Publicité

Patrimoine des entreprises : des projets de valorisation très mobilisateurs

  • Veuve_Clicquot.png

    Veuve-Clicquot
    L’impact pour une entreprise de la notion de marque, l’effet fédérateur de son histoire. (Veuve Clicquot / Jean-Baptiste Delerue)
  • S’intéresser au patrimoine de son entreprise revêt un intérêt archivistique certain. Aujourd’hui cependant, bien des projets vont au-delà, avec pour objectif de valoriser l’histoire et les savoir-faire, au service notamment du marketing et de la communication. Témoignages et conseils à travers le focus de la rédaction d’Archimag avec Arkhênum.

    La preuve par l’exemple ! Tour à tour, trois responsables ayant les archives dans leur périmètre d’action sont venus témoigner de leur potentiel de valorisation. Ces interventions pour les maisons Veuve Clicquot (groupe LVMH), Rocher Participations et Maison Rémy Martin étaient à l’agenda du focus de la rédaction d’Archimag organisé avec la société Arkhênum à l’Hôtel de l’Industrie, place Saint-Germain-des-Prés, à Paris, le 23 janvier dernier.

    A bientôt 250 ans, comme le rappelle Isabelle Pierre, responsable héritage, Veuve Clicquot reste empreinte de l’aura de cette “grande dame de la Champagne” qui lui a donné son nom. Très tôt, la marque se bâtit sur des savoir-faire, des créations et des éléments d’identification constitutifs de sa signature. Dans la littérature et le cinéma, les références au champagne Veuve Clicquot ne sont pas rares.

    Chez Veuve Clicquot : un inventaire complet en cours

    A l’heure actuelle, son fonds d’archives représente 900 mètres-linéaires, auxquels s’ajoutent des centaines d’objets (coffrets, carafes, etc.) et machines-outils. Le service d’Isabelle Pierre, un temps rattaché aux ressources humaines, se trouve de nouveau dans la direction marketing et communication internationale.

    Avec Arkhênum, et trois personnes à temps plein sur site, un inventaire complet est en cours de constitution. 1 500 nouveaux documents ont été numérisés. Un outil d’aide à la recherche est mis en place. Autant d’actions qui rayonnent en interne, mais aussi pour la communication en externe et transforment le fonds en une source d’inspiration unique pour travailler à la célébration du futur anniversaire.

    Le groupe Rocher est une affaire de famille et implique génération après génération depuis ses débuts, rappelle Vincent Croux, responsable communication de Rocher Participations. Il est le premier groupe en France à être devenu “société à mission”, c’est-à-dire ayant une finalité d'ordre social ou environnemental. A travers un concept de soin et beauté par les plantes, son credo est de “reconnecter les personnes à la nature”.

    Rocher Participations : une utilité aussi pour le service juridique

    Pour Rocher Participations, la motivation patrimoniale était double : transmettre l’histoire du fondateur à ses descendants, d’une part, et, d’autre part, profiter de l’opportunité du déménagement du siège social, qui avait eu lieu en 2015. Un outil de conservation et de gestion doit être mis en place. Il a été fait appel aux services d’Arkhênum. Une politique dynamique d’archivage est décidée.

    A ce jour, un outil de digital asset management (Dam) recueille 20 000 médias (documents, diapositives, photos, vidéos, objets). On va jusqu’à se rapprocher d’anciens collaborateurs pour constituer des archives orales précieuses grâce à leurs témoignages. Veille et recherches documentaires apportent régulièrement de nouveaux enrichissements. Le dispositif permet de répondre à de nombreuses demandes internes, en particulier de la communication et du marketing. Le service juridique y trouve aussi des actes permettant de légitimer juridiquement l’utilisation de termes, marques ou caractéristiques produit.

    La Maison Rémy Martin - cognacs Rémy Martin et Louis XIII - a été fondée en 1724. Micaëlle Amoussou-Coussy, responsable du patrimoine, souligne qu’elle exporte aujourd’hui 98 % de sa production ! Très tôt, une démarche archivistique a été entreprise, pour la constitution du fonds. En 2014, le service du patrimoine est rattaché à la direction du marketing et du commerce international ; il dispose de son propre budget. En tout, trois personnes y travaillent.

    Chez Rémy Martin : l'accessibilité via une plateforme

    Publicités, documents, objets (bouteilles, carafes…) constituent le patrimoine Rémy Martin. Grâce à la numérisation, il est accessible via une plateforme au service des clients internes et externes.

    Pour ce faire, c’est en 2016 que débute la collaboration avec Arkhênum. Deux outils sont installés, un pour la photothèque, l’autre pour l’inventaire (solution Limb Gallery d’Arkhênum). Ce dernier propose aussi des expositions virtuelles, des expositions physiques étant bien sûr ouvertes. Le service patrimoine nourrit ainsi tous les contenus de marque. Ici aussi, il apporte une aide au service juridique.

    Une méthodologie applicable pour tous domaines d’activité et tous types de patrimoine

    Concrètement, pour accomplir ses missions, Arkhênum a mis au point une méthodologie applicable pour tous domaines d’activité et tous types de patrimoine. Cette démarche peut avoir différents objectifs : souhait de préserver des collections patrimoniales, partager un savoir-faire, des connaissances en vue d’opérations de communication ou comme outil de travail au quotidien…

    Un projet patrimonial se bâtit au travers d’une approche scientifique. Il conduit à la réalisation d’un système comprenant la sécurisation d’un fonds, ses accès, et facilitant sa valorisation. Un plan d’action patrimonial sur-mesure est défini et proposé au client pour répondre à ses objectifs. 

    “Aujourd’hui, l’ancienneté constitue une valeur”

    Laurent Onaïnty, directeur d’Arkhênum, décrit la réflexion et le cheminement de sa société pour parvenir à constituer une offre à 360 degrés, avec des services d’audit, de numérisation, de valorisation et d’archivage.

    Dans le domaine de la valorisation de l’histoire des entreprises, elle a mené à ce jour plus de 70 missions pour tout type de secteur d’activité. Arkhênum est convaincu de l’importance pour les entreprises et les marques de capitaliser sur leur histoire et leur savoir-faire tant en interne qu’en externe. “Aujourd’hui, l’ancienneté constitue une valeur”, conclut Laurent Onaïnty. 

    À lire sur Archimag
    Le chiffre du jour
    C'est le préjudice causé par le piratage éditorial en Italie chaque année.
    Recevez l'essentiel de l'actu !

    banniere-archimag_2.gif

    archives 2020.PNG

    Indispensable

    Bannière BDD.gif