Publicité

Fraude documentaire : EDF, Engie, La Poste et La Caisse des dépôts s'allient et misent sur la blockchain pour authentifier les documents

  • fraude_archipels.jpg

    document
    Il existe deux grands types de fraudes documentaires : la falsification par le fraudeur de documents authentiques et la création de faux documents servant de justificatifs à l’obtention d’une prestation. (Freepik/katemangostar)
  • Le montant total de la fraude a atteint 8,6 milliards d'euros en 2017.

    "Archipels". C'est le nom du partenariat signé par EDF, Engie, La Poste et la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC) pour lutter contre la fraude documentaire via la blockchain. Cette offre "multi-acteurs", qui sera présentée lors du salon VivaTech qui se tiendra du 16 au 18 mai prochain à Paris, est destinée à permettre aux banques, aux assurances et aux prestataires sociaux de vérifier l'authenticité des justificatifs et documents estampillés EDF ou Engie, qui leur sont présentés par les particuliers. 

    Cela fait plusieurs années que les équipes R&D de ces quatre groupes s'intéressent de près à la blockchain. Comme le rappelle Les Echos, "La Caisse des Dépôts s'est lancée dans cette technologie en 2015 pour développer des standards français dans la finance. La Poste a, de son côté, testé un mode d'autoconsommation collective de l'énergie photovoltaïque issue des toits de ses locaux. EDF a expérimenté des bornes de recharge pour voitures électriques acceptant les cryptomonnaies. Quand à  Engie, il a déployé la blockchain pour tracer son énergie verte".

    Bientôt une offre pour le grand public

    "C'est une réunion naturelle, explique Olivier Senot, le directeur du développement de nouveaux services dématérialisation de Docapost, la branche numérique de La Poste dans Le Journal du Dimanche ; nous sommes tous des sociétés émettrices de documents porteurs de droits, et de grands groupes en qui les Français ont confiance". 

    Et le consortium ne souhaite pas s'arrêter là : à long terme, Archipels souhaite également développer un service d'authentification de documents à destination du grand public, qui permettrait notamment de certifier les permis de conduire (pour la location de véhicules) ou les diplômes (pour les inscriptions à l'université ou pour les services de ressources humaines) grâce à la technologie de registres distribués et décentralisés, la blockchain. Rappelons que, selon la Délégation nationale à la lutte contre la fraude, le montant total de la fraude détectée en matière fiscale et sociale a atteint 8,6 milliards d’euros en 2017.

    Ce sujet vous intéresse? Retrouvez-en davantage dans les Guides Pratiques Archimag !

    Couverture guide pratique Archimag n°59
    Doucement, mais sûrement, la blockchain prend ses marques. Cette technologie propose un nouveau modèle de base de données permettant le stockage et la transmission d’informations de manière distribuée et sécurisée. La cryptomonnaie bitcoin s’appuie sur elle. Elle est une évolution des mentalités et réclame un nouveau cadre juridique. Son potentiel économique se dessine. Met-elle en danger les tiers de confiance ? L’Etat s’y intéresse, tandis qu’à l’étranger, de pays en pays, les cas d’usage se multiplient. Au niveau international, un travail de normalisation est en cours. La blockchain doit trouver sa place dans le système d’information, en articulation avec les processus métier. De multiples usages peuvent s’appuyer sur la blockchain. Ce qui se traduit par une grande diversité de sociétés proposant conseils et développement. Et ce que montrent aussi des retours d’expérience.
    Acheter ce guide  ou  Abonnez-vous

    À lire sur Archimag

    Le Mag

    Tout Archimag, à partir de 9,50 €
    tous les mois.

    Le chiffre du jour

    estiment que les recrutements dans le numérique seront importants à l'avenir, mais seul un tiers s'est déjà reconverti professionnellement dans ce secteur ou envisage de le faire, selon une enquête OpinionWay réalisée pour l'Ecole Informatique (ENI).

    Recevez l'essentiel de l'actu !