Publicité

Un étudiant sur deux utilise l'intelligence artificielle comme source de documentation

  • ia_doc_enseignement.jpg

    Un-etudiant-sur-deux-utilise-intelligence-artificielle-source-documentation
    Malgré le succès fulgurant de l’IA, les étudiants utilisent très majoritairement les moteurs de recherche comme principale source de documentation (Pixabay / janeb13)
  • L'IA générative provoque une forte curiosité parmi les étudiants mais elle semble encore loin de détrôner les moteurs de recherche comme source de documentation principale.

    Sans surprise, l'intelligence artificielle générative s'est fait une place de choix dans l'enseignement et les étudiants ne se privent pas d'y recourir. Tout en considérant que cela pose quelques problèmes... Selon une enquête menée par l'éditeur informatique Compilatio et l'institut de sondage Le Sphinx auprès de 5600 enseignants et étudiants d'universités françaises, près d'un étudiant sur deux (47 %) déclare utiliser l'intelligence artificielle comme source de documentation. Mais seulement 2 % la considèrent comme la source la plus importante.

    Lorsqu'ils évoquent leurs principales sources d'informations, les étudiants citent d'abord les moteurs de recherche (77 %) loin devant les ouvrages spécialisés (17 %) et les travaux d'autres étudiants qui arrivent à égalité avec l'IA à 2 %. "Malgré le succès fulgurant de l’IA, les étudiants déclarent encore à 77 % utiliser les moteurs de recherche comme principale source de documentation" constate l'enquête.

    Pour la moitié des étudiants (51 %) qui recourent à l'IA générative, celle-ci est utilisée "uniquement pour mieux comprendre certains sujets". 20 % déclarent la solliciter pour reformuler une partie du contenu et 8 % pour reformuler intégralement du contenu.

    Assistant à la rédaction

    Plus problématique, 43 % des étudiants interrogés déclarent utiliser l’IA pour rédiger leurs travaux. Parmi ces étudiants,  28 % prennent cependant la peine de reformuler un texte généré par l'IA avant de l'intégrer dans leurs travaux. Selon les auteurs de l'enquête, "l’IA aurait plutôt le rôle “d’assistant à la rédaction” pour améliorer la syntaxe et reformuler un texte écrit. Les étudiants sont d’ailleurs 75 % à penser que cet usage-là est acceptable."

    Du côté des enseignants, un quart d'entre eux trouve acceptable que leurs étudiants rédigent des paragraphes avec l’IA. Plus de la moitié (53 %) estiment qu’il est tout à fait acceptable qu’un étudiant génère un premier jet de travail avec l’aide d'une IA générative. A la quasi unanimité, près des deux tiers des enseignants et des étudiants se retrouvent pour s'opposer à l'interdiction de l'IA.

    Enquête menée entre le 21 juin et le 15 août 2023 auprès d'un échantillon de 1 242 enseignants et 4 443 étudiants.

    À lire sur Archimag
    Les podcasts d'Archimag
    Saison 2, Ép. 9 - Sommes-nous devenus accros aux algorithmes ? Aux recommandations de nos réseaux sociaux ou encore aux IA génératives qui se démocratisent depuis plus d'un an ? Pour répondre à cette question, nous avons rencontré Luc de Brabandère. Il se définit comme un philosophe d’entreprise, un mathématicien, un professeur, mais aussi un heureux grand-père et un Européen convaincu. Ses multiples casquettes nourrissent ses divers travaux. Luc de Brabandère est notamment l'auteur de "Petite Philosophie des algorithmes sournois", publié aux éditions Eyrolles en octobre 2023. Pour le podcast d'Archimag, il nous livre ses réflexions sur les algorithmes et revient sur son parcours atypique.
    Publicité

    Serda Formation Veille 2023