Publicité

Documation 2023 - Le numérique responsable : il est temps de se lancer

  • documation-2023-numerique-responsable.jpg

    numerique-responsable-documation-2023
    Les exposants de Documation 2023 ne sont toujours pas à la page en termes de numérique responsable (Archimag)
  • Alors que le Giec alerte sur le réchauffement climatique avec la publication de son sixième rapport lundi 20 mars 2023, la sobriété numérique et la mesure de l’empreinte carbone des activités n’est pas au centre des discussions des exposants rencontrés lors de Documation 2023. Une indifférence qui inquiète. Retrouvez en complément de cet article le podcast Archimag dédié au numérique responsable. 

    Bien que le secteur du numérique soit à l’origine de 3,7 % des émissions totales de gaz à effet de serre, les exposants qui se tournent vers le numérique responsable se font encore rares. Dans les allées du salon Documation 2023, les enjeux environnementaux du numérique laissent un certain nombre d'exposants perplexes. Cette problématique semble relativement absente de leurs préoccupations. D’autres assurent qu’ils en ont fait un axe prioritaire. Docuware, société internationale dont la maison mère se situe en Allemagne, réduit difficilement l’empreinte environnementale de ses activités. « Docuware est en réflexion sur les sujets environnementaux », affirme Olivier Rajman, son directeur commercial France et Benelux, « nous sommes néanmoins en retard puisque les actions prennent du temps à se mettre en place. » L’éditeur a tout de même effectué le calcul de son empreinte carbone, et souhaite mettre en place une démarche RSE dans les années à venir. 

    Le problème est que chaque jour compte. Certaines entreprises en sont conscientes, et tentent d'accélérer les choses. C’est ce que nous affirme Philippe Bloquet, fondateur de PeopleSpheres, plateforme de centralisation des applications RH. “Nous visons le zéro papier à travers notre plateforme digitale où tout peut être dématérialisé : facturation, attestation, etc.”, assure-t-il. Même discours du côté de Sages Informatique. “En attendant de trouver une solution plus pérenne, nous compensons l'empreinte carbone de l'entreprise et de nos utilisateurs en plantant des arbres”, se félicite Laurence Desoulière, directrice marketing, stratégie, communication et RSE chez Sages Informatique.  

    Des clients de plus en plus demandeurs

    Depuis l’annonce du décret d’application de la loi Reen (réduction de l’empreinte environnementale dans les collectivités territoriales) en juillet 2022, les acteurs du numérique sont incités à adapter leurs activités aux enjeux environnementaux. Une prise de conscience qui se fait aussi du côté des clients. “Les attentes sont de plus en plus exigeantes”, souligne Olivier Rajman. “Avec le réchauffement climatique, les clients souhaitent faire davantage attention”. Les grands groupes aussi commencent à porter une attention particulière aux critères écoresponsables lors d’appels d'offres. “60 à 65 % de nos appels d’offre contiennent des exigences RSE”, souligne Delphine Benard, directrice RSE de Docaposte, filiale numérique du groupe La Poste. 

    Une inaction qui inquiète

    Pour Jean-Christophe Bories, cofondateur de Carbonscore, l'indifférence des entreprises sur leur empreinte environnementale est inquiétante. “Le digital n’est pas une ressource infinie”, alerte-t-il. “Il est nécessaire de changer nos comportements face à notre utilisation du numérique”. La plateforme Carbonscore accompagne les collaborateurs dans une prise de conscience et une démarche plus respectueuse de leur impact environnemental afin de toucher indirectement les clients. Elle combat le mal à la racine. 
    Laurence Desoulière, se veut quant à elle plus optimiste. “Même les petites entreprises qui n’ont pour l’instant pas d’obligations de faire un bilan carbone ou de se tourner vers un numérique plus responsable s'engagent dans ce genre de démarche. Le secteur du numérique commence à prendre conscience que s’il veut évoluer, il doit prendre en considération notre consommation énergétique”, rassure-t-elle. 
     

    À lire sur Archimag
    Les podcasts d'Archimag
    Rencontre avec Stéphane Roder, le fondateur du cabinet AI Builders, spécialisé dans le conseil en intelligence artificielle. Également professeur à l’Essec, il est aussi l’auteur de l’ouvrage "Guide pratique de l’intelligence artificielle dans l’entreprise" (Éditions Eyrolles). Pour lui, "l’intelligence artificielle apparaît comme une révolution pour l’industrie au même titre que l’a été l’électricité après la vapeur".

    supplement-confiance-numerique-270500.png