Publicité

L'Ina lance un Netflix old school avec des programmes des années 60, 70 et 80

  • InaNetflix.jpg

    Scène du feuilleton Thierry La Fronde, diffusé en 1963 et disponible sur le site de l'Ina (DR)
  • Un nouveau service illimité proposé pour un peu moins de 8 euros par mois.

    L'Institut national de l'audiovisuel (Ina) proposait déjà un service de vidéo à la demande depuis 2006, permettant aux internautes d'acheter et de télécharger définitivement des programmes à l'unité. Mais l'arrivée tonitruante du géant américain Netflix en France il y a trois semaines transforme les modèles audiovisuels au point d'obliger l'établissement public en charge, entre autres, de l'archivage des productions audiovisuelles, à s'adapter. En effet, l'Ina a annoncé le lundi 6 octobre la mise en place, dès mars 2015, d'un service de vidéo à la demande illimité par abonnement, pour un peu moins de 8 euros par mois.

    25 000 programmes disponibles

    Plus de 25 000 programmes (fictions, documentaires, séries, etc) composeront l'offre alléchante de l'Ina à regarder en streaming depuis le site internet ina.fr sur tablette, ordinateur, télévision connectée ou depuis certaines box ADSL ou câble. Mais attention ! Inutile de chercher les derniers épisodes des séries Game of Thrones ou House of Cards...

    Thierry La Fronde, Les Shadoks, et les autres

    C'est en effet dans les programmes produits par les chaînes françaises (surtout publiques) dans les années 60, 70 et 80 que l'Ina s'apprête à élaborer son offre vintage. En vedettes de ce service en préparation, notons les mythiques Thierry La Fronde, Belphégor, les Shadoks, Belle et Sébastien ou encore Vidocq et Les Rois Maudits, ainsi que les célèbres émissions Dim Dam Dom (1965-70) et 5 colonnes à la Une (1959-68). En attendant mars prochain, rappelons que plus de 350 000 contenus gratuits sont d'ores et déjà à disposition des internautes sur son site internet.

    À lire sur Archimag

    Le Mag

    Tout Archimag, à partir de 9,50 €
    tous les mois.

    Le chiffre du jour

    80
    C'est le pourcentage de Français qui estiment que la dématérialisation a généré de la déshumanisation dans les services publics.

    Recevez l'essentiel de l'actu !

    Indispensable

    Bannière BDD.gif