Wikipedia dopée par le web sémantique

Représentation des relations entre DBpédia et d'autres projets web DBpédia

 

Le ministère de la Culture, l'Inria et Wikimedia France ont signé une convention de partenariat portant sur le projet Sémanticpédia. Objectif : enrichir l'exploitation de la version francophone de Wikipedia.

On connaissait Wikipédia. Il faudra désormais compter avec Sémanticpédia et DBpédia. Lancé en 2011, le projet Sémanticpédia regroupe des chercheurs qui développent des programmes destinés à mieux exploiter les contenus produits sur Wikipédia. Parmi ces programmes, le projet DBpédia vise à extraire de façon automatique les millions de données disponibles sur la version francophone de l'encyclopédie collaborative. A terme, de nouveaux services seront proposés aux internautes : géolocalisation automatique des monuments, enrichissement des descriptions, recherches transversales et thématiques sur des sites culturels, applications dédiées au milieu enseignant...

Sémanticpédia est porté par le ministère de la Culture, l'INRIA et la Fondation Wikimedia France. En signant, hier, une convention de partenariat, Aurélie Filippetti soulignait que le projet DBpédia permettait de "positionner les données francophones au coeur du web sémantique". DBpédia en français vient en effet rejoindre l'initiative anglophone lancée en 2007. Avec près de 1,3 million d'articles, la version francophone de Wikipédia figure en effet à la troisième place en terme de production après les versions anglophone et germanophone.

Le projet DBpédia en français a déjà permis d'extraire plus de 130 millions de données de tous types : titres, liens entre les pages, liens interlangues, catégories, informations présentes dans l'infobox de Wikipédia... Ces données, après traitement sémantique, pourront être utilisées par les développeurs souhaitant créer des applications liées à Wikipédia.

 

 

 

Les podcasts d'Archimag
Le Syndicat intercommunal d'énergies de Maine-et-Loire (SIÉML) s’est lancé dans un grand projet d’archivage électronique en 2023. L’opportunité de réduire l’impact carbone tout en optimisant les processus est apparue au cours du projet. Agnès Arendo, archiviste et déléguée à la protection des données du SIÉML, revient sur la mise en route et les grandes étapes de ce chantier.