Les ménages consacrent 2 370 euros à l'économie de l'information

Les ménages consacrent 2 370 euros à l'économie de l'information Archimag

 

Selon l'Insee, les dépenses liées à l'économie de l'information représente désormais 6 % du budget des ménages français.

En 2012, les ménages français ont dépensé 67 milliards d'euros en produits de l'économie de l'information, soit une moyenne de 2 370 euros par ménage. Un montant qui peut paraître élevé mais qui concerne en réalité l'économie de l'information au sens large : ordinateurs, téléphones, téléviseurs, appareils photos, livres, presse, abonnements Internet... Ces dépenses représentent désormais 6 % du budget des ménages contre seulement 3,8 en 1960.

La moitié de ces dépenses sont "pré-engagées" sous forme d'abonnements ou de redevances.

Selon une étude de l'Insee, les sommes dépensées par les Français cachent de fortes disparités : "au sein de l'économie de l'information, les prix des biens baissent et ceux des services ralentissent". En effet, le prix des biens matériels (ordinateurs, téléphones, téléviseurs, jeux vidéo...) connaît une très forte baisse depuis une quinzaine d'années. Entre 1997 et 2012, leur prix chute de 12 % en moyenne annuelle.

Niveau de 1990

En revanche, les dépenses liées aux services affichent des chiffres moins vertueux. L'édition, notamment la presse, accuse un fort recul : - 1,5 % en moyenne chaque année (- 3 % pour la presse). "Elles ont retrouvé en 2012 leur niveau de 1990" constate l'Insee.

Les quinze dernières années auront été particulièrement mauvaises pour le secteur de la presse sous l'effet conjugué de l'arrivée de journaux gratuits et de la diffusion croissante de l'information sur le web. Depuis 1997, les dépenses en presse baissent régulièrement et la crise économique de 2008 a accentué cette tendance baissière. Elles sont en repli de 4,9 % par an depuis 2008.

Le chiffre du jour
1
est en moyenne signalée toutes les semaines dans les établissements de santé depuis janvier 2021. Les hôpitaux ont subi 27 cyberattaques majeures - qui ont effectué tout ou partie de leurs systèmes d'information - en 2020.