Publicité

Plus de 8 millions de personnes ont ouvert un compte sur Mon Espace Santé

  • espace_sante.jpg

    Plus-8-millions-personnes-ouvert-compte-Mon-Espace-Sante
    Mon Espace Santé va s'enrichir de nouvelles fonctionnalités en 2023 (Pixabay / AlarconAudiovisual)
  • Le carnet de santé numérique lancé par l'Etat au mois de janvier 2022 est désormais utilisé par 13 % de la population française.

    Un peu plus d'un an après son lancement, Mon Espace Santé est utilisé par 8,4 millions de personnes soit 13 % de la population française. Ce carnet de santé numérique permet notamment de de stocker et partager des documents et des données de santé : ordonnances, comptes rendus d'hospitalisation, résultats d'analyse biologique...

    Il donne également accès au profil médical des assurés à travers le signalement de leurs traitements et de leurs antécédents médicaux. Selon le ministère de la Santé, près de 10 millions de documents sont déposés chaque mois par les hôpitaux, les laboratoires et les praticiens. Soit près de la moitié de l'objectif de 250 millions de documents par an fixé par le ministère.

    Signature électronique

    A ce jour, les établissements hospitaliers et les laboratoires d’analyse médicale sont les principaux pourvoyeurs, avec respectivement 34 % et 33 % des documents déposés dans Mon Espace Santé. L’enjeu est désormais de convaincre les praticiens libéraux d’approvisionner plus largement l’Espace santé de leurs patients.

    Lancé au mois de janvier 2022, Mon Espace Santé a remplacé le Dossier médical partagé (mis en service en 2004) qui n'avait convaincu ni les professionnels de santé, ni les assurés. Ce dispositif va s'enrichir de nouvelles fonctionnalités tout au long des prochains mois : visualisation des images médicales (IRM, radio…), signature électronique d'un document via la messagerie sécurisée, accès automatique à la carte de groupe sanguin de l'assuré...

    À lire sur Archimag
    Les podcasts d'Archimag
    Le Syndicat intercommunal d'énergies de Maine-et-Loire (SIÉML) s’est lancé dans un grand projet d’archivage électronique en 2023. L’opportunité de réduire l’impact carbone tout en optimisant les processus est apparue au cours du projet. Agnès Arendo, archiviste et déléguée à la protection des données du SIÉML, revient sur la mise en route et les grandes étapes de ce chantier.

    supplement-confiance-numerique-270500.png