Publicité

La Commission européenne souhaite réguler les usages de l'intelligence artificielle 

  • commission-europeenne-souhaite-reguler-usages-intelligence-artificielle.jpg

    Commission-europeenne-reguler-intelligence-artificielle
    La Commission européenne souhaite réguler les usages de l'intelligence. artificielle ce mercredi (freepik@rawpixel)
  • La Commission européenne a dévoilé, ce mercredi 21 avril, son projet de règlement sur une approche européenne de l’IA. Cette première amorce de cadre juridique sur cette technologie souhaite contrer les principaux risques de l’IA. Elle vise aussi à faire jouer à l'Europe un rôle majeur dans le monde sur ce sujet.  

    L’Europe a pour objectif d’être en tête concernant les technologies de l’IA. Face au développement de cette révolution technologique, l’Union européenne se positionne et souhaite exploiter les différentes opportunités et défis que l’IA offre pour le futur. Toujours dans cette optique de développement, la Commission européenne aborde les risques élevés potentiels que l’IA présente pour la sécurité et les droits fondamentaux.   

    Ce programme doit maintenant faire l'objet de discussions au Parlement européen et avec les Etats membres de l'Union européenne.  

    Les risques de l'intelligence artificielle identifiés par l'UE   

    Trois principaux points considérés comme risques élevés sont traités par la Commission. A commencer par les systèmes d’identification biométrique à distance dans les lieux publics. Ces dispositifs devraient être prohibés à l’exception de certains cas, en particulier celui des forces de l’ordre pour la lutte antiterroriste et la sécurité publique.   

    Les systèmes de crédit social, c'est-à -dire, des systèmes de notation de la population (à l'image de ceux utilisés en Chine), constituent un autre risque. Ces méthodes servant à manipuler les comportements, convictions ou les actes des citoyens seront donc totalement interdites.   

    Enfin, les technologies permettant de choisir des citoyens selon des critères non fondés seront également prohibées. Nous pouvons retrouver ces procédures dans le domaine du recrutement professionnel ou scolaire, ou dans les systèmes de priorisation des services d’urgence.   

    Premiers retours sur ces propositions 

    Thierry Breton souhaite avec ce programme attirer les entreprises du monde entier vers l’Europe à l’aide de “la plus grande quantité de données industrielles créées sur la planète”. D’un autre côté Orsolya Reich de l’ONG Union pour les libertés civiles en Europe déclare : “L’UE doit adopter une position plus ferme (…) et interdire la surveillance indiscriminée de la population sans autoriser d’exceptions”.

    Ce sujet vous intéresse? Retrouvez-en davantage dans le magazine Archimag !

    Archimag-318
    La recherche d’information est le lot quotidien des documentalistes et veilleurs. Dans leurs outils, de plus en plus d’intelligence artificielle. Pour quels bénéfices ?
    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous
    À lire sur Archimag
    Le chiffre du jour
    dont 290 numéros en accès libre, soit 20 000 pages d'articles... Archimag met à jour sa collection en ligne ! Le magazine de référence des professionnels du management de l'information complète la numérisation de ses anciens numéros jusqu'en décembre 2020 et permet désormais aux internautes de consulter gratuitement ceux couvrant la période de sa création, en juin 1985, jusqu'en décembre 2015.
    Publicité

    Couv demat 2020.png