Publicité

#GorafiESR et #GorafiBib : quand universitaires et bibliothécaires se lâchent sur Twitter

  • gif bib.jpg

    Symptomatiques d'un malaise assumé, les hashtags #GorafiESR et #GorafiBib ont permis d'extérioriser les manques de moyens et les dysfonctionnements administratifs de leurs professions. (Gify)
  • Ivres, les journalistes d'Archimag piochent dans #GorafiBib pour trouver des idées de sujets pour le magazine...

    Le lancement de Madame Gorafi, le 1er février dernier, une version féminine du célèbre site d'information parodique Le Gorafi, a donné l'idée à certains twittos créatifs de tourner en dérision leur quotidien professionnel : celui de l'université et des bibliothèques.

    C'est un maître de conférence influent sur Twitter, @Maitre_de_conf, qui lance les hostilités le jour même, suggérant la création d'un Gorafi destiné à moquer l'enseignement supérieur. Il crée donc le hashtag #GorafiESR (pour "enseignement supérieur et recherche"), dont la communauté universitaire s'empare immédiatement.

     

    Les universitaires pépient...

    Le mot-dièse sera relayé plus de 500 fois ce jour-là, à coup de faux titres d'actualité raillant les travers des financements ou de l'administration universitaire et se place en quelques heures en tête des tendances du site de micro-blogging.

     

    Il sera même repris par Thierry Mandon, le secrétaire d'Etat à l'Enseignement supérieur et à la Recherche, sur son propre compte, alors qu'il annonçait avec la ministre de l'Education Najat Vallaud-Belkacem le lancement de leur plan "bibliothèques ouvertes" prévoyant un élargissement des horaires d'ouverture des bibliothèques universitaires :

     

    ...et les bibliothécaires gazouillent

    Le monde des bibliothèques aurait-il lui aussi des choses sur le coeur ? Parallèlement au lancement de #GorafiESR, apparaissait également un autre hashtag savoureux : #GorafiBib. Certes relayé avec un peu moins de passion, le mot-dièse a tout de même eu son petit succès, illustré de quelques perles humoristiques :

     

    Alors, chers Twittos : la récréation serait-elle déjà finie ?

    via GIPHY

    À lire sur Archimag

    Le Mag

    Tout Archimag, à partir de 9,50 €
    tous les mois.

    Le chiffre du jour

    76
    des échanges se font par mail au sein des organisations. L'usage d'une plageforme digitale permet de désengorger la boîte mail.

    Recevez l'essentiel de l'actu !

    banniere GP52 web.png