Article réservé aux abonnés Archimag.com

3 outils pour sécuriser votre identité numérique et vous protéger contre l'usurpation d'identité

  • securiser-identite-numerique-proteger-usurpation.jpg

    securiser-identite-numerique
    Avec FranceConnect, les internautes choisissent un fournisseur d’accès (Impots.gouv.fr, La Poste, Ameli...) afin d’être reconnus par l’ensemble des services publics en ligne et n’ont pas besoin de se réidentifier. (wocintechchat.com on VisualHunt.com)
  • À l’ère numérique, il existe de plus en plus d’outils pour se protéger contre l’usurpation d’identité. Ces dispositifs gratuits pour les utilisateurs luttent contre la fraude documentaire en leur permettant de s'identifier pour authentifier et simplifier les démarches en ligne. Passage en revue de 3 outils dédiés : l'Identité Numérique de La Poste, FranceConnect et la signature électronique.

    Temps de lecture : 4 minutes

    mail Découvrez le Brief de la Démat, la newsletter thématique gratuite d'Archimag dédiée aux projets de dématérialisation et de transformation numérique !


    Sommaire du dossier :


    L'Identité Numérique de La Poste

    Depuis le 7 juin dernier, il est possible de se prémunir contre les risques d’usurpation d’identité grâce à La Poste. Il faut moins de quatre minutes pour créer ce nouveau dispositif dans un bureau de poste auprès d’un agent. Il est également possible de se rendre sur le site Lidentitenumerique.laposte.fr pour accéder à ce nouveau service baptisé Identité Numérique.

    identite-numerique-la-poste

    Si La Poste intervient désormais sur le marché de l’identité numérique, ce n’est pas par hasard : 

    « C’est à La Poste que nous contrôlons le plus de cartes d’identité par jour parce que les gens viennent chercher des lettres recommandées, des courriers ou des colis suivis », explique Nathalie Colin, directrice générale adjointe du groupe La Poste ; « à chaque fois, on demande aux clients la présentation de leur carte d’identité. Nous pourrons désormais gagner énormément de temps puisque, en présentant leur Identité Numérique, ils pourront avoir le retrait de leur instance. Et nous saurons exactement qui ils sont. Il ne sera plus nécessaire de sortir sa carte d’identité de son portefeuille ».

    > Lire aussi : La fraude numérique, une préoccupation croissante : les solutions pour s’en protéger

    Gratuite, L’Identité Numérique La Poste promet de simplifier les démarches en ligne. Surtout, elle a vocation à protéger les citoyens contre le vol d’identité.

    Pour cela, elle reprend les protocoles déjà mis en place dans le milieu bancaire : à chaque tentative de connexion, l’utilisateur reçoit une demande de confirmation sur son application mobile. L’Identité Numérique lui permet alors de valider chaque connexion à l’aide de son code secret.

    Prochainement, elle facilitera l’accès à certains services de La Poste, comme le retrait de colis en bureau de poste, la réexpédition de son courrier en ligne ou la réception d’une lettre recommandée électronique.

    Autre atout : ce dispositif facilitera le développement de nouveaux usages sécurisés en ligne comme l’ouverture d’un compte bancaire ou la souscription de contrats.

    > Lire aussi : La nouvelle carte d'identité est désormais disponible dans toute la France

    FranceConnect et bientôt FranceConnect+

    Installé sur le marché de l’identité numérique depuis 2016, FranceConnect semble en passe de séduire les Français puisque 30 millions d’entre eux y ont recours ! Cette solution développée par l’État est un dispositif d’identification commun à plusieurs administrations. Elle permet de se connecter à différents services en ligne (demande de passeport, consultation du livret scolaire, déclaration d’impôts sur le revenu…) ainsi qu’aux services de l’ANTS (Agence nationale des titres sécurisés) sans avoir besoin de créer un nouveau compte.

    > Lire aussi : FranceConnect passe le cap des 30 millions d'utilisateurs

    Concrètement, les internautes choisissent un fournisseur d’accès (Impots.gouv.fr, La Poste, Ameli…) afin d’être reconnus par l’ensemble des services publics en ligne et n’ont pas besoin de se réidentifier pour accéder à près de 900 services en ligne.

    Le service d’identification ambitionne d’atteindre 30 millions d’usagers en 2022. En attendant, une version FranceConnect+ sera lancée pour des démarches nécessitant un niveau de sécurité plus élevé.

    > Lire aussi : Mon FranceConnect, prochain service en ligne dédié à la simplification administrative

    Signature électronique avancée avec certificat qualifié

    La signature électronique, quant à elle, peut également aider à lutter contre l’usurpation d’identité.

    « Le règlement eIDAS est à l’origine de trois niveaux de signature : simple, avancée et qualifiée », explique l’éditeur Universign ; « ces trois niveaux de signature sont mis en œuvre grâce à différents moyens d’identification électronique permettant de mieux maîtriser les risques d’usurpation d’identité. Cependant, la signature électronique ne se limite pas à une question technique ».

    Le marché de la signature électronique s’est récemment enrichi d’un quatrième niveau : la signature avancée avec certificat qualifié.

    > Lire aussi : La signature électronique pour les nuls : les 5 points à retenir avant de signer

    La procédure repose sur plusieurs étapes :

    • L’envoi d’un document d’identité ;
    • Un face-à-face entre le futur titulaire du certificat et l’opérateur d’enregistrement ;
    • Ce dernier procède au contrôle physique de l’identité du signataire en plus de sa pièce d’identité, s’assurant ainsi de l’exactitude des informations s’y trouvant.

    « Le certificat émis est alors dit “qualifié”. Comme pour la signature simple et avancée, l’authentification avec un code SMS est également indispensable à la signature », précise Universign.

    Cet article vous intéresse? Retrouvez-le en intégralité dans le magazine Archimag !
    Archimag-347-fraude-documentaire
    Le fléau de la fraude documentaire ne faiblit pas. De l’utilisation de faux documents — parfois pour en obtenir de vrais — à l’usurpation d’identité : ici encore l’imagination est sans limites ! Pour les victimes, la note s’élève à des centaines de millions d’euros, voire des milliards d’euros. Secteur public et secteur privé sont touchés. Un avocat s’exprime sur les faits et les conséquences. Côté ministériel, notamment, la lutte antifraude agit. Le management et les outils de l’identité numérique apportent des réponses, comme aussi les solutions de connaissance du client (know your customer, KYC).
    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous
    À lire sur Archimag
    Le chiffre du jour
    C'est le montant total des pénalités infligées aux entreprises en 2022 - et à l'échelle internationale - pour le non respect du RGPD.

    supplement-confiance-numerique-270500.png