Publicité

En matière d'archivage, vous êtes plutôt "coffre-fort" ou "SAE" ?

  • enquete_sae.jpg

    Enquête survey
    Disposez-vous d'un coffre-fort numérique ? L'utilisez-vous pour autre chose que le stockage de vos bulletins de salaire ?
  • Avec l'essor de la dématérialisation et la transformation digitale qui s'est accélérée depuis 2020, les systèmes d'archivage électronique ont aujourd'hui le vent en poupe. Gages de sécurité, de traçabilité et de conformité, ils sont toutefois perçus comme des systèmes lourds, complexes et coûteux. D'ailleurs, votre entreprise en a-t-elle réellement besoin ? Quels sont vos besoins en archivage ? Êtes-vous au fait des durées de conservation légales des documents avec lesquels vous travaillez ? Archimag mène l'enquête.

    Pourquoi envisager un système d'archivage électronique au sein de votre entreprise, alors que peut-être un coffre-fort numérique suffirait ? C'est la grande question qui émane de cette enquête menée par Archimag, et dont les résultats viendront alimenter un livre blanc que nous concoctons sur le sujet. Après tout, pourquoi privilégier l'une de ces technologies plus que l'autre ? 

    Le coffre-fort numérique et l'archivage électronique sont, en effet, deux méthodes et deux technologies de conservation de documents numériques qui offrent des avantages radicalement différents. Mais dont le déploiement et le coût sont aussi très différents. Voilà pourquoi il est important pour les entreprises de choisir la solution appropriée en fonction de leurs besoins spécifiques en matière d'archivage (gestion de documents confidentiels, accès facile à l'information, échange simplifié de documents sensibles, préservation de la valeur probante, etc.).

    Et vous, quelles sont vos pratiques en matière d'archivage électronique ? Dîtes-le nous en répondant à ces 10 questions sur le sujet

     

    À lire sur Archimag
    Les podcasts d'Archimag
    Le Syndicat intercommunal d'énergies de Maine-et-Loire (SIÉML) s’est lancé dans un grand projet d’archivage électronique en 2023. L’opportunité de réduire l’impact carbone tout en optimisant les processus est apparue au cours du projet. Agnès Arendo, archiviste et déléguée à la protection des données du SIÉML, revient sur la mise en route et les grandes étapes de ce chantier.
    Publicité

    supplement-confiance-numerique-270500.png