Publicité

Une plateforme open data pour l'Enseignement supérieur et la Recherche

  • Geneviève Fioraso Open Data.jpg

    Geneviève Fioraso le 24 avril 2014 lors de la Conférence de Paris sur l'open data et le gouvernement ouvert. (MENESR/XR Pictures/Flickr)
  • L'annonce de la secrétaire d'Etat Geneviève Fioraso a été faite dans le cadre de la Conférence de Paris sur l'open data et le gouvernement ouvert avec, en toile de fond, l'annonce du plan d'action de l'open data français.

    Il s'agit de la première plateforme ministérielle du genre : le secrétariat d'Etat à l'Enseignement supérieur et à la Recherche ouvre ses données en lançant sa propre plateforme open data mettant à disposition 23 jeux de données et 2.5 millions de lignes de données avec un historique de 20 ans. L'annonce a été faite par la secrétaire d'Etat Geniève Fioraso à l'occasion du premier jour de la Conférence de Paris sur l'open data et le gouvernement ouvert, organisée par la mission Etalab et le Secrétariat général pour la modernisation de l'action publique (SGMAP) qui se tient les 24 et 25 avril à la Cour des comptes.

    La start-up OpenDatasoft a été chargée de la mise en oeuvre du projet. L'ensemble des données mises en ligne sont disponibles sous différents formats ouverts (CSV, JSON, APIs, etc) adaptés au partage et à la réutilisation, et synchronisés avec la plateforme interministérielle data.gouv.fr, animée par Etalab. Souhaitant se "moderniser", d'autres publications ministérielles sont également proposées sur le site de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, notamment statistiques, tel que l'Atlas régional des effectifs étudiants, l'état de l'Enseignement supérieur et de la Recherche en France ou encore les enquêtes d'insertion.

    Le plan d'action de l'open data français pour novembre

    Geneviève Fioraso a souhaité rappeler à cette occasion la stratégie globale de son secrétariat d'Etat en faveur du numérique et du développement de l'enseignement en ligne ouvert. Quatre mois après son lancement, 36 Moocs sont en ligne sur la plateforme France Université Numérique (FUN), qui compte déjà 250 000 inscrits.

    En présence de membres de l'administration publique, d'élus, d'entrepreneurs et de chercheurs français et étrangers, la ministre de la Fonction publique Marylise Lebranchu a déclaré ce jeudi lors de la Conférence de Paris que le plan d'action français pour adhérer à l'Open Government Partnership sera présenté dès novembre prochain, au lieu du 31 mars 2015 initialement annoncé. Selon la ministre, "les enjeux de l'open data et du gouvernement ouvert sont l'amélioration de la transparence, la participation citoyenne à l'action publique, la confiance démocratique et le soutien à l'innovation économique et sociale".

    L'Open Governement Partnerchip (Partenariat pour un gouvernement transparent) est une initiative internationale lancée le 20 septembre 2011. Elle réunit huit pays fondateurs et vise à promouvoir un "gouvernement ouvert" avec pour objectif de fournir une plateforme commune encourageant les pays membres à réformer leur gouvernement pour le rendre plus ouvert et responsable.

    À lire sur Archimag

    Le Mag

    Tout Archimag, à partir de 9,50 €
    tous les mois.

    Le chiffre du jour

    identifient la veille collaborative comme faisant partie de leurs sujets prioritaires. Cependant, si les veilleurs sont conscients de la nécessité de la mettre en place, ils ne savent pas trop par quel bout commencer. Ils sont en attente de retours d'expérience, de trucs, d’astuces et de bonnes pratiques pour convaincre leurs collègues d’adhérer et participer à ce nouveau projet.

    Recevez l'essentiel de l'actu !