Publicité

Esker et Neopost veulent faire dématérialiser les PME en créant une société commune

  • 284 Actu Esker Neopost CJO.jpg

    Cette structure commune sera détenue à 30% par Esker et à 70% par Neopost. (Pixabay/PublicDomainPictures)
  • A l'image de leur premier partenariat, cette nouvelle société s'appuie sur les technologies développées par Esker et le réseau de distribution de Neopost.

    La collaboration entre Esker et Neopost n'est pas nouvelle, basée jusqu'ici sur la solution pilote de courrier dématérialisé Neotouch, développée par le premier et commercialisée par le second. Les deux groupes spécialisés dans la gestion de flux numérisés récidivent aujourd'hui en créant cette fois-ci une société commune : celle-ci proposera aux PME et PMI des solutions SaaS/Cloud de diffusion de courriers à la demande mais aussi d'automatisation et de dématérialisation de factures.

    D'abord en France et aux États-Unis

    Cette société commune sera détenue à 70% par Neopost et à 30% par Esker​. Et comme pour Neotouch, c'est sur la plateforme cloud d'Esker que s'appuieront les logiciels tandis que les filiales de distribution de Neopost en assureront la commercialisation, d'abord en France et aux États-Unis. "Nous sommes très heureux de renforcer notre collaboration avec notre partenaire Esker, déclare Denis Thiery, Président-directeur général de Neopost ; ce nouvel accord nous permettra d’enrichir notre offre de solutions digitales à destination des clients PME/PMI. Ces solutions fiables et intelligentes de courrier dématérialisé, de traitement et d’automatisation des factures entrantes et sortantes répondent à une demande croissante de la part de nos clients".

    Fort de 6 000 collaborateurs, Neopost est distribué dans plus de 90 pays et a réalisé un chiffre d'affaires d'1,1 milliard d'euros en 2014. Celui d'Esker s'est établi de son côté à 46 millions d'euros la même année.

     

    À lire sur Archimag
    Les podcasts d'Archimag
    Le Syndicat intercommunal d'énergies de Maine-et-Loire (SIÉML) s’est lancé dans un grand projet d’archivage électronique en 2023. L’opportunité de réduire l’impact carbone tout en optimisant les processus est apparue au cours du projet. Agnès Arendo, archiviste et déléguée à la protection des données du SIÉML, revient sur la mise en route et les grandes étapes de ce chantier.

    supplement-confiance-numerique-270500.png