Article réservé aux abonnés Archimag.com

Knowledge management : comment choisir son cabinet de conseil + tableau comparatif

  • knowledge_management_cabinet_conseil_comparatif.jpg

    knowledge-management-conseil-comparatif
    Comment choisir son cabinet de conseil en knowledge management ? Méthodologie, outils, livrables, certification, consultants... Découvrez le grand tableau comparatif d'Archimag.
  • Rares sont les organisations à disposer en interne de knowledge managers capables de piloter des démarches en gestion des connaissances. Les cabinets de conseil en knowledge management (KM) viennent pallier ce manque et se chargent d’évaluer, de valoriser et d’organiser le partage des informations produites pour créer de la valeur. Voici comment choisir celui qui pilotera votre projet de KM, avec un grand tableau comparatif en fin d'article.

    Temps de lecture : 4 minutes

    mail Découvrez le Puch du Veilleur, la newsletter thématique gratuite d'Archimag pour les veilleurs et les documentalistes !

    enlightenedLire aussi : Le travail collaboratif en entreprise à la croisée du RSE et du partage de la connaissance

    Les enjeux du knowledge management

    Votre organisation regorge sans doute de savoirs et de compétences, mais ces connaissances resteront totalement méconnues et inutiles si elles ne sont ni identifiées, ni valorisées et si personne n’y a accès. Un véritable gâchis pour l’efficacité et l’innovation collective !

    C’est tout l’enjeu de la gestion des connaissances (en anglais « knowledge management » ou KM). Jusque-là porté par les documentalistes ou les knowledge managers, ce type de projet s’étend de plus en plus à des équipes transverses telles que les équipes en charge de la transformation digitale, des équipes métier ou les ressources humaines, et permet par ailleurs de créer des passerelles et des réseaux qui perdurent au sein des organisations.

    enlightenedLire aussi : La gestion des connaissances : une démarche incontournable pour innover et rester compétitif

    Capitaliser et partager l'information et les connaissances

    Faire appel à une société de conseil dédiée pour capitaliser et partager l’information et les connaissances peut être judicieux si l’on ne dispose pas de ressource en interne apte à mener ce type de démarche. Mais comment la choisir ?

    Il convient en premier lieu de vérifier que la société qui va accompagner votre projet ait une vision précise du KM et de l’expérience en la matière.

    « Il faut vérifier les compétences acquises et les expériences menées par l’équipe et ne pas s’arrêter à un discours marketing un peu flou », confirme Caroline Buscal, responsable des projets de KM de Serda Conseil ; « il faut aussi regarder les domaines de leurs références clients. Par exemple, chez Serda Conseil, nous avons mené de nombreux projets dans le secteur privé et l’industrie. Nous connaissons déjà bien leur vocabulaire, leur culture et leur fonctionnement. Cela rend les projets beaucoup plus performants ».

    enlightenedLire aussi : Le knowledge management social : un outil opérationnel

    Méthodologie du cabinet de conseil en knowledge management

    La question de la méthodologie et des livrables doit également être posée.

    « En plus des références du prestataire, il faut vérifier si la méthodologie est adaptée au projet », explique Jean Delahousse, consultant indépendant ; « les projets KM sont plus délicats que d’autres car plus difficiles à définir en termes de livrables. Le client devra donc être vigilant sur la capacité du fournisseur à définir des étapes et des livrables susceptibles de travailler par itérations ».

    Ce que confirme Hélène Marcq, responsable des ventes et de la réussite client chez Elium : « Il faut faire attention à ce que la société de conseil soit plus dans la pratique que dans la théorie », explique-t-elle ; « il y a les concepts du KM et des conseils à appliquer, mais c’est mieux si la société de conseil rédige des livrables actionnables, met en pratique ses conseils, montre l’exemple, donne des bonnes pratiques concrètes observées chez d’autres clients ».

    enlightenedLire aussi : Initiales K.M : Katia Murawsky, knowledge manager à la MGEN

    Certification en KM

    Si certaines sociétés de conseil disposent de certifications, dans le domaine du KM, ce critère n’apparaît pas comme essentiel.

    « En revanche, il faut que l’intervenant soit capable d’exploiter les normes sous forme d’outils et de grilles de travail pour vérifier les points critiques, un peu comme une checklist », précise Caroline Buscal ; « il faut voir les normes comme des feuilles de route et des socles de confiance sur lesquels travailler avec les clients ».

    enlightenedLire aussi : Knowledge Plaza change de nom et devient Elium

    Knowledge management : les nouvelles demandes des clients

    L’agilité et la flexibilité étant aussi importantes que les méthodes claires et formalisées, les sociétés de conseil en KM s’adaptent constamment aux nouvelles demandes de leurs clients. En la matière, les experts que nous avons consultés identifient plusieurs tendances :

    « Les projets de KM basés sur des graphes de connaissance et les standards du web sémantique sont de plus en plus nombreux », explique Jean Delahousse.

    « De notre côté, les demandes de benchmarks sont devenues quasi systématiques par nos clients qui souhaitent s’inspirer de ces analyses de bonnes pratiques », observe Caroline Buscal.

    Pour Hélène Marcq, le rendement des projets de KM est une préoccupation forte des clients d’Elium : « Ils nous réclament de plus en plus de pouvoir justifier un ROI (retour sur investissement) à la gestion des connaissances », explique-t-elle.

    De nouvelles demandes qui tendent à se généraliser et auxquelles les sociétés de conseil en KM vont devoir répondre…

    enlightenedLire aussi : Le manager de l’information, des documents et des connaissances

    >>> Téléchargez le Comparatif Archimag des cabinets de conseil en knowledge management en cliquant-ici <<<

    Cet article vous intéresse? Retrouvez-le en intégralité dans le magazine Archimag !
    Ged-collaboratives
    À la Ged, les documents, et aux métiers, le collaboratif ? Un peu comme s’il y avait un partage entre back office et front office... Cependant, on demande souvent bien plus à une Ged que de s’en tenir à l’acquisition, au classement et l’exploitation des documents numériques, via des workflows. Inversement, on ne peut figurer un travail collaboratif se passant totalement d’un appui sur des documents. Dès lors, entre Ged et collaboration, à chacun de placer le curseur selon ses usages et ses besoins. Du côté des éditeurs, des fonctionnalités collaboratives sont ajoutées aux solutions. Et l’on peut découvrir sur le terrain les avantages que les professionnels peuvent en obtenir.
    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous
    À lire sur Archimag
    Le chiffre du jour
    1
    est en moyenne signalée toutes les semaines dans les établissements de santé depuis janvier 2021. Les hôpitaux ont subi 27 cyberattaques majeures - qui ont effectué tout ou partie de leurs systèmes d'information - en 2020.
    Publicité

    Veille 2020.PNG