Publicité

Avec Syrtis, Progilone réinvente le logiciel de bibliothèque

  • progilone_vu.jpg

    Créée en 2008, Progilone est une entreprise lyonnaise oeuvrant à la fois dans le domaine des services et celui de l’édition de logiciels
    Créée en 2008, Progilone est une entreprise lyonnaise oeuvrant à la fois dans le domaine des services et celui de l’édition de logiciels (illustration VisualHunt)
  • Créée en 2008, Progilone est une entreprise lyonnaise oeuvrant à la fois dans le domaine des services et celui de l’édition de logiciels avec, comme origine, l’intégration de solutions open source autour du SIGB Koha. Mais aujourd’hui, c’est avec Syrtis qu’elle souhaite se faire connaître.

    PUBLI/INFO. En 2013, avec l’apparition des règles de catalogage RDA et de la norme FRBR, Progilone s’est interrogé sur la pérennité de sa solution. Koha étant basé sur des technologies datant de la fin des années 90, la décision a été prise de repartir d’une feuille blanche et de créer une nouvelle solution. C’est ainsi qu’est né Syrtis.

    Après une phase de financement du projet et le recrutement de compétences en interne, deux sites pilotes ont été sélectionnés pour accueillir cette nouvelle solution : les Hospices Civils de Lyon (centre de documentation et déjà client Koha) et la ville de Vaulx-en-Velin (une bibliothèque de lecture publique qui avait un projet en gestation). « Nous leur avons présenté notre prototype et ça les a incités à travailler avec nous », explique Michel Vivier, le directeur général de Progilone. Et il y a 4 raisons majeures à cela.

    Œ Syrtis est nativement FRBR (Functional Requirements for Bibliographic Records) et respecte les normes de catalogage RDA (Ressource : Description et Accès). « La version française de RDA n’étant pas finalisée, le produit utilise cela comme un atout et non comme une contrainte » ajoute le dirigeant, en précisant que Syrtis serait capable de décrire tout type de modèle normalisé ou non, grâce à son système de gestion dynamique d’objets et de relations entre ces objets. Contrairement aux autres solutions, le produit permet d’afficher la structure FRBR (et ses 4 niveaux : oeuvre, expression, manifestation, item) pour le professionnel et pour l’usager, en simplifiant et en masquant le vocabulaire. « La grande nouveauté, c’est cette structure de catalogue qui est proche de l’utilisateur » renchérit Michel Vivier.

    Les règles de catalogage sont externalisées dans un moteur de règles pour pouvoir s’adapter à toutes les évolutions. « Lorsque le besoin se fera sentir, il ne sera pas nécessaire de toucher le coeur du logiciel. Il suffira de paramétrer de nouvelles règles, indique Michel Vivier. C’est un point qui, au niveau de l’architecture, permettra de nous différencier ».

    Sur le plan fonctionnel, Syrtis offre toutes les fonctionnalités attendues en bibliothèque (gestion des usagers, recherche, circulation, gestion de thésaurus, acquisitions, périodiques, tableau de bord/gouvernance, etc.) avec des particularités comme la « balade intuitive » qui permet d’exploiter réellement le modèle FRBR et tous les liens existants entre les oeuvres. L’utilisateur peut ainsi se déplacer de manière « naturelle » dans le catalogue. « C’est une fonctionnalité originale qui plaît beaucoup », précise Michel Vivier.

    Syrtis dispose d’un nouveau moteur de recherche, de plusieurs modules de back-office et notamment le module Tools qui regroupe tous les outils techniques utiles pour la migration de l’ancien catalogue. « Nous nous interfaçons avec des référentiels déjà FRBR, par exemple de la BnF ou de la Bibliothèque du Congrès, en complément, nous avons travaillé sur des algorithmes de FRBRisation avec un laboratoire lyonnais, déclare le responsable de Progilone. Ces algorithmes sont aussi utilisés lors des imports dans la solution qui se connecte à des serveurs Z39.50 avec les autres bibliothèques et des échanges sous forme de paniers ou de fichiers avec une structure MARCXML ». Syrtis abrite également des outils d’export pour effectuer des envois au format MARC lors des échanges entre bibliothèques.

    Enfin, outre les fonctions standards, Syrtis propose une fonction de bibliothèque numérique, sous la forme d’une GED basique, ainsi qu’un système de recommandations (sur le modèle de ce qui se pratique dans le domaine commercial). Celui-ci est basé sur une combinaison de plusieurs algorithmes de filtrage : par contenus (les oeuvres proches de la recherche), par traces (historique des prêts et des recherches, etc.) et collaboratif.

    Les points forts de Syrtis ? Incontestablement son ergonomie, son côté intuitif, sans oublier l’enrichissement sémantique. « À Vaulx-en-Velin, nous avons formé le personnel à l’utilisation du logiciel, mais beaucoup moins au modèle FRBR, souligne Michel Vivier. Sans être réellement formés, les bibliothécaires ont réussi à prendre en main le logiciel en quelques jours ». Si les usagers profitent des bienfaits de ce modèle FRBR, les bibliothécaires aussi ! 

    Contact

    Michel Vivier
    Directeur général
    24b rue Jean Baldassini
    69007 Lyon - France
    Tél. : +33 (0)4 81 92 60 50
    E-mail : michel.vivier@progilone.fr
    /// www.progilone.fr ///

    Ce sujet vous intéresse? Retrouvez-en davantage dans le magazine Archimag !

    Ged-collaboratives
    À la Ged, les documents, et aux métiers, le collaboratif ? Un peu comme s’il y avait un partage entre back office et front office... Cependant, on demande souvent bien plus à une Ged que de s’en tenir à l’acquisition, au classement et l’exploitation des documents numériques, via des workflows. Inversement, on ne peut figurer un travail collaboratif se passant totalement d’un appui sur des documents. Dès lors, entre Ged et collaboration, à chacun de placer le curseur selon ses usages et ses besoins. Du côté des éditeurs, des fonctionnalités collaboratives sont ajoutées aux solutions. Et l’on peut découvrir sur le terrain les avantages que les professionnels peuvent en obtenir.
    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous
    Ce sujet vous intéresse? Retrouvez-en davantage dans les Guides Pratiques Archimag !
    guide-digital-workplace
    Travail nomade, télétravail, flex office, virtualisation, etc., l’environnement de travail est en pleine mutation. Les salariés sont demandeurs de plus en plus de flexibilité et d’espaces de travail hébergés dans le cloud facilitant les échanges, la collaboration et la capitalisation de l’information et des connaissances. Comment mettre en oeuvre cette transformation ? Comment impliquer les utilisateurs ? Pour quelle réorganisation ? Avec quels outils et équipements ? Autant de points à considérer pour à terme concilier efficacité et bien-être.
    Acheter ce guide  ou  Abonnez-vous
    À lire sur Archimag
    Le chiffre du jour
    1
    est en moyenne signalée toutes les semaines dans les établissements de santé depuis janvier 2021. Les hôpitaux ont subi 27 cyberattaques majeures - qui ont effectué tout ou partie de leurs systèmes d'information - en 2020.
    Publicité

    documentation-couv-serda-formation.png