. L’outil ne manque pas d’atouts : ergonomie remarquable, moteur de recherche fiable et puissant, possibilité de partager une page web sauvegardée, interface en français… Seul bémol, l’enregistrement d’une page peut prendre une dizaine de secondes lorsque celle-ci est composée de nombreuses images.

    > www.evernote.com

    >Lire aussi : Veille : l'indispensable boîte à outils gratuits du veilleur fauché

    pocket_application.gifPocket : pour sauvegarder aussi les emails

    Lors de son lancement en 2007, Pocket s’appelait Read it Later. En 2012, cet outil changea de nom, mais son objectif reste le même : la sauvegarde de pages web dans les nuages.

    L’inscription se fait par la création d’un compte ou bien via l’environnement Google. Là aussi, il est conseillé d’installer l’extension Pocket dans le navigateur pour fluidifier la capture d’une page web. Une fois enregistrées, ces pages peuvent être retrouvées grâce à des mots-clés (labels) que l’on aura pris soin de bien choisir (penser au vocabulaire contrôlé). Leur consultation peut alors être optimisée grâce à de nombreux réglages : ajustement de la taille et de la police de caractères, changement de la couleur du fond, lecture de l’article par synthèse vocale…

    Autre atout, un courriel peut être sauvegardé dans Pocket. Dans l’air du temps, Pocket propose un mode sombre et quelques astuces bien pensées comme l’utilisation des touches de volume sur smartphone pour faire défiler le texte.

    Notons que le bouton Pocket est nativement installé dans de nombreuses applications (lecteurs de flux RSS, logiciels de lecture numérique…) pour capturer du texte en un clic. La version gratuite est très généreuse en termes de fonctions documentaires, mais la version premium — 40 euros par an — propose des services exclusifs : mise en surbrillance, recherche en texte intégral, etc.

    > getpocket.com

    >Lire aussi : Quel logiciel de veille choisir en 2020 (avec tableau comparatif)

    instapaper_application.pngInstapaper : sobriété de l'interface

    Lancé en 2008, Instapaper se distingue des deux outils précédents par la sobriété de son interface. Épurée, celle-ci va à l’essentiel. En revanche, il se rapproche des concurrents dans l’utilisation quotidienne : après avoir téléchargé une extension qui vient s’ajouter au navigateur, il suffit de cliquer sur ce bouton pour sauvegarder une page web. Celle-ci est alors immédiatement versée dans Instapaper. 

    Y accéder est alors un jeu d’enfant : il faut se rendre sur le site Instapaper (ayant créé un compte préalablement) pour lire la page en question. L’utilisateur peut modifier la police de caractères, l’espacement des lignes ainsi que les marges.

    Notons que l’équipe d’Instapaper est attentive aux remarques de ses clients qui sont invités à envoyer des suggestions pour améliorer l’expérience utilisateur. Racheté par Pinterest en 2016, Instapaper se décline sur ordinateur, tablette ou téléphone.

    Sa version gratuite comblera les besoins primaires de la plupart des internautes. Une version premium est cependant disponible (moins de 3 euros par mois ou moins de 30 euros par an). Le service payant donne alors accès à des capacités revues à la hausse : recherche plein texte, nombre illimité de notes, passerelle permettant l’export d’une page vers les tablettes Kindle…

    > www.instapaper.com

    >Lire aussi : Vidéo : 5 conseils essentiels pour réaliser une veille efficace sur Twitter

    Ce sujet vous intéresse? Retrouvez-en davantage dans les Guides Pratiques Archimag !
    veille
    Aujourd’hui, le rôle des veilleurs s’écrit en termes de responsabilité. Dans leur veille à la fois offensive et défensive, ils doivent aussi lutter contre l’hégémonie des géants du net et promouvoir des intérêts français ou européens. Une veille doit être sûre depuis son sourcing - qui s’appuiera en partie sur les bases de données du marché - jusqu’au respect du droit d’auteur, en passant par le lutte contre les fake news. La démarche du veilleur est agile : valorisation de son service, travail collaboratif, exploitation des réseaux sociaux et ressources vidéo, e-réputation, analyse de l’information et produits de veille. Ce guide contient de nombreux retours d’expérience, avis d’experts et descriptifs d’outils gratuits et payants ou de datavisualisation.
    Acheter ce guide  ou  Abonnez-vous
    À lire sur Archimag
    Le chiffre du jour
    C'est le nombre de dossiers médicaux partagés ouverts par les assurés.
    Publicité

    Veille 2020.PNG