Publicité

Malgré la crise sanitaire, le marché du logiciel est en croissance de plus de 3 %

  • logiciel_covid.jpg

    Le secteur du logiciel français enregistre une hausse de 3,3 % en 2020 (Hack Capital)
  • Selon l'Insee, le télétravail a généré de nouveaux besoins numériques de la part des entreprises, des administrations et des ménages.

    Le secteur de l'édition de logiciels n'a pas succombé au Covid-19. Mieux, il s'en tire honorablement avec une hausse de 3,3 % pour l'année 2020. Selon l'Insee, la filière numérique a profité d'une demande croissante des entreprises, des administrations et des ménages. Une performance sans comparaison avec d'autres secteurs anéantis par la crise sanitaire. La filière hébergement-restauration, par exemple, accuse une baisse de 34,8 %.

    Mais tous les segments du logiciels ne sont pas traités à la même enseigne. L'édition de jeux électroniques est la mieux lotie avec une hausse de 15 % et a même connu une embellie (+ 50 %) au mois de mars 2020 lors du premier confinement.

    "Pour les éditeurs d’autres logiciels, avec le recours accru au télétravail, les entreprises ont eu besoin de plus de solutions numériques. Les technologies d’accès aux données et aux logiciels à distance sur internet se sont fortement développées. De plus, la part importante des revenus liés aux abonnements a amorti les effets de la crise" constate l'Insee.

    Forte spécialisation des entreprises

    Le secteur du logiciel français se caractérise par une forte spécialisation des entreprises. "Celles appartenant à des groupes, et en particulier à des groupes français, ont un poids prépondérant (respectivement 87,8 % et 60,2 % du chiffre d’affaires). Un tiers du chiffre d’affaires est réalisé à l’exportation".

    En 2018, les entreprises du secteur employaient 60 700 salariés en équivalent temps plein. La part de jeunes ainsi que de cadres est élevée.

    À lire sur Archimag
    Les podcasts d'Archimag
    Le Syndicat intercommunal d'énergies de Maine-et-Loire (SIÉML) s’est lancé dans un grand projet d’archivage électronique en 2023. L’opportunité de réduire l’impact carbone tout en optimisant les processus est apparue au cours du projet. Agnès Arendo, archiviste et déléguée à la protection des données du SIÉML, revient sur la mise en route et les grandes étapes de ce chantier.
    Publicité