Article réservé aux abonnés Archimag.com

Gestion des connaissances : la révolution de l’intelligence artificielle

  • gestion-connaissances-intelligence-artificielle-revolution.jpg

    gestion-connaissances-intelligence-artificielle
    Selon Iena Sheengar (Columbia Business School), le travailleur de la connaissance moyen doit traiter, consciemment ou inconsciemment, l’équivalent de 147 journaux d’information par jour. (Freepik)
  • Aujourd’hui, nous classons les connaissances comme nous le faisions en 1800 : la même structure, mais avec des formats et des supports différents. L’intelligence artificielle et le traitement du langage naturel ouvrent pourtant une autre approche à la gestion des connaissances, bien mieux adaptée à nos besoins.

    Temps de lecture : 6 minutes

    mail Découvrez Le Push du Veilleur, la newsletter thématique gratuite d'Archimag dédiée à la veille, à la documentation et à la gestion des connaissances !

    Au moment où la connaissance est passée de l’état de stockage dans nos têtes à celui d’écriture, l’information nécessitait un support physique et localisé. La nécessité de créer un système d’organisation est apparue avec les grandes collections de données.

    Le volume et la complexité augmentant, il a fallu créer des systèmes physiques de gestion et de classification basés sur des catégories et des hiérarchies qui permettraient de les localiser. Ces catégories et ces hiérarchies ont été adoptées par les bibliothèques et, finalement, par les bureaux.

    enlightenedLire aussi : Comprendre la norme Iso 30401 Système de management des connaissances

    gestion-connaissances-bureau

    En même temps, l’écriture permettait de donner une structure à la connaissance que l’on avait du monde. Des catégories ont été créées pour classer et relier les idées par un système hiérarchique qui cherchait à refléter rationnellement un ordre naturel. Pourtant, la classification des informations est tout sauf naturelle, puisqu’il existe différentes manières logiques de classer les connaissances.

    enlightenedLire aussi : Knowledge management : comment choisir son cabinet de conseil + tableau comparatif

    1. Essayer d’imiter le fonctionnement des bureaux dans les années 50 est à l’origine du chaos informationnel d’aujourd’hui.

    Lorsque les premiers ordinateurs ont été créés, leur fonctionnement était basé sur des interfaces en ligne de commande qui réclamaient des connaissances techniques. Pour évoluer vers les ordinateurs personnels, il était nécessaire de simplifier leur fonctionnement. C’est ainsi qu’Alan Kay, de Xerox PARC, a introdui....
    Cet article vous intéresse? Retrouvez-le en intégralité dans le magazine Archimag !
    Archimag-345-malaise-bibliothecaires
    En 2018, le rapport Orsenna avait soulevé la question de l’extension des horaires des bibliothèques et, depuis… Est survenue la crise sanitaire du Covid-19 qui a secoué cet univers, avec des fermetures lors des confinements, puis des réouvertures conditionnées à des aménagements spécifiques. Soit un combat permanent pour maintenir à disposition une offre de lecture et un lien avec les publics. Archimag mène l’enquête auprès des bibliothécaires qui décrivent leur malaise multiforme. Un dossier avec des témoignages et des réactions qui fait aussi ressortir les progrès de la lecture numérique ou l’apport de solutions comme par exemple le « click and collect ».
    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous
    À lire sur Archimag
    Le chiffre du jour
    dont 290 numéros en accès libre, soit 20 000 pages d'articles... Archimag met à jour sa collection en ligne ! Le magazine de référence des professionnels du management de l'information complète la numérisation de ses anciens numéros jusqu'en décembre 2020 et permet désormais aux internautes de consulter gratuitement ceux couvrant la période de sa création, en juin 1985, jusqu'en décembre 2015.
    Publicité

    Veille 2020.PNG