Publicité

Droit de prêt en bibliothèque : la Sofia a redistribué 11,7 millions d'euros aux auteurs et aux éditeurs en 2018

  • droitpret_sofia.jpg

    bibliotheque
    La Sofia, qui est administrée à part égale par des auteurs et éditeurs, est la seule société agréée par le ministère de la Culture pour la gestion du droit de prêt en bibliothèque qu’elle perçoit et répartit aux ayants droit des livres achetés. (Pixabay)
  • Actuellement de deux ans, le délai entre la facturation et la redistribution des droits de prêt pourrait bientôt être révisé par la Sofia.

    1,87 euro. C'est le montant des droits partagés, à parts égales, entre les auteurs et les éditeurs, pour chaque exemplaire d'un ouvrage acheté par les bibliothèques. Au total, ces droits s'élèvent à 11,7 millions d'euros pour l'année 2018, ce qui représente l'achat de 6 263 928 copies, soient 354 609 titres répartis entre 67 000 auteurs et 2 400 éditeurs de livres. La Société française des intérêts des auteurs de l'écrit (Sofia), qui gère depuis 15 ans la redistribution des droits engendrés par le prêt en bibliothèque aux auteurs et aux éditeurs, constate une hausse de ces droits de 0,3 % en 2018 par rapport à 2017.

    Le délai de redistribution bientôt raccourci

    La redistribution des droits de prêts s'effectue en moyenne deux ans après leur année de référence en raison de l'étalement sur deux ans de la facturation et de la collecte des redevances des fournisseurs de livres. La répartition des droits de prêts pour l'année 2018 est en effet basée sur les droits de l'année 2016. La Sofia déclare réfléchir à un nouveau système qui permettrait de réduire ce délai d'ici l'an prochain.

    Qui finance le droit de prêt en bibliothèque ?

    Pour rappel, un auteur (ou traducteur) d'un livre ne peut s'opposer à son prêt en bibliothèque publique, en l'échange duquel il perçoit une rémunération et une retraite complémentaire. Ces droits de prêt sont financés à la fois par l'Etat (participation forfaitaire selon le nombres d'usagers en bibliothèques publiques et en bibliothèques universitaires) et par les fournisseurs de livres (libraires), qui versent 6% du prix public hors taxe de leur ventes. 

     

    Ce sujet vous intéresse? Retrouvez-en davantage dans les Guides Pratiques Archimag !

    GP_62
    Les bibliothèques sont de vieilles institutions. Cependant, si elles restent des sanctuaires du savoir et des points de repère dans une ville ou sur un campus, elles n’en sont pas moins capables d’innovations, dans un monde qui change, pour attirer de nouveaux publics tout en gardant les anciens. Ces innovations s’opèrent par petites touches ou à travers de vastes chantiers. Les évolutions des usages forment le moteur de la transformation. Il est devenu nécessaire d’élargir les horaires d’ouverture, de faire davantage appel à l’automatisation, de procéder à des “mesures d’impact” et d’ajuster son offre. Les challenges sont nombreux : gestion des données de recherche, transition bibliographique, prêt numérique, mobilité, chatbot, question des communs, prêt d’objets, tenue d’ateliers, présence à travers les réseaux sociaux, maîtrise de l’expérience utilisateur… Logiciels, mobilier, automates et équipements divers : les moyens à la disposition des bibliothèques prennent aussi part à l’innovation.
    Acheter ce guide  ou  Abonnez-vous

    À lire sur Archimag

    Le Mag

    Tout Archimag, à partir de 9,50 €
    tous les mois.

    Le chiffre du jour

    estiment que les recrutements dans le numérique seront importants à l'avenir, mais seul un tiers s'est déjà reconverti professionnellement dans ce secteur ou envisage de le faire, selon une enquête OpinionWay réalisée pour l'Ecole Informatique (ENI).

    Recevez l'essentiel de l'actu !

    banniere GP52 web.png