Covid-19 : le virus serait indétectable sur des documents de bibliothèque très diffusés après 3 jours

  • livre_bibliotheque_covid19_virus_contagion.jpg

    livre-bibliotheque-covid-19-coronavirus-contagion
    Les premiers résultats du projet REALM sur la réouverture des services d'archives, des bibliothèques et des musées semblent encourageants concernant la contagion au Covid-19 via les livres empruntés. (Freepik/prostooleh)
  • Tous les professionnels de bibliothèques (et ceux qui les fréquentent) s'interrogent : peut-on attraper le coronavirus (Covid-19) en manipulant ou en empruntant un livre à la bibliothèque ? Le projet américain REALM (Reopening Archives, Libraries and Museums) mené par l'IMLS (Institute of museum and library services), OCLC et l'institut de recherche scientifique Battelle vient de livrer ses premières conclusions : le virus serait indétectable sur cinq documents de bibliothèque très diffusés après trois jours.

    Indétectable. C'est la conclusion du projet REALM (Reopening Archives, Libraries and Museums), dédié à soutenir les bibliothèques, musées et services d'archives des Etats-Unis dans leur réflexion sur les pratiques de réouverture à la lumière du Covid-19. Mené par OCLC (coopérative mondiale de bibliothèques) et l'institut de recherche scientifique Battelle, en partenariat avec l'IMLS (Institute of museum and library services), le projet souhaite fournir des informations éclairées aux professionnels sur le maniement du matériel, la formation et le nettoyage. 

    enlightenedLire aussi : Bibliothèques et bibliothécaires transformés par le Covid-19 et le confinement

    Le Covid-19 testé sur une grande variété de documents de bibliothèque

    Le projet REALM s'est donc intéressé aux matériaux couramment trouvés et manipulés dans les bibliothèques publiques américaines alors que les institutions commencent justement à reprendre leurs activités et à accueillir à nouveau du public. Selon ces travaux, le virus du Covid-19 serait indétectable sur cinq documents de bibliothèque ayant fait l'objet d'une forte diffusion après trois jours.

    Couvertures de livres rigides, brochés, pages d'un livre, boites de DVD en plastique... Au cours des dernières semaines, les scientifiques de Battelle ont testé le virus sur une grande variété de surfaces et dans des conditions de température et d'humidité relative comparables à celles généralement trouvées dans les bureaux climatisés. 

    enlightenedLire aussi : Covid-19 : du confinement au déconfinement des bibliothèques, comment l'ABF traverse la crise

    Fournir aux bibliothécaires des informations éclairées

    "Tout employé de bibliothèque confirmerait que les décisions sont bonnes lorsque ces décisions seront fondées sur des faits et des preuves", déclare Nate Hill, directrice exécutive du Metropolitan New York Library Council et membre du comité directeur du projet REALM. "Les résultats du projet REALM [...] donnent aux bibliothécaires les informations dont ils ont besoin pour prendre des décisions pratiques et éclairées lorsqu'ils rouvrent leurs espaces et reprennent leurs services".

    Des tests en laboratoire sont également prévus sur d'autres matériaux afin de compléter cette étude. Les mises à jour du projet sont publiées sur le site oc.lc/realm-project à mesure qu'ils seront disponibles. Il est même possible de s'inscrire via le site web du projet pour recevoir des mises à jour par e-mail lorsque de nouvelles informations seront publiées.

    À lire sur Archimag
    Le chiffre du jour
    des bibliothèques proposant des ressources numériques ont constaté depuis le début du confinement une augmentation des usages de leurs ressources en ligne, selon une enquête flash menée par le ministère de la Culture fin mars 2020.
    Publicité

    banniere-archimag_2_0.gif

    doc 2020.PNG

    banniere GP52 web.png