Publicité

L'hyperconnexion est-elle un risque pour les salariés (et pour les entreprises) ?

  • fatigue_cognitive.jpg

    hyperconnexion-risque-salaries-entreprise
    10 % des salariés sont exposés à des risques de surcharge mentale et de fatigue (Pixabay / cocoandwifi)
  • Selon une étude réalisée auprès de 20 000 personnes, la surcharge informationnelle a un impact direct sur la qualité de vie au travail et se traduit, entre autres, par une baisse d'efficacité.

    10% des salariés sont exposés à des risques de surcharge mentale et de fatigue. En cause : une quantité excessive de courriers électroniques et de réunions. Un flux ininterrompu auquel on peut ajouter les multiples messages provenant des réseaux sociaux et des plateformes en tous genres.

    Selon une étude réalisée par Lecko (éditeur de logiciel) et CogX (cabinet de conseil) pendant deux ans auprès de 20 000 personnes, cette surcharge informationnelle se présente sous la forme d'une fatigue cognitive. Elle a également un impact direct sur la qualité de vie au travail : "baisse d'efficacité, perte de motivation, du goût du travail et des liens sociaux, jusqu'au burn-out."

    Sur la base de leurs observations, les auteurs de l'étude sont parvenus à dégager trois profils de relation à la connexion : l'hyperconnecté, l'intermédiaire et le zen.

    Envoyer un courriel en dehors des heures de travail

    L'hyperconnecté envoie au moins un courriel en dehors des heures 8h-20h et participe à 15 réunions dans le trimestre en dehors des plages 8h-12h et 14h-18h. Il réalise  en moyenne 188 heures de réunions par trimestre et envoyer des courriers électroniques sur une plage moyenne de 9,2 heures. L'hyperconnecté représente 10% de la population du panel étudié.

    Plus réfractaire, l'intermédiaire interagit ponctuellement en dehors des heures usuelles de travail et affronte des pics d'activité. Largement majoritaire parmi les personnes ayant répondu à l'enquête, il représente 75% du panel étudié.

    Le zen, quant à lui, interagit uniquement durant les heures usuelles de travail et représente 15% du panel étudié.

    Des nouveaux garde-fous

    Quelles leçons tirer de cette étude ? "La première action serait de mener des campagnes de sensibilisation et d’en suivre l’impact avec ces indicateurs" souligne l'étude ; "pour traiter sérieusement le problème, l'entreprise devra en revanche aller plus loin, et questionner ses pratiques de collaboration avec en particulier le rôle, le fonctionnement et l'usage des réunions."

    La question du travail à distance est soulevée par les auteurs de l'étude qui préconisent "de trouver de nouveaux garde-fous" afin de  tenir compte de la santé des salariés.

    À lire sur Archimag
    Les podcasts d'Archimag
    Saison 2, Ép. 9 - Sommes-nous devenus accros aux algorithmes ? Aux recommandations de nos réseaux sociaux ou encore aux IA génératives qui se démocratisent depuis plus d'un an ? Pour répondre à cette question, nous avons rencontré Luc de Brabandère. Il se définit comme un philosophe d’entreprise, un mathématicien, un professeur, mais aussi un heureux grand-père et un Européen convaincu. Ses multiples casquettes nourrissent ses divers travaux. Luc de Brabandère est notamment l'auteur de "Petite Philosophie des algorithmes sournois", publié aux éditions Eyrolles en octobre 2023. Pour le podcast d'Archimag, il nous livre ses réflexions sur les algorithmes et revient sur son parcours atypique.
    Publicité