Publicité

Projet Sumum : La numérisation au service de la conservation et de la documentation

  • vasarely-projet-sumum-conservation-documentation-numerisation.jpg

    projet-sumum-documentation-patrimoine-numerisation
    Le groupe de recherche Sumum a travaillé sur les œuvres de Vasarely, de Niki de Saint Phalle et de César. Fondation Vasarely à Aix en Provence. (Fortepan/Ormos Imre Alapítvány)
  • Comment perfectionner la stratégie d’acquisition et de traitement des données numériques du patrimoine ? C’est pour répondre à cette question que le projet de recherche Sumum (Stratégie de docUmentation MUltiéchelle, multiModale du patrimoine culturel et naturel) a été lancé en 2018. 

    Porté par plusieurs entités, à l’image du Laboratoire d'électronique et d'informatique de l'image (LE2I), du Groupe de Recherche en Informatique, Image, et Instrumentation de Caen (GREYC) ou encore, du Centre interdisciplinaire de conservation et restauration du patrimoine (CICRP), le projet Sumum a permis l’expérimentation de différentes technologies de numérisation sur une sélection d’objets patrimoniaux complexes. L’objectif ? Proposer une meilleure appréhension des questions de conservation et de documentation grâce au numérique.

    Ainsi, le groupe de recherche a travaillé sur les œuvres de Vasarely, de Niki de Saint Phalle et de César. Plusieurs techniques ont été éprouvées telles que la technologie lidar (méthode de télédétection et de télémétrie semblable au radar), la 3D, l’imagerie technique, multispectrale et par transformation de la réflectance et les mesures colorimétriques.

    Une plateforme pour la conservation et la documentation

    Afin de mutualiser les différentes données générées par ces sources d’imageries, les équipes de Sumum ont développé une bibliothèque logicielle. Celle-ci permet d’automatiser les flux de traitement de données. Elle est désormais intégrée à la plateforme collaborative d’annotation sémantique : Aïoli (développée par le laboratoire Map). Pour les professionnels du patrimoine, c’est une façon de travailler de manière collaborative autour d’une même œuvre et d’en faire le suivi de l’état de conservation et de dégradations dans le temps. 

    « Ces représentations 3D enrichies ont pour objectif d’être mises à disposition des professionnels et scientifiques du patrimoine afin qu’ils puissent avoir accès aux informations rendues disponibles sur les œuvres étudiées », explique le ministère de la Culture. 
     

    À lire sur Archimag
    Les podcasts d'Archimag
    Le Syndicat intercommunal d'énergies de Maine-et-Loire (SIÉML) s’est lancé dans un grand projet d’archivage électronique en 2023. L’opportunité de réduire l’impact carbone tout en optimisant les processus est apparue au cours du projet. Agnès Arendo, archiviste et déléguée à la protection des données du SIÉML, revient sur la mise en route et les grandes étapes de ce chantier.
    Publicité

    Serda Formations Archives 2023

    Indispensable

    Bannière BDD.gif