Publicité

Des solutions automatisées et des opérateurs « augmentés » pour lutter contre la fraude documentaire

  • jouve-fraude-documentaire-protection-lutte.jpg

    protection-fraude-documentaire-lutte
    De plus en plus sophistiquée, la fraude documentaire s’inscrit à toutes les étapes d’un parcours client. (© Freepik/rawpixel.com)
  • La fraude documentaire s’est intensifiée ces dernières années avec la digitalisation des processus. La crise sanitaire, avec un recours important aux usages digitaux, a été un amplificateur de ce phénomène. Santé, banque, secteur public, propriété intellectuelle : tous ces secteurs sont touchés. Jouve, leader mondial du process automation dans la propriété intellectuelle, partenaire des 6 plus grandes banques françaises, des 6 plus grandes mutuelles et du secteur public, a mis en place des dispositifs pour lutter efficacement contre ce fléau. Comment l’entreprise y fait-elle face et accompagne ses clients ? Les réponses de Xavier Monmarché, Chief Business Officer.
     

    xavier-monmarche-jouve.jpgQuelles formes de fraude documentaire observez-vous ?


    Xavier Monmarché : La fraude est désormais multifacette. Il peut s’agir de falsification de documents, altération de documents authentiques, contrefaçon, reproduction non autorisée d’un document authentique, pseudo document qui a l’apparence d’un document officiel sans en être un, etc. Mais aussi de documents authentiques qui peuvent être obtenus de manière frauduleuse ou dont l’usage est frauduleux.
    La fraude documentaire s’est sophistiquée au cours de ces dernières années et encore plus ces derniers mois. Elle s’inscrit à toutes les étapes d’un parcours client : de l'entrée en relation à la validation du processus, en incluant la souscription d’un produit ou d’un service.
     

    En quoi Jouve est-elle concernée par cette problématique ?


    X. M. : Nous sommes très bien positionnés en Europe sur la digitalisation des processus dans la banque, la santé, l’assurance et le secteur public. Un certain nombre d’obligations incombent à ces acteurs. Nos solutions permettent d’y répondre quelle que soit l’étape concernée. Dans la banque, par exemple, l’ACPR oblige au respect de diverses règles dans le cadre des échanges entre un établissement et ses clients. Même problématique pour l’entrée en relation pour le processus santé, que ce soit pour la préadmission à l’hôpital, la souscription à une mutuelle ou le traitement d’une facture de soins de santé. Ce type de dispositif traite systématiquement de données sensibles. Nous sommes dans l’obligation d’assurer la fiabilité de l’information collectée. Comme exemple dans le secteur public, pour lequel nous avons développé le pass Culture. Notre plateforme permet de traiter instantanément l’information et ainsi de compléter les dossiers de façon fiable en s’assurant de la bonne destination de l’aide de l’État ciblée vers les jeunes de 18 ans.
    Pour l’ensemble des secteurs que nous adressons, le traitement de la donnée est assuré sur des plateformes alliant automatisation des traitements, garantie d’un haut niveau de sécurité et de conformité, et croisement avec des sources externes.


    Concrètement, quelles solutions mettez-vous en œuvre pour lutter contre la fraude documentaire ?


    X. M. : Nous proposons une solution d’entrée en relation optimisée permettant un mode de souscription en ligne, avec un engagement dans le temps de session. Concrètement, en cas de doute émis par nos contrôles automatiques, le formulaire est poussé vers un opérateur formé au processus en question qui va procéder à la vérification et orienter l’internaute vers sa résolution ou clore le dossier. C’est véritablement là l’ADN de Jouve, adjoindre des solutions automatisées grâce à l’intelligence artificielle et des opérateurs « augmentés ». Cette garantie humaine permet de lever les doutes de l’intelligence artificielle.
    Pour renforcer nos solutions, nous proposons une offre intégrant une authentification parfaite des documents dans la blockchain et une reconnaissance faciale passive grâce à nos partenariats avec Archipels et Deepsense.
     

    Quel est votre élément de différenciation ?


    X. M. : Jouve est un acteur qui a choisi ses combats, ses secteurs de prédilection pour offrir plus de pertinence au niveau du traitement des documents. Nous traitons des millions de documents, des millions de données sensibles sur des sujets nécessitant une expertise métier forte. Nos technologies associées à notre expertise métier construite depuis de nombreuses années sont des éléments très rassurants pour nos clients. Nous pouvons ainsi leur proposer les solutions les plus adaptées à leur besoin. Et enfin, nous sommes très sympas !

    jouve-logo.png

    Contact
    Jouve
    11 Boulevard de Sébastopol
    75001 Paris
    + 331 44 76 54 40
    Jouve.com

    À lire sur Archimag
    Le chiffre du jour
    dont 290 numéros en accès libre, soit 20 000 pages d'articles... Archimag met à jour sa collection en ligne ! Le magazine de référence des professionnels du management de l'information complète la numérisation de ses anciens numéros jusqu'en décembre 2020 et permet désormais aux internautes de consulter gratuitement ceux couvrant la période de sa création, en juin 1985, jusqu'en décembre 2015.
    Publicité

    Couv demat 2020.png