Publicité

60 bibliothèques de recherche allemandes s'allient et boycottent Elsevier

  • openaccess_boycott.jpg

    open-access
    COAlition S est né sous l'impulsion des 11 organismes participants, de Marc Schiltz, président de Science Europe, et de Robert-Jan Smits, correspondant de la Commission européenne. (biblioteekje via VisualHunt / CC BY-NC-SA)
  • Des dizaines de grandes institutions allemandes tentent une action collective pour paralyser Elsevier.

    Plus de 60 grandes universités et organismes de recherche allemands se préparent actuellement à vivre sans accès au texte intégral des revues académiques et scientifiques publiées par le groupe d'édition Elsevier. Cette décision d'annuler tous leurs abonnements a été annoncée le 13 décembre dernier en réponse au refus d'Elsevier d'adopter des "modèles d'activité transparents" et à "rendre les publications plus ouvertement accessibles". Ce boycott prendra effet le 1er janvier 2017.

    La plupart de ces institutions sont adhérentes du Projet Deal, qui négocie un accord de licence à l'échelle nationale avec Elsevier dans le but de soulager les budgets d'acquisition des institutions et d'améliorer l'accès à la littérature scientifique de manière large et durable.

    Hausses de prix 

    "Il y a quelques jours, Elsevier a proposé une première offre pour une licence à l'échelle nationale qui ne respecte pas les principes de l'Open Access, explique la Bibliothèque nationale et universitaire Göttigen, qui fait partie du Projet Deal ; malgré sa marge bénéficiaire actuelle de 40 %, l'éditeur a toujours l'intention de poursuivre encore plus des hausses de prix" 

    "Tous les participants à ce processus sont conscients des effets imminents que cela a sur la recherche et l'enseignement, ajoute l'institution ; cependant, ils partagent la ferme conviction que, pour le moment, la pression accumulée par l'action conjointe de plusieurs institutions de recherche est le seul moyen de parvenir à un résultat avantageux pour la communauté scientifique allemande".

    Cercle vicieux

    Ces grandes universités et organismes de recherche dénoncent le cercle vicieux dans lequel elles sont enfermées : obligées de payer des coûts très élevés pour accéder aux revues dans lesquelles les travaux ou les écrits de la recherche publiques qu'elles produisent sont publiés. Elles souhaitent donc négocier un contrat incluant l'accès ouvert automatique à tous les articles publiés par des chercheurs dans leur établissement. 

    À lire sur Archimag
    Les podcasts d'Archimag
    Le Syndicat intercommunal d'énergies de Maine-et-Loire (SIÉML) s’est lancé dans un grand projet d’archivage électronique en 2023. L’opportunité de réduire l’impact carbone tout en optimisant les processus est apparue au cours du projet. Agnès Arendo, archiviste et déléguée à la protection des données du SIÉML, revient sur la mise en route et les grandes étapes de ce chantier.
    Publicité

    sponsoring_display_archimag_episode_6.gif