Publicité

Esker passe commande au CXP et dématérialise le cycle purchase-to-pay

  • P1030337.JPG

    Emmanuel Olivier (Esker). (MRE/Archimag)
  • Esker présente à l'occasion de Documation 2014 les résultats d'une enquête commandée au CXP révélant la place prioritaire occupée par le fax pour la passation de commande.

    Le saviez-vous ? En France, dans les entreprises, le fax se place encore au troisième rang en tant que média prioritaire de passation de commande. C’est l’un des points qui ressort de l’enquête menée par le CXP à la demande d’Esker sur le thème de la gestion des commandes client. 146 personnes travaillant en PME ou grands comptes ont répondu. Une enquête qui souligne à quel point les commandes client ne sont pas suffisamment gérées dans les organisations, à la différence de ce que l’éditeur observe notamment aux États-Unis. En particulier, combien une entreprise doit-elle accorder d’avoirs à ses clients ? Ce sont autant de points à améliorer, de qualité de service à retrouver. Esker entend apporter la solution, en permettant de lever tout doute de saisie dès la prise de commande, via un échange entre clients et fournisseurs ouvert sur un portail.

    Cycle purchase-to-pay

    Sur Documation 2014, Esker annonce aussi sa solution de gestion des commandes d’achat. Il s’agit d’une nouvelle brique pour automatiser et dématérialiser le cycle purchase-to-pay, de la demande d’achat jusqu’au déblocage du paiement de la facture fournisseur. Tout le circuit d’approbation est tracé en amont au moment de la commande, autorisant l’approbation quasi automatique de la facture à sa réception. Pour la comptabilité, c’est une garantie de maîtrise des engagements financiers.

    Rappelons qu’Esker, société cotée au NYSE Alternext à Paris a dégagé un chiffre d’affaires de plus de 41 millions d’euros en 2013, après plus de 40 millions d’euros en 2012. Un résultat où la part générée par l’offre Saas va croissant.

    À lire sur Archimag
    Les podcasts d'Archimag
    Saison 2, Ép. 9 - Sommes-nous devenus accros aux algorithmes ? Aux recommandations de nos réseaux sociaux ou encore aux IA génératives qui se démocratisent depuis plus d'un an ? Pour répondre à cette question, nous avons rencontré Luc de Brabandère. Il se définit comme un philosophe d’entreprise, un mathématicien, un professeur, mais aussi un heureux grand-père et un Européen convaincu. Ses multiples casquettes nourrissent ses divers travaux. Luc de Brabandère est notamment l'auteur de "Petite Philosophie des algorithmes sournois", publié aux éditions Eyrolles en octobre 2023. Pour le podcast d'Archimag, il nous livre ses réflexions sur les algorithmes et revient sur son parcours atypique.
    Publicité

    supplement-confiance-numerique-270500.png